Photobucket
referencement sur bing - référencement de site web gratuit -

éducation

Les 3 types de phrase qui nous éloignent (définitivement) de nos enfants

Parennts enfants

D'abord, je fais le souhait que l’éducation intelligente, bienveillante, en conscience ou quel que soit le nom qu’on veuille lui donner puisse empêcher la haine de grandir et de se développer.

Tu sais déjà qu’il peut être intéressant de ne pas toujours dire « non » (cf: la fin du terrible two) qu’il est recommandé aussi d’éviter le « mais » (cf: pourquoi il ne faut pas dire « mais » à ses enfants?) et aujourd’hui, tu vas pouvoir encore surveiller davantage ton langage quand tu parles à tes enfants (et pas seulement pour ne pas dire de gros mots).
Les Généralisations*

Est-ce qu’il t’ai déjà arrivé de faire des généralités? C’est à dire de donner un caractère définitif et permanent à un comportement, une action à partir seulement d’une ou plusieurs expériences semblables. C’est extrêmement courant, on passe notre temps à en dire (tiens, en voilà une, justement!).

Utiles pour l’apprentissage, pour synthétiser quelque chose, pour concevoir une idée, elles sont aussi venimeuses que de méchants champignons rouges et blancs dans la communication parent/enfant (et la communication tout court, aussi soit dit en passant.)
1. Quantifieur universel: tout, jamais, toujours

Dès que tu emploies une phrase avec « tout », « jamais », « toujours », « tout le temps », « à chaque fois »… c’est bon, tu es en plein dedans!

- Tu ne ranges jamais ta chambre!

- Tu n’écoutes jamais rien!

- Elle désobéit tout le temps!

- Il embête toujours ta sœur!

ranger sa chambreEt pourquoi ça fait du mal de dire ça? me diras-tu, ils ne rangent jamais leur chambre, ces petits morveux!
Et bien, tout simplement parce que c’est faux. Il embête toujours sa sœur?… Vraiment?… Tout le temps?… T’es sûr?…Il ne va pas à l’école de temps en temps?… Il ne dort jamais?… Il ne fait vraiment rien d’autre?… Peut-être que c’est trop souvent pour toi, mais dire « toujours », c’est faux, c’est un mensonge (et c’est pas bien de mentir, tu sais?). Et comme c’est faux, ça place l’enfant dans un sentiment d’inconfort terrible: mélange d’incompréhension et d’impuissance, le cocktail détonnant. Tu as d’ailleurs du remarqué que ce genre de phrase ne résout rien, ne change rien, ne modifie rien, sauf peut-être l’ambiance qui devient de plus en plus lourde…. Alors, pas de panique, il suffit seulement de faire n’importe quoi d’autre (cf: faites n’importe quoi d’autre).
2. Nominalisation: construire un nom à partir d’un verbe

Pratique très répandue, surtout quand il y a plusieurs enfants, notamment pour les différencier les uns des autres (Et si tu t’achetais plutôt des lunettes?…)

- Regardez-moi ce bon à rien!
Je ne vois pas… où ça exactement?…. L’adulte ou l’enfant?

- T’es vraiment qu’une pleurnicheuse!
Les chats ne font pas des chiens.

- Mon fils est coléreux, rêveur, maladroit…
Ah bon?… Je croyais qu’il s’appelait Antoine?

phrases à éviter enfantLes étiquettes sont des généralisations. J’en ai déjà parlé dans « Et si les caprices n’existaient pas?« , les étiquettes sont plus que délétères. Elles enferment l’enfant dans un comportement, le réduisent, le transforment en objet qu’on étiquette. Un enfant coléreux, ça n’existe pas, c’est seulement un enfant qui parfois, souvent peut-être (mais pas « TOUJOURS ») se met en colère. Est-ce qu’il se met en colère 24h/24h, 7j/7j?…. Non?… Alors, ce n’est pas « toujours ». C’est seulement un comportement, ça ne fait pas une identité.
3. Origine perdue: on dit que, il faut que…

La plupart de nos réponses, quand on ne sait pas quoi dire, ressemble à cela. On saute à pied joint sur des phrases type « origine perdue », super pratique puisque justement on ne peut vérifier d’où ça vient et donc c’est forcément vrai, n’est-ce pas? (Bon, de toute façon, c’est moi la mère et toi l’enfant, alors tu te tais maintenant, compris?)

Ce qui donne:

- « On ne jette pas la nourriture! »
cf: les 10 phrases qui poussent nos enfants vers l’obésité

- « Ça ne se fait pas! »
Qui a l’avantage ou l’inconvénient de s’appliquer à vraiment n’importe quoi?

- « C’est interdit! »
Ah bon?.. par qui?… Y’a vraiment des policiers qui vont venir me chercher si j’écris sur la table de la cuisine?

- « C’est comme ça! »
Celle-là, je l’utilise beaucoup, je dois avouer… Très pratique pour clore l’enchaînement sans fin des fameux pourquoi? pourquoi? pourquoi?… parce que c’est COMME CA! (Ce qui ne veut absolument rien dire quand on y réfléchit…)

Si tu t’es reconnu, rassure-toi, c’est normal!… Les généralisations sont extrêmement courantes et tout le monde les utilise (tiens, en voilà, une!…). On ne peut quasiment pas s’exprimer sans (et encore une autre).Tu vois, elles sont vraiment partout (et hop, une troisième!). Donc, pas de culpabilité s’il te plaît! (cf: ma vielle copine, la culpabilité).

Essaie seulement quand tu en repères une, de changer la construction de ta phrase, par exemple: « tu embêtes toujours ta sœur! » deviendrait « tu embêtes ta sœur », ce qui n’a, en fait, plus beaucoup de sens, ni d’impact, alors est-ce bien la peine de le dire?… ;-)

Et toi, quelle est la généralisation que tu emploies le plus souvent?

* »généralisation » n’est pas une faute de frappe, c’est une appellation qui vient de la PNL pour nommer ces sortes de généralités qui se repèrent par ces trois tournures de langage.

 

 

Elever un adolescent, entre autorité et liberté

Education des adolescents

Comment obtenir qu’un adolescent ne laisse pas traîner ses affaires partout, ne passe pas des heures sur son ordinateur, prévienne quand il rentre du lycée ou ne se couche pas régulièrement à trois heures du matin, sans être en permanence sur son dos ?

« Ils sont à un âge où ils ne supportent pas qu’on leur dise quoi que ce soit », résume Sylvie, mère de deux enfants (18 et 15 ans). Ils nous font comprendre qu’on est des vieux, des nuls et qu’on n’y comprend rien. Il ne faut pas lâcher prise ».

« Leur ordonner quelque chose est improductif. Il faut employer les formes, sans être trop brutal et on n’a pas le droit d’être impatient !, observe Anne, mère de deux filles (13 et 16 ans). ‘‘Elles nous poussent à bout’’, je n’ai jamais eu à utiliser cette expression quand elles étaient enfants, alors que les ados ne nous lâchent pas, comme si elles cherchaient la sanction. Avec mon mari, ça tourne vite au clash, il peut être très blessant, ce qui ne fait qu’enkyster le problème… Moi, j’essaie de négocier. c’est très fatiguant. »

Exercer son autorité sur un adolescent n’est pas facile. « C’est le motif le plus fréquent des plaintes et des questions des parents, observe le pédopsychiatre Stéphane Clerget, auteur d’un Guide de l’ado à l’usage des parents : comment s’en faire obéir ? Qu’est-on en droit d’exiger d’eux ? Et surtout, est-on légitime, quand on pose ces limites ou ces exigences-là ? »
Des parents souvent déstabilisés

L’autorité ne va plus de soi, se partage désormais entre le père et la mère, se nourrit de négociations permanentes. Les parents ne savent plus comment poser des limites ou n’osent pas le faire. Ils se sentent encore plus démunis face à des adolescents qui font vaciller leurs certitudes. Il est néanmoins « normal » qu’ils bousculent un peu leurs parents.

« Les comportements d’opposition qu’ils avaient à 3-4 ans ressurgissent à la puberté, rappelle Stéphane Clerget. Ils remettent en question le sens des règles, des lois, et la légitimité des parents face aux demandes de liberté qu’ils expriment. Ou font preuve d’une certaine indolence, d’une résistance passive, qui correspond à ce même désir d’émancipation, à cette volonté d’être regardé autrement que comme un enfant. »

Les parents sont souvent déstabilisés face à leur enfant qui se transforme physiquement et moralement. « Il n’est pas rare qu’il leur paraisse étranger », souligne Stéphane Clerget. Il réveille à leur insu leur propre adolescence, ce qui les fragilise.

« Il ne faut pas faire comme si rien ne s’était passé ; il faut marquer le coup, lui reconnaître de nouveaux droits et de nouveaux devoirs, lui laisser plus de liberté, mais aussi lui confier plus de responsabilités (baby-sitting, courses pour toute la famille...). L’autorité, c’est d’abord autoriser, rappelle-t-il. Or les parents ont tendance à la fois à autonomiser précocement les enfants et à surprotéger leurs adolescents. On vit dans une société où ne veut plus prendre de risque. Les parents doivent faire la part entre leurs angoisses et les risques réels. »
Les laisser aussi respirer un peu

Il est nécessaire aussi de les laisser respirer un peu. « Les parents sont paradoxalement à la fois absents et trop sur leur dos le reste du temps, poursuit le pédopsychiatre. Les relations ont tendance à devenir trop fusionnelles. Ce qui peut susciter des conflits, car les ados ont besoin de se décoller de leurs parents », rappelle-t-il.

Mais trouver la bonne distance n’est pas toujours facile. Comme il n’est pas facile de trouver la juste autorité : être souple sans être laxiste, éviter les pièges de l’autoritarisme, qui repose sur la force et l’humiliation ; mais aussi ceux de la « séduction », contraire de l’« éducation », selon Daniel Marcelli. « Plus les parents confondent autorité et pouvoir, plus l’adolescent va chercher à les pousser à bout et les provoquer. L’adolescent a le génie d’imposer ses positions à ses parents, quand il est mené par le bout du nez ou au contraire trop gâté. »

La plupart des parents ont du mal à user de leur autorité sur leurs enfants, car ils ont peur de ne pas être aimés, observe Stéphane Clerget. « C’est la génération de parents la plus dépendante de l’amour de ses enfants, dit-il. Ils misent tellement sur l’affection des ados, qu’ils les mettent en position de pouvoir, par le chantage affectif par exemple. »

La « bonne » autorité est celle qui contient l’adolescent, le protège, le rassure. Cette gangue protectrice se construit tout au long de l’enfance, comme le souligne le professeur Marcelli. « Pour qu’un adolescent puisse accéder à une certaine autonomie, il est indispensable qu’il soit capable de se fixer lui-même des limites, parce qu’il a intériorisé certains interdits. Cette capacité à se donner des limites se révèle à l’adolescence, mais est le résultat de la manière dont il a été élevé enfant. Pour pouvoir contrôler ses pulsions pubertaires, il faut avoir été confronté à la frustration, mais aussi à des adultes capables de se frustrer eux-mêmes. »
Définir certaines règles de vie

Pour autant, un enfant bien éduqué ne fait pas nécessairement un adolescent facile. « L’éducation contemporaine a pour objectif de former des individus épanouis, capables de négocier, d’exprimer leurs positions, souligne-t-il. On l’a habitué à revendiquer, à discuter, il s’en sert. Un enfant bien éduqué devient donc un adolescent difficile à piloter ! »

Mais négocier en permanence demande de l’énergie et du temps. Et quand les parents rentrent fatigués le soir, ils ont tendance à baisser les bras. Daniel Marcelli conseille donc de définir certaines règles de vie pour que tout ne soit pas en permanence sujet à discussion et de les réajuster régulièrement en fonction de l’âge et des besoins de l’adolescent : l’argent de poche, les tâches à accomplir, le rythme des sorties, les heures de coucher…

Et si l’adolescent continue à provoquer ses parents, ils sont en droit de prendre des « sanctions », estime-t-il. « À condition qu’elles ne soient pas prises sous l’impulsion de la colère. Car quand on est en colère, on a envie de faire mal à l’autre. Elles doivent être par ailleurs limitées dans l’espace et le temps : supprimer une sortie ou l’utilisation de l’ordinateur pendant 48 heures par exemple. Mais priver de foot un jeune qui est passionné, c’est du sadisme ».

Stéphane Clerget insiste également sur la nécessité d’être convaincu soi-même du bien-fondé et du sens des limites qu’on impose. Et de relativiser les sources de conflits qui se cristallisent trop souvent autour du travail scolaire. « Car le désinvestissement scolaire de certains ados s’inscrit dans leur volonté de s’émanciper de leurs parents. On juge trop le bien-être des adolescents sur leurs qualités scolaires et, a contrario, quand ils sont en échec, les parents sont capables de leur dire des choses terribles ».

Certes, éduquer un adolescent est un art d’équilibriste. « C’est à la fois une question de savoir-faire, mais aussi de volonté de bien faire, nuance-t-il. Autant que les comportements, c’est l’intention qui compte. Le rigide bienveillant n’a pas le même impact que le rigide sadique ; et le laxiste réfléchi que celui qui déprime ou s’en fiche. » Et les enfants, comme les adolescents, rassure-t-il, sentent très bien quand leurs parents agissent pour leur bien.

 

http://www.la-croix.com/Famille/Parents-Enfants/Dossiers/Enfants-et-Adolescents/13-a-18-ans/Elever-un-adolescent-entre-autorite-et-liberte-2012-01-03-753485

Ces profs qui ont changé nos vies

Qui sont les enseignants qui ont les meilleurs résultats et marquent des générations d'élèves? Depuis quelques années, les chercheurs en psychologie décryptent leurs qualités.

Faites le test: demandez à une tablée «Vous vous souvenez de vos profs?» et vous ne pourrez plus venir à bout des confidences. Car, tous, nous avons été marqués par ces adultes qui, juste après nos parents, avaient la mission essentielle de nous aider à comprendre le monde. Marqués, certes, mais en bien… comme en mal.

Alain Golomb, aujourd'hui 50 ans et lui-même devenu professeur de lettres, auteur d'une série de textes caustiques et ciselés sur sa profession (Profs et Cie, Éd. Arlea), n'oubliera jamais son maître d'éducation physique à l'école élémentaire. «Je n'avais pratiqué aucun sport jusqu'à l'âge de 9 ans. D'emblée, j'étais nul. Et lui ne cessait de se moquer de moi: “Ah, tu réussiras à monter à la corde… Dans dix ans!”, me lançait-il devant les autres élèves pendant que j'essayais de grimper. J'entends encore mes camarades rire à gorge déployée.»

«Le mauvais prof est celui qui humilie»

De cette triste expérience, Alain Golomb a gardé une certitude qui l'aide dans l'exercice de son métier: «Le mauvais prof est celui qui humilie.»

Ce sont d'autres rencontres, plus tard, qui l'ont non seulement réconcilié avec l'exercice physique, mais ont aussi éveillé sa vocation. «Des profs de lettres qui récitaient des poèmes en plein cours, connaissaient de tête de nombreuses citations, toujours dites à propos, et nous laissaient sans voix à notre pupitre, étonnés par tant de virtuosité.» Pour lui, ceux-là étaient «des bons, car ils faisaient corps avec leur savoir».

C'est en effet la première et indispensable qualité des enseignants captivant leurs classes: l'enthousiasme. Christopher Day, professeur émérite en éducation à l'université de Nottingham, a mené de 2006 à 2008 une étude qui incluait 300 enseignants et pas moins de 3000 élèves. Il a ainsi découvert que les enseignants les plus efficaces auprès des élèves représentaient une catégorie à part: ceux-ci n'avaient pas plus d'expérience que leurs confrères, mais un fort enthousiasme pour leur travail, une puissante motivation, un réel engagement. «Ils créent un climat propice à l'apprentissage en discutant les idées des élèves, en les inspirant, en se montrant innovants dans leur exercice», décrit Christopher Day.

Plus récemment, le chercheur Robert Vallerand, du Laboratoire de recherche sur le comportement social de l'université du Québec, à Montréal, a démontré que les professeurs passionnés et surtout ceux qui le sont de façon harmonieuse (et non de manière obsessionnelle) sont ceux qui savent mieux transmettre leur passion pour la matière qu'ils enseignent.

Un constat fait aussi par Alain Golomb: «En lettres, c'est certain, les meilleurs profs sont ceux qui continuent à lire, qui écrivent… Dans certaines matières, comme l'histoire ou les langues vivantes, il est essentiel de sans cesse mettre à jour ses connaissances. En maths, il est évidemment plus difficile de conserver un rapport vivant avec sa discipline, concède le professeur. Et après trente ans de métier, c'est une vraie gageure de garder intense sa passion.»

C'est alors qu'une autre qualité chez l'enseignant peut s'avérer déterminante: la confiance dans les capacités des élèves. Ainsi, une célèbre expérience a démontré «l'effet Pygmalion»: lorsque des enseignants croient à des progrès probables chez certains élèves, ceux-ci obtiennent effectivement de meilleurs résultats.

Encourager les élèves à construire leur liberté

Pour Alain Golomb, cette qualité de l'interaction prof-élève renvoie aussi à la mission d'«éveilleur» conscientisée chez les enseignants compétents: «Ceux-là secouent les élèves, les déstabilisent…» On pense alors au professeur Keating, personnage décapant interprété par Robin Williams dans le film Le Cercle des poètes disparus: refusant tout conformisme, il encourageait chaque élève à construire une vraie liberté.

Toutes ces qualités humaines ne seraient évidemment rien sans l'art d'enseigner indispensable à tout pédagogue. «On apprend à enseigner en faisant des stages, des formations, en assistant aux cours de grands professeurs», relate Alain Golomb, soulignant que la réinvention d'écoles nouvelles du professorat ou des IUFM «est absolument indispensable». Car la transmission vivante des connaissances se nourrit à la fois de talent et de technique. «Rien à craindre donc des nouvelles technologies qui, certes, offrent une masse inégalable d'informations et de documentation aux élèves, estime le professeur. Même si elles existent, l'élève aura toujours besoin d'enseignants en chair et en os, des êtres humains qui offrent un moment de leur vie.»

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/09/04/18977-ces-profs-qui-ont-change-nos-vies

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site