Photobucket
referencement sur bing - référencement de site web gratuit -

efficace

Une méthode efficace de préparer ses examens

 

Comment faire des fiches de rvision 3 728

Pour réviser, une des meilleures méthodes est encore de faire ses propres fiches de révisions. En effet, cela vous permet de relire vos cours, d'en sortir les informations les plus importantes et de les noter. Faire des fiches de révisions, c'est déjà commencer à réviser efficacement puisqu'en notant les idées importantes du cours, vous commencez déjà à le mémoriser !

Pas facile de faire une fiche de révision ! Et pourtant, à l'approche des examens, une fiche de révision peut s'avérer très utile pour gagner du temps et bien apprendre ses cours. digiSchool média vous donne 3 étapes pour réussir vos fiches de révisions.

Ne retenir que l'essentiel

Pour faire une bonne fiche de révision, il faut commencer par trier ses cours. Distinguez un point précis du cours que vous pourrez synthétiser. Par exemple, une liste de dates ou de définitions à apprendre par coeur. Cela peut aussi être une démonstration mathématique qui risque de tomber à l'examen, une compilation d'informations sur un auteur... Bref, retenez cette formule simple : une fiche de révision = un sujet.

Car le principal écueil dans lequel les étudiants tombent régulièrement quand ils préparent leurs examens, c'est de raisonner uniquement sur l'ordre donné par le professeur durant le cours. Sachez que pour faire vos fiches de révisions, vous n'êtes pas obligé de garder la même structure ! Au contraire, lire son cours et ses fiches de révisions doivent être deux manières de travailler complémentaires !

Rédiger une fiche de révision

L'important dans une fiche de révision, c'est qu'elle soit CLAIRE ! Elle doit compiler des idées-clés et vous permettre de vous remémorer et apprendre plus en détail un cours. Pour cela :

Notez en haut le nom de la matière et le semestre concerné (toujours pratique, surtout si vous souhaitez les conserver par la suite) ;

Numérotez vos fiches de révisions par matière, cela permet de les classer ;

Indiquez un titre clair à votre fiche de révision ;

Dans le corps de la fiche, évitez de rédiger des phrases, voire des paragraphes entiers. Essayez de rester le plus synthétique possible, et surtout lisible ;

Et, surtout, n'oubliez pas que l'un des intérêts de la fiche de révision est de gagner du temps ! Alors, pas la peine d'y passer 3 semaines non plus...

Combinées au planning de révisions, les fiches de révisions prennent alors tout leur sens. En effet, tout cet ensemble de techniques n'a comme seul intérêt que de faciliter et rendre plus efficace vos révisions. Elles sont donc à utiliser sans modération et à perfectionner. N'hésitez pas, par exemple, à ajouter une touche personnelle à une fiche de révision.

Une méthode efficace de préparer ses examens

Ceci dit, l'un des avantages d'une fiche de révision, c'est qu'elle est elle-même utile pour préparer ses examens. En effet, si vous êtes capable de faire des fiches de révisions bien structurées, sur les thématiques essentielles de vos cours, c'est que vous avez déjà du recul sur vos cours.

Ensuite, il y a l'intérêt et de pouvoir alléger ses révisions, en s'extirpant du format "100 pages de cours écrites en tout petit", qui décourage à vue d'oeil ! Pour toutes ces raisons, les fiches de révision sont un outil indispensable à la préparation de ses examens et peut payer à long terme.

 

https://www.digischool.fr/methodologie/rediger-une-fiche-de-revision-en-3-etapes-2493.php

 

Cinq conseils pour une lecture efficace

"Bonheur de Proust : d'une lecture à l'autre, on ne saute jamais les mêmes passages", écrivait Roland Barthes dans Le plaisir du texte. Lire, ce n'est pas tout lire, même en littérature. Un lecteur actif opère une sélection selon l'objectif et la stratégie qu'il s'est fixés. Il "scanne" le document ou au contraire cherche un mot-clé, comme sur un ordinateur. Voici cinq conseils essentiels pour une lecture plus rapide et plus efficace. 

1
  Connaître son niveau
Avant de vous lancer dans une méthode de lecture, faites le point. Combien de livres, de rapports, de journaux ou autres documents lisez-vous chaque semaine ? Quel temps y consacrez-vous ? Estimez-vous avoir un bon niveau de lecture ? Essayez de distinguer la lecture intégrale - vous lisez tous les mots sans en sauter volontairement - de la lecture d'écrémage - vous ne cherchez à voir que les mots porteurs d'informations. 

Pour mesurer précisément votre niveau, vous pouvez vous tester en ligne (testez-vous). Un cadre, sans formation spécifique à la lecture rapide, lit en moyenne 250 à 350 mots par minute en lecture intégrale. En suivant une méthode telle que celle de François Richaudeau ou en participant à une formation de trois jours, vous pouvez doubler, voire tripler votre vitesse en lecture intégrale.
 
2
  Se fixer un objectif
Pour devenir un lecteur actif, vous devez vous fixer un objectif avant de débuter la lecture d'un texte. "Il faut se poser la question de vos besoins", conseille Marie Luce Dubois, formatrice à la Cegos. Souhaitez-vous mémoriser une information ? Trouver une donnée précise ? Comprendre une problématique ? Restituer une information ? "Ensuite, vous pouvez faire une hypothèse sur ce que le support va apporter, poursuit-elle. Elle restera à vérifier mais elle vous donne des prérequis et vous rend plus actif." Vous pouvez aussi vous fixer un objectif de temps, par exemple trente minutes pour lire le journal.
 
3
  Adopter une stratégie
En fonction de votre objectif, vous allez choisir une stratégie. "Un lecteur responsable est actif. Il choisit de lire certains textes rapidement, d'autres lentement", affirme François Richaudeau, auteur de Méthode lecture rapide, spécialiste de la lisibilité et de la typographie. "D'une manière générale, mieux vaut deux lectures accélérées qu'une lente approfondie", note Elisabeth Lesbats, formatrice indépendante. Si vous voulez mémoriser certaines informations, mieux vaut vous munir d'un stylo et, par exemple, résumer chaque paragraphe en un mot. 

S'il s'agit d'un livre professionnel, commencez par lire la quatrième de couverture, le sommaire et la bibliographie. Ensuite, vous pouvez aller directement au chapitre qui vous intéresse. Votre stratégie peut aussi vous conduire à lire toutes les introductions et toutes les conclusions. Si vous cherchez une information ciblée, vous pourrez regarder rapidement les tableaux ou les graphes ou vous focaliser sur quelques mots-clés. Mais si votre objectif est de rédiger une fiche de lecture, vous lirez l'ouvrage en entier. 

Sachez que nous lisons pour l'instant nettement moins vite à l'écran que sur papier. Sur Internet, vous pouvez adopter une stratégie en conséquence : "feuilleter" grâce aux liens hypertexte, se concentrer sur l'habillage (titre, chapeau, intertitres) pour savoir ce que contient la page, puis survoler le texte ou l'imprimer si vous voulez en faire une lecture approfondie ou l'archiver.
 
4
  Faire des choix contrôlés

Face à une masse considérable d'informations, vous ne pouvez tout lire. Il vous faut donc aller à l'essentiel, sans pour autant passer à côté d'une information essentielle. Cela suppose d'avoir confiance en soi. "Il faut faire des choix contrôlés, prendre le risque de survoler certains passages", note Marie Luce Dubois. Si une information importante vous a échappé, vous avez toutes les chances de vous en rendre compte au fil de la lecture et donc de revenir en arrière. Il ne faut pas hésiter à s'approprier le document et à le déstructurer : commencer par la fin, lire les intertitres, les mots en gras... "Le lecteur réécrit le texte", résume François Richaudeau.

 
5
  Lâcher prise

Pour une lecture efficace, il faut savoir lâcher prise, c'est-à-dire arrêter de lire mentalement syllabe après syllabe. "En lisant dans sa tête, on ne peut dépasser 500 mots", remarque Elisabeth Lesbats. "C'est un cap à passer, un saut dans le vide, car on a toujours peur de passer à côté d'une information. Mais même lorsqu'il manque un mot, le cerveau recompose de lui-même la phrase." Sans tout lire, on peut parvenir à reconstituer le sens. Cela revient à "scanner" le document, et non à le déchiffrer. 

Pour y parvenir, rien de tel que la pratique. Les formes de construction de phrases deviennent de plus en plus familières et on se sent plus à l'aise. "En accélérant, la lecture en résonance, ou syllabe par syllabe, finit par disparaître", constate Marie Luce Dubois. Pour cela, vous pouvez faire des galops d'essai et revenir ensuite sur le texte pour voir quelles informations vous avez manquées.

 
Testez-vous

http://www.journaldunet.com/management/dossiers/0511112lecture-rapide/conseils.shtml

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site