referencement sur bing - référencement de site web gratuit -

La légende de l'homme à la cervelle d'or :Fiche de lecture

La legende de l homme

 

Fiche de lecture :

La légende de l'homme à la cervelle d'or

  1. Identification de l'œuvre :

  • Genre : conte fantastique

  • Titre La légende de l'homme à la cervelle d'or

  • Date de publication : 1869

  • Le siècle : XIXème siècle

  • Registres dominants : fantastique / pathétique / tragique

  1. Renseignements sur l'auteur :

  • Nom : ALPHONSE DAUDET

  • Nationalité : française

  • Date et lieu de naissance et de décès : Né à Nîmes en 1840, meurt à Paris en 1897.

  • Autres œuvres de l'auteur : Lettres de mon moulin, La chèvre de monsieur Seguin, les Contes du Lundi

  • Biographie de l;auteur

  • Alphonse Daudet naît à Nîmes le 13 mai 1840, dans une famille catholique et légitimiste1. Son père Vincent Daudet, dont les ancêtres sont cévenols, est tisserand et négociant en soieries. Sa mère Adeline est la fille d’Antoine Reynaud2, un riche négociant en soie ardéchois3,4. Il passe la majeure partie de sa petite enfance à quelques kilomètres de Nîmes, dans le village de Bezouce. Puis il suit les cours de l'institution Canivet à Nîmes. Son père ferme sa fabrique, la famille déménage à Lyon en 1849, et Alphonse entre en sixième au lycée Ampère de la ville. La ruine complète de son père en 1855 l'oblige à renoncer à passer son baccalauréat. Il devient alors maître d'étude au collège d'Alès. Cette expérience pénible lui inspirera son premier roman, Le Petit Chose (1868), dans lequel il mêle des faits réels et d'autres inventés, comme la mort de son frère.

    Désirant faire une carrière littéraire, il rejoint son frère Ernest à Paris en novembre 1857. Désargenté, il mène cependant une joyeuse vie de bohème. Mais la fréquentation d'une des dames de l'entourage de l'impératrice Eugénie lui vaut de contracter une affection syphilitique extrêmement grave, avec des complications dont il souffrira toute sa vie, en particulier une ataxie locomotrice qui l'oblige à marcher avec des béquilles5. Collaborant dans différents journaux (notamment Paris-Journal, L'Universel et Le Figaro), il publie en 1858 un recueil de vers, Les Amoureuses, et entame la même année une liaison avec Marie Rieu, une jeune modèle aux mœurs faciles6. Elle devient sa maîtresse officielle et elle lui inspire le personnage du roman Sapho. Il rencontre l'année suivante l'écrivain Frédéric Mistral et ce sera le début d'une grande amitié. La correspondance nourrie qu'entretiendront les deux hommes pendant près de 40 ans ne sera ternie que lorsque Daudet publiera L'Arlésienne (1869) et le roman Numa Roumestan (1881), caricatures du tempérament méridional7,8.

    En 1860, il est engagé comme secrétaire du duc de Morny (1811-1865), demi-frère de Napoléon III et président du Corps Législatif. Ce travail de secrétaire lui laisse beaucoup de temps libre qu'il occupe à écrire des contes et des chroniques. Mais les premiers symptômes de la syphilis apparaissent9 et son médecin lui conseille de partir pour un climat plus clément. Il voyage ainsi en Algérie, en Corse, et en Provence10. Puis le duc meurt subitement en 1865. Cela provoque le tournant décisif de la carrière d'Alphonse qui décide de se consacrer entièrement à l'écriture, comme chroniqueur au journal Le Figaro et comme écrivain.

    Il connaît son premier succès en 1862-1865 avec la Dernière Idole, pièce montée à l'Odéon et écrite en collaboration avec Ernest Manuel (pseudonyme d'Ernest Lépine).

    Alphonse Daudet dans son cabinet de travail avec Julia Allard, son épouse (détail) — Louis Montegut (c. 1880), musée Carnavalet.

    Après avoir voyagé en Provence, Daudet débute avec Paul Arène (considéré comme son nègre11) l'écriture des premiers textes des Lettres de mon moulin. Le journal L'Événement les publiera comme feuilleton pendant tout l'été de l'année 1866, sous le titre de Chroniques provençales. Certains des récits des Lettres de mon moulin sont restés parmi les histoires les plus populaires de la littérature française, comme La Chèvre de monsieur Seguin, Les Trois Messes basses ou L'Élixir du Révérend Père Gaucher.

    Le premier vrai roman d'Alphonse Daudet, Le petit Chose. Histoire d'un enfant., que l'auteur lui-même qualifie de « sorte d'autobiographie »12 est écrit en 1868. En 1874 Alphonse décide d'écrire des romans de mœurs comme Fromont jeune et Risler aîné, Jack (1876), Le Nabab (1877) — dont François Bravay est le « modèle » —, Les Rois en exil (1879), Numa Roumestan (1881), L'Immortel (1888), etc. Consacrant l'essentiel de son œuvre au roman et au théâtre (il est l'auteur de dix-sept pièces), il ne délaisse pas pour autant son travail de conteur. En 1872, il publie Aventures prodigieuses de Tartarin de Tarascon, dont le personnage est devenu mythique. Contes du lundi (1873), un recueil de contes sur la guerre franco-allemande de 1870, témoigne aussi de son goût pour ce genre et pour les récits merveilleux.

    Puis Daudet subit les premières atteintes d'une maladie incurable de la moelle épinière, le tabes dorsalis, une complication neurologique de la syphilis. Il continue de publier jusqu'en 1895 et meurt finalement le 16 décembre 1897, au 41 rue de l'Université à Paris, à l'âge de 57 ans. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise (26e division) à Paris.

  • Résumé :

    Un homme avait une cervelle d’or. Enfant, il ignorait la composition de son étrange cerveau ; il apprit la vérité de la bouche de ses parents à dix-huit ans seulement. Il décida alors de quitter la maison familiale et s’employa à dilapider son or. Se rendant compte des ravages que provoquent ses dépenses sur son corps, il devint avare et misanthrope. Mais un jour, l’homme tomba amoureux et ce fut là son malheur. Durant deux ans, il satisfit tous les caprices de sa femme jusqu’à perdre l’ensemble de ses richesses. Son épouse mourut sans raison, et l’homme utilisa ce qui lui restait d’or pour payer son enterrement. (Recueil, Lettres de mon moulin).

  1. Les personnages de l'histoire :

     Dans ce texte nous retrouvons les caractéristiques des contes classiques. Tout d’abord le personnage principal à une cervelle d’or, il est toujours désigné par une expression qui renvoie à sa condition, sa particularité. Il n’est pas le seul à ne pas être caractérisé : sa femme n’est décrite que de façon sommaire et n’est nommé que par des expressions telles que « la petite femme ». Ceci est une caractéristique typique des contes de fées, les personnages sont schématisés. Par exemple « la marchande » n’est désignée qu’à travers sa fonction, sans autre description. De plus le nombre de personnages est restreint ce qui est également typique des contes.

    Le merveilleux est également très présent. En effet le personnage principal possède « une cervelle d’or » il y a l’idée que ce don rétrécie au fur et à mesure qu’il le dépense (l 70-71) « Il ne lui restait presque plus rien de cette cervelle merveilleuse ». Cette formule négative donne l’idée de la perte de sa cervelle. Nous retrouvons cette idée de perte dans d’autres contes comme La Peau de Chagrin de Balzac.

    Comme tout les contes, le texte est écrit au passé mais les repères chronologiques ne sont pas clairs. Nous savons que « à quelques temps de là » l’homme tombe amoureux et se marie. Il y a une ellipse c’est-à-dire que 15 lignes suffisent à raconter ses deux ans de mariage.

    Ensuite, la mort de la femme marque également la mort du veuf. La chronologie se précipite (l72) « alors on le vit » cette action montre que cela suit l’enterrement. Il y a à peu près autant de lignes pour raconter ces quelques jours que ses deux ans de mariage.

    Les lieux sont également indéfinis. Il n’y a que deux lieux cités mais sans être décrits. Ce flou concernant le temps et l’espace est caractéristique des contes.

     

    L’histoire qui nous est contée est une histoire d’amour malheureuse. Dès le début il n’y a pas de réciprocité dans ce couple (l51-52) « Il aimait du meilleur de son âme » c’est une hyperbole. « qui l’aimait bien aussi » les sentiments de sa femme sont beaucoup moins intenses.

    (L52) Le groupe ternaire révèle soit sa coquetterie soit son attirance pour les militaires.

    (L56) « Il lui cacha jusqu’au bout le triste secret de sa fortune » Il ne se font pas confiance. Il lui ment pas omission.

    Amour inconditionnel : il ne lui survit pas. La mort de sa femme n’est pas expliquée.

    2 choses vont le tuer :

    -L’enterrement (l67-68) l’énumération rend compte des dépenses.

    -L’achat des bottines.

    « Que lui importait son or maintenant ? » : discours indirect libre. Cela nous permet de pénétrer la conscience du personnage. De plus c’est une question rhétorique.

    (l69) groupe ternaire. Signe qu’il a fait tout ce qu’il fallait. Dégoût de vivre : suicide.

    On entend le son [or] : signe de dépense « pORteurs », « imORtelles ».

    Dramatisation marquée par « alors » l 72. La scène se passe de nuit ce qui rend l’atmosphère pesante, il est seul dans les rues.

    (l75) « cygne » : c’est comme si les chaussures l’appelaient. Signe de dérision, il se tue pour les chaussures. Pathétique car il ne se souvient plus de la mort de sa femme, il est fou.

    Daudet émet un jugement de valeur sur ses personnages.

    Le narrateur semble omniscient. (l61) « la peur le prenait » le narrateur connaît les sentiments du personnage.

    Il y a également de l’ironie dans la façon de nommer la femme. « Oiseau »à elle n’a pas grand-chose dans la tête. Signe de légèreté, elle est frivole. « Poupée » : c’est un être superficiel.

    Compassion (l58) « le pauvre homme » Valeur affective ou ironique car l’homme est riche.

     

    Le suicide de son ami a déclenché l’écriture de cet apologue. Charles Barbara est l’homme à la cervelle d’or par métaphore.

    A partir du cas de l’homme à la cervelle d’or Daudet passe à une généralité. Le changement de temps le montre. Nous passons d’un récit au passé à une morale au présent de vérité général, cela montre quelque chose de permanent.

    Par métonymie Daudet parle de tous les intellectuels. Ils sont exploités, donnent tout et ne reçoivent rien. La morale est un constat mit explicitement à la fin du texte.

    Daudet, tout comme La fontaine, sépare ici le corps (la fiction) et l’âme (la morale) de son apologue. Il y a deux destinataires : la dame et les lecteurs. Daudet revendique ici la vérit

 

  1. .Sources,,

  2. https://www.marocagreg.com/doss/lycee/lecture--homme-cervelle-or-daudet-1bac-32hw-bakkou-mbarek.php

http://coursdefrancais.e-monsite.com/pages/argumenter-convaincre/la-legende-de-l-homme-a-la-cervelle-d-or.html

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site