referencement sur bing - référencement de site web gratuit -
Créer un site internet

enseignement

Les stratégies d'enseignement et d'apprentissage

Enseignement

Les stratégies font référence à un ensemble d'actions ou de moyens observables et non observables (comportements, pensées, techniques, tactiques) employés par un individu avec une intention particulière et ajustés en fonction des variables d'une situation. Telle est la définition des stratégies que suggère l'auteure, stratégies dont elle propose l'enseignement à tous les élèves, tout particulièrement aux élèves en difficulté.

Ces stratégies d'enseignement et d'apprentissage sont placées à titre de suggestions. Elles ne conviennent pas forcément à toutes les matières ni à toutes les personnalités.
.

Liste et definitions

Les activités dirigées de lecture et de réflexion : Une activité dirigée de lecture et de réflexion est un processus qui  permet
                                                                              aux élèves d'établir des objectifs et de faire des prévisions à propos des
                                                                              textes qu'ils lisent.

L'apprentissage coopératif :  L'apprentissage en petits groupes est une façon d'organiser les expériences du programme
                                              d'études afin d'assurer la participation des élèves et l'interdépendance des tâches
                                              d'apprentissage.
                                              Les élèves ont besoin de l'orientation et de l'appui de l'enseignante ou de l'enseignant afin
                                              d'apprendre comment travailler en collaboration, de façon efficace et organisée.

L'apprentissage expérientiel : Il est centré sur l'élève. L'apprentissage expérientiel vise le processu autant que le produit. Il
                                                favorise l'objectivation et implique la réflexion personnelle sur une expérience à l'intérieur ou
                                                à l'extérieur de la salle de classe. Cet apprentissage fait appel à des activités réelles résultant
                                                dans un apprentissage inductif qui peut s'appliquer dans d'autres contextes.

                                            Exemples: - excursions                                 - expériences                          - jeux
                                                             - constructions                             - jeux de rôles                        - sondages
                                                             - observations sur le champ           - simulation                            - maquettes
                                                             - visualisation

Le calcul mental : Le calcul mental est un processus ou une activité qui permet aux élèves d'effecteur mentalement une série d'opérations.

La cartographie : Une cartographie est une représentation de données physiques,  démographiques ou numériques sous forme visuelle.

Le casse-tête (jigsaw)* : L'objectif de cette méthode d'apprentissage coopératif est de permettre aux élèves d'acquérir des
                                      perspectives et des points de vue variés en participant à des groupes spéciaux, en mettant en
                                      commun et en intégrant les connaissances acquises au sein d'un groupe.

Les centres d'apprentissage :  Les centres d'apprentissage décrivent des lieux désignés dans lesquels des activités
                                                d'apprentissage ont lieu afin de favoriser les choix, les réflexions et les interactions avec les
                                                autres élèves.

Le classement :  Le classement est une forme de réflexion inductive dans laquelle les critères établis ou proposés par les
                           élèves permettent de classer et de désigner des groupes.

Le compte rendu de lecture :  Le compte rendu de lecture décrit les rapports réfléchis et personnels que les élèves ont avec
                                                des idées, des émotions,le langage et les expériences qui se rapportent à un texte littéraire.

La conférence :  La conférence en équipe de deux permet de discuter d'idées et de problèmes variés en paires ou en petits
                           groupes; elle peut être réalisée de diverses façons avec l'enseignante ou l'enseignant,les autres élèves ou les parents.

La conférencière / le conférencier :  Une personne spécialiste de l'extérieur de l'école est invitée à venir présenter des
                                                          idées, des points de vue différents, des opinions et des expériences concrètes, et à
                                                          répondre aux questions posées par les élèves.

Le contrat d'apprentissage : Un contrat d'apprentissage est un plan d'activités négociées entre l'enseignante ou l'enseignant
                                             et les élèves et qui vise à répondre aux besoins et aux intérêts d'un ou d'une élève ou d'un petit
                                             groupe d'élèves.
                                             Par exemple, un contrat d'apprentissage peut résumer, élargir ou modifier les attentes du
                                             programme, ou modifier le cadre et les attentes sur le plan de l' apprentissage.

La définition de problèmes : La définition de problèmes est une composante de la résolution de problèmes qui permet aux
                                              élèves et à l'enseignante ou à l'enseignant non seulement de résoudre des problèmes,
                                              mais également d'appliquer leur créativité en leur esprit critique à l' élaboration de nouveaux
                                              problèmes qui stimulent la réflexion des autres élèves.

Les devoirs:  Les devoirs sont des travaux qui sont réalisés par les élèves en dehors de la classe, généralement pour leur
                     permettre de revoir ou terminer les travaux donnés en classe.

Les discussions : Les discussions sont des échanges structurés qui permettent aux élèves d'explorer des sujets de réflexion,
                           de réagir à des idées, de traiter des informations et d'articuler leurs rt1exions dans des échanges verbaux
                           avec les enseignantes et enseignants et les autres élèves.

Les discussions à deux:  Les élèves réflchissent seuls, pendant un certain temps, à une question posée par l'enseignante ou
                                       l'enseignant, puis se regroupent par deux afin d'échanger leurs idées. Ils présentent ensuite
                                       une réponse commune à la classe.

L' écriture dirigée:  L' écriture dirigée est une méthode qui permet d'orienter les réflexions des élèves par le biais d'expriences
                               de rédaction qui favorisent leur compréhension des procédés, des objectifs et des formes.

L'enquête:  L'enquête est une méthode qui permet de faire des apprentissages, de poser des questions et de résoudre des
                   problèmes lors d'activités en classe, ou d'effectuer une recherche à propos d'un sujet, d'une question, d'un
                   phénomène ou d' une idée.

L'enseignement assisté par ordinateur : L'enseignement assisté par ordinateur donne l'occasion aux élèves d'utiliser
                                                                un ordinateur afin d'acqurir de nouvelles connaissances ou d'approfondir la matière
                                                                qu'ils ont déjà étudiée.

L'enseignement dirigé: L'enseignante ou l'enseignant fournit de l'infornmation aux apprenantes et aux apprenants par:
                                     - un survol structuré de la matière
                                     - un enseignement livresque
                                     - des démonstrations
                                     - de comparaisons et des contrastes
                                     - des questions didactiques
                                     - des guides pour lire, écouter, visionner
                                     - des exercices et applications

L'enseigement par les pairs : Les élèves ou des groupes d' élèves qui ont acquis des comptences ou des connaissances
                                               dans un domaine particulier enseignent ce qu'ils ont appris aux autres élèves.

L'enseignement semi-dirigé: Il est centré sur l'élève la plupart du temps. L'élève s'implique activement en observant, en
                                              effectuant de la recherche, en formulant des hypothèses et en tirant des conclusions.
                                          Exemples: - la résolution de problèmes
                                                             - l'étude de cas
                                                             - la lecture pour comprendre
                                                             - la discussion et la réflexion
                                                             - la carte d'exploration
                                                             - les exercices de closure
                                                             - la recherche

L'entrevue :  Une entrevue est une conversation ou un dialogue qui favorise la collecte des données ou de points de vue
                     nouveaux auprès de la personne interviewée.

L' étude de cas:  Un problême concret est choisi et étudié par les élèves. L' étude de cas peut être réalisée à partir d'un
                           problème réel ou simulé.
                           L'étude de cas fait souvent appel un jeu de rôle qui permet aux élèves de comprendre clairement le problème
                           et de déterminer des solutions possibles.

Les études indépendantes : Les études indépendantes permettent aux élèves, sous la direction de l'enseignante ou
                                             l'enseignant, d'apprendre à organiser et explorer en détail, de façon indépendante, un
                                             domaine d'intérêt ou à approfondir leur apprentissage.

Les exercices en petits groupes : Les élèves font des exercices et des révisions à deux ou en petits groupes, afin de
                                                     consolider leurs connaissances ou d'approfondir leurs aptitudes.

Les explications orales : Les explications orales représentent une méthode qui permet aux élèves de justifier leur
                                       raisonnement en communiquant oralement.

L'exposé : L'exposé est une présentation orale de l'information au cours de laquelle l'élève doit prendre des notes.

La générale, la répétition, la pratique : La générale,la répétition ou la pratique est une technique qui pour s'exercer à
                                                               plusieurs reprises afin de mémoriser des faits, des rôles, des modèles,
                                                               des compétences, des méthodes ou des stratégies qui doivent être activés
                                                               instantanément et appliqués afin d'approfondir certains apprentissages ou de faire
                                                               la démonstration des connaissances acquises.

Le graphique : Le graphique est un outil visuel pour régler un problème. II fait appel à une description et à une interprétation du
                        monde à l' aide de nombres ainsi qu' à la représentation de ces notions sous forme visuelle.

L'improvisation : L'improvisation est un procédé qui aide les élèves à réaliser des expériences et à faire des créations dans le
                           cadre de structures prévisibles.

Les indices : Les indices sont des mots, des phrases ou des énoncés pour orienter ou susciter la réflexion.

Le jeu de rôle:  Le jeu de rôle permet aux élèves et à I'enseignante ou à l'enseignant d'explorer les pensées et les émotions
                         d'une autre personne en se comportant, dans un contexte dramatique, comme le ferait cette personne.

Le journal des apprentissages : Les élèves indiquent par écrit le processus et le contenu de leurs apprentissages dans un
                                                   journal personnel.

Le journal réponse : Le journal réponse est une forme d'écriture qui permet aux élèves d' établir des liens réfléchis avec les
                                 textes littéraires ou autres, à l'aide d'explorations, d' analyses, de questions, de réflexions ou
                                 d'interprétations, ce qui leur fait connaître de nouveaux points de vue et enrichit leur appréciation ou
                                 leur compréhension.

La lecture à haute voix : La lecture à haute voix donne l'occasion à l'enseignante ou à l'enseignant et aux élèves de lire des
                                        textes, des récits ou des poèmes afin de réaliser des apprentissages variés.

La lecture assistée : La lecture assiste permet aux élèves de lire un texte en compagnie d'une personne d'expérience.

La lecture autonome : La lecture autonome donne aux élèves le temps nécessaire pour lire des textes de leur choix de façon  régulière.

La lecture dirigée : La lecture dirigée est une méthode qui permet à l'enseignante ou l'enseignant de soutenir l'apprentissage
                               des élèves et d'appliquer des techniques de lecture par le biais d' interactions à propos des idées et des
                               informations contenues dans le matériel de lecture, et de leur interprétation.

La lecture dramatique : La lecture dramatique est une technique pour représenter concrètement une narration tirée d' un
                                      roman, d'un récit, d'un livre d'illustrations ou d'un poème.

La lecture en choeur : La lecture en choeur donne à un groupe l'occasion de réaliser la présentation orale d'un texte,
                                    généralement un poème, après l'avoir répété.

La lecture individuelle : La lecture individuelle est une composante du programme de lecture qui permet aux élèves de faire
                                       des lecture et des apprentissages à partir de textes choisis en fonction de leur intérêt dans un
                                       ensemble de textes sélectionnés au préalable par l'enseignante ou l'enseignant ou par le ou la bibliothécaire.

Les marionnettes : Les marionnettes sont manipulées par les élèves, ou l'enseignante ou l'enseignant, afin d'analyser un
                              récit, un personnage, une question ou une information.

La mémorisation : La mémorisation est un exercice mental, oral ou écrit qui permet le rappel rapide de données afin de
                              les traiter ou de les transformer à d'autres contextes.

Le modèle : La fabrication d'un modèle permet de reproduire des systèmes réels ou imaginaires, des objets, des idées, des
                    technologies, des événements, des contextes, des animaux, des phénomènes.

La narration : La narration permet de raconter une histoire plutôt que de la lire à haute voix.

La numérotation : La numérotation est une méthode pour approfondir les connaissances ou les compétences des élèves. Les
                             élèves sont répartis en petits groupes (généralement de quatre) et chaque élève reçoit un numéro.
                             L'enseignante ou l'enseignant pose un problème (par  ex : chaque groupe doit effectuer une recherche
                             documentaire sur l'utilisation des guillemets) et indique une période limite de temps. Les élèves travaillent
                             ensemble afin de répondre à la question et s'assurent que chaque membre du groupe comprend la réponse.
                             L'enseignante ou l'enseignant annonce un nombre et l'élève correspondant dans chaque groupe donne sa réponse.

Les objets à manipuler : Les objets à manipuler donnent aux élèves l'occasion de travailler avec du matériel qui fait appel
                                       à leurs sens et qu'ils peuvent toucher, déplacer et réorganiser.

La participation communautaire  : La participation communautaire permet aux élèves d'établir des liens de collaboration
                                                       avec la collectivité. Cette collaboration prend la forme d'une vaste gamme d'activités,
                                                       de réalisations et d'expériences d'apprentissage scolaire.

Les procédés mnémotechniques : Les procédés mnémotechniques sont des indices qui favorisent le rappel de certaines
                                                      données qui ont été mémorisées.

La psalmodie :  La psalmodie est une méthode d'exploration des groupes de mots en les lisant de façon rythmique.

La rédaction-apprentissage : La rédaction-apprentissage est un procédé pour acquérir de nouvelles connaissances par
                                              le biais de l'écriture.

 La rédaction d'un journal personnel : La rédaction d'un journal personnel favorise l'expression des idées, des expériences,
                                                             des questions, des réflexions et des connaissances personnelles ainsi que des
                                                             nouveaux apprentissages, de façon régulière.

 La recherche : La recherche est une méthode d'enquête qui permet aux élèves de réunir choisir, organiser et présenter de
                         l'information afin d'approfondir leurs connaissances et leur capacité à effectuer de nouveaux apprentissages.

La réflexion à haute voix : La réflexion à haute voix est un exercice qui permet à l'enseignante ou  à l'enseignant et aux
                                           élèves de verbaliser un processus ou une méthode pendant son application.

Le remue-méninges : Le remue-méninges est une technique de recherche des idées. Les élèves élaborent une liste
                                   d'exemples, d'idées ou de questions afin d'illustrer, d'approfondir ou d'explorer une idée centrale ou un sujet.

La simulation : La simulation est une reproduction de la réalité dans laquelle les élèves réagissent comme si la situation était réelle.

Le tableau : Un tableau est créé par un groupe de personnes silencieuses et immobiles qui reproduisent une scène.

Le test de closure : Le test de closure consiste à indiquer les phrases ou les mots manquants dans un texte. Le test
                               de closure favorise l'écoute et la compréhension de lecture.

Le théâtre-forum : Présentation d'un problème sous une forme non résolue devant un auditoire invité à proposer et appliquer
                             des solutions.
                             Un certain nombre de solutions sont appliquées lors de chaque séance, ce qui permet de mettre en
                             commun les connaissances, les méthodes et l'expérience.

Le tour de table :  Dans un tour de table, les élèves, en petits groupes, ont des échanges structurés avec chaque élève, qui
   

Devenir un bon professeur

chec examen

3 raisons pour lesquelles il est si difficile d'enseigner

1. Parce que nous prenons toute chose pour évidente dès lors que nous l'avons comprise
 
Apprendre quelque chose à quelqu'un consistant d'abord à accepter le fait qu'il ne sache ni ne comprenne quelque chose qui pourtant nous paraît évident depuis belle lurette, il va falloir faire l'effort de se souvenir de cette époque où, comme l'élève, nous non plus, ne savions pas. Effort d'autant moins intuitif pour l'ego qu'il nous remémore un passé d'ignorant que nous avons bien vite oublié.
2. Parce que se mettre à la place de l'autre est contre-intuitif.
 
Apprendre quelque chose à quelqu'un se différenciant de "faire la leçon" par l'intérêt que porte l'enseignant à la façon d'apprendre de son élève, enseigner réclame donc de l'empathie. Soit cette capacité à se mettre à la place de l'autre tout en restant à la sienne, dont la vie quotidienne démontre chaque jour à quel point elle peut faire défaut à nos semblables
3. Parce qu'à chaque élève, sa façon d'expliquer (en théorie)

Apprendre quelque chose à quelqu'un reposant sur l'aptitude du recevant à intégrer un message, transmettre réclame non seulement de répéter mais surtout de répéter différemment pour trouver le "canal d'entrée" le plus réceptif chez la personne en face de lui. Pour rappel: les visuels vont retenir les images et éprouver des difficultés à analyser/mémoriser les sons, les auditifs feront le contraire, les conceptuels ne feront ni l'un ni l'autre et apprendront les idées, quant aux kinesthésiques, ils ont envie de manipuler tout ce que vous leur dites avec les mains.

8 techniques pour apprendre quelque chose à quelqu'un

1. Votre passion est votre ennemie
  • Quand vous avez développé beaucoup de connaissances dans un domaine, c'est probablement que vous l'aimez dans les mêmes proportions. L'élève, lui, en est encore au stade où il ignore s'il l'aimera comme vous un jour, et d'emblée cet écart vous sépare. Partez toujours du principe qu'a priori, contrairement à vous, un élève n'éprouve pas (autant) de plaisir dans les tâches que vous lui demandez. Vous éviterez ainsi qu'il se sente en trop grand décalage avec vous.
2. Faites-le reformuler
  • Tout le monde sait écouter en prenant l'air intéressé. On l'a tous fait, notamment par exemple pendant un rendez-vous "amoureux" qui n'en avait que le nom. Ne présupposez jamais qu'un élève a compris parce qu'il vous l'affirme. Il en est peut-être lui-même sincèrement persuadé, mais demandez-lui toujours de reformuler, de "faire ses mots". C'est pendant la phase de reformulation qu'il va lever (et résoudre) ses propres blocages et intégrer l'information.

3. Anticipez les difficultés
  • Oubliez ce que vous savez sur votre discipline et regardez-là avec les yeux d'un "ignorant". Où avez-vous éprouvé des difficultés quand vous l'avez apprise? Il est probable à 99,9% que votre auditeur rencontre (au moins) les mêmes, alors anticipez en ralentissant sur ces points précis et demandez-lui de redoubler d'attention. Assurez-vous par ailleurs que le point précédent est bien "refermé" (en le faisant reformuler) avant d'aborder une difficulté nouvelle, et rassurez-le en lui disant que vous y passerez tout le temps nécessaire, afin de lui ôter la pression implicite d'avoir à comprendre du premier coup.
4. Lors de la première explication, élaguez au maximum
  • Votre connaissance in extenso du problème vous fait penser à l'avance à mille nuances et détails dont la personne qui vous fait face n'a pas idée, et qu'elle n'a pas à savoir pour le moment car ils ne feraient que l'embrouiller. La première fois que vous expliquez quelque chose à quelqu'un, faites l'impasse sur tous les détails qui pourraient ralentir sa compréhension, ne lui donnez que the big picture. De la même façon, demandez-lui toujours ce qu'il veut faire in fine avec ce que vous lui apprenez, c'est la meilleure façon de prioriser et de construire votre plan personnalisé.
5. Une chose a un nom (et le garde)
Votre expérience dans le domaine considéré vous amène souvent à jongler sans y penser avec le champ lexical, intervertissant les mots tout en sachant toujours ce que vous désignez. Pensez que, pour votre interlocuteur, tout est nouveau, même les mots! Je suivais récemment une formation à Photoshop et mon coach pour l'occasion utilisait alternativement les expressions "zones de travail" et "fond" comme équivalant parfaits, au petit détail près qu'il avait oublié de me le dire! Quoique vous expliquiez à un débutant, une chose a un nom et un seul. Pas deux.
6. Si une explication ne "rentre" pas, changez d'explication!
Peut-être le point le plus important. Si la définition des concepts ne doit plus changer (voir point précédent), la clef consiste en revanche à varier la façon d'expliquer. Le dicton populaire disant que la pédagogie passait nécessairement par la répétition est incomplet: utilisée seule, la "bête" répétition n'a jamais été une pédagogie en soi! Mon professeur de boxe me faisait remarquer que mes crochets n'étaient pas à la hauteur de mes directs (au sens propre et figuré) et j'avais du mal à les corriger. Cela faisait des dizaines de fois qu'il me répétait de ramener l'avant-bras parallèle au sol mais cela ne passait pas, j'étais (ou plutôt, mon canal) "bouché". Je lui ai alors demandé, en sueur mais sur le ton de la plaisanterie, de me l'expliquer d'une autre manière. Avec d'autres mots, une autre image. Nouvelle version: "fais comme si tu donnais un coup de coude". Résultat j'ai compris. Je rate, encore, parfois, mais j'ai bien compris.
7. Utilisez des analogies, ou le pouvoir du "fais comme si"
Souvenez-vous que la personne qui vous fait face, aussi novice qu'elle soit sur le sujet du jour, est experte dans d'autres dont vous ne savez probablement rien. Ou pas grand chose. Mettez à profit ce "capital" en utilisant des images: "fais comme si". A un enfant qui apprend le piano, pour "passer le pouce": "fais comme si tu voulais le cacher sous la paume de ta main". A un élève de chant, pour apprendre la "respiration basse": fais comme si tu gonflais un ballon sous ton nombril, etc.
8. Apprendre vs admirer, chaque chose en son temps
 
Vous n'en avez pas conscience, mais à ses yeux vous êtes un virtuose dans votre domaine, et les quelques manipulations de base auxquelles vous pourriez vous livrer inconsciemment devant lui l'impressionnent déjà grandement. Ne faites pas étal de votre "virtuosité" (même relative) pendant l'explication, ça déconcentre l'apprenant. On ne peut pas admirer et apprendre simultanément. Chaque chose en son temps. Si vous apprenez l'informatique à quelqu'un, efforcez-vous par exemple de ne pas utiliser les multiples raccourcis claviers que vous connaissez, vous le perdriez immédiatement.

 

Vous connaissez maintenant les bases de la pédagogie. Alors appelez votre ado, confisquez son iPhone pendant 15 minutes, et apprenez-lui quelque chose qui vous plaît! Transmettre est un plaisir sans équivalent.

 

http://www.huffingtonpost.fr/staphane-edouard/8-techniques-pour-enseigner-avec-pedagogie_b_5392323.html

Enseignement à distance : les erreurs à éviter

On est en période de confinement. Et tout passe par la formation et l’enseignement à distance. 
Sacré changement.

Il y a 2 situations

La première : vous avez déjà l’habitude avec vos élèves d’utiliser les plateformes pédagogiques.

Dans cette crise, le passage à 100% à l’enseignement à distance est plus évident. Il n’y a plus de classe physique, c’est tout. Vous (et vos élèves) en perdez l’avantage.

Le changement dans cette période de confinement est moins brutal.

Mais le danger n’est pas moindre : celui de se reposer sur une plateforme pédagogique, et de perdre le lien avec ses élèves sans le savoir.

La deuxième est plus brutale, plus radicale : du jour au lendemain, finie votre présence devant vos élèves. Maintenant, tout l’enseignement à distance. Chers élèves, à vos PC et vos tablettes ! Certes, nous sommes à l’heure du numérique. N’empêche, ce changement soudain et sans préavis du mode d’enseignement vous crée une angoisse. Malgré les promesses de plateforme pédagogique opérationnelle de l’Éducation nationale, vous avez comme un désagréable sentiment d’impréparation.

Dans ces périodes de changement, qu’ils soient brutaux ou pas, au début c’est toujours du tâtonnement. Les moments « galères » ne tardent pas à venir. Cela peut s’apparenter à un bricolage qui fait émerger un sentiment de culpabilité. Mais, la solution se construit pas à pas. 
C’est un processus tout à fait normal.

Qu’elles soient à distance ou qu’elles se déroulent face à une classe, la formation et l’enseignement répondent à un objectif : l’efficacité de la transmission du savoir.

Pour atteindre cet objectif, des erreurs sont à éviter et quelques principes à respecter.

Dans cette première partie du dossier, nous allons voir les 4 erreurs à éviter dans l’enseignement et la formation en ligne.

C’est ce que l’on va voir dans ce dossier.

Erreur n°1 – Penser quel’enseignement et la formation à distance sont un mode  au rabais de la transmission du savoir

Savez-vous qu’un nombre croissant d’universités dispensent des cursus exclusivement en ligne avec, au final, la délivrance d’un diplôme ?
Vous en douteriez ?
Aux États-Unis dans l’enseignement supérieur 16% de ses étudiants soit 3,2 millions suivent un enseignement uniquement à distance en 2018. Et, près de 18% des étudiants américains suivent des cours mixtes : des cours dispensés en présentiel avec des cours en ligne [1].

À l’université d’Harvard, pas moins d’un étudiant sur trois suit des cours en ligne [2]. 
L’université de Stanford a formé exclusivement par distance plus de 20 millions de personnes dans le monde [3]. Ce n’est pas rien !

Comme vous le voyez, les cours en ligne permettent de s’affranchir des frontières, et de faire bénéficier des enseignements de qualité un grand nombre de personnes à travers le monde.

Serait-ce un phénomène essentiellement américain ? Détrompez-vous.

En France L’université de Bourgogne, Bordeaux ou encore Rennes sont pionnières dans l’enseignement à distance.

Et, n’oublions pas le CNED, institution publique créée en 1939, où il est possible de préparer un diplôme exclusivement à distance [4].

La formation et l’enseignement à distance ce n’est pas quelque chose de nouveau ! Alors c’est vrai, il s’agit ici essentiel de l’enseignement supérieur.

Ce qui est difficile, ce n’est pas tant l’enseignement à distance en lui-même, que l’impréparation à une pratique pédagogique nouvelle. Avec les mesures de confinement suite au COVd19, le passage du 100% présentiel au 100% à distance est brutal. C’est un choc ! Les enseignants se retrouvent désœuvrés et livrés à eux-mêmes. Certes, des plateformes pédagogiques sont mises à disposition. Mais comment s’en servir efficacement ? La plupart des enseignants ignorent ou connaissent mal les principes de base de l’enseignement à distance (que nous verrons dans la 2ème partie de ce dossier). Et, c’est normal.

Erreur n°2 – Penser que la formation en présentiel est bien mieux que la formation en ligne

Si vous avez essentiellement dispensé des cours en présentiel, il est légitime d’y trouver de nombreux avantages : on a ses élèves devant soi, l’interaction (via les questions-réponses) est instantanée. La relation avec vos élèves est de bien meilleure qualité. Rien à voir de celle que l’on trouve derrière un écran.

Mais, le piège tendu par le biais cognitif de confirmation d’hypothèse (prisme cognitif qui nous pousse à ne voir que les arguments qui renforcent notre opinion, notre croyance) est de figer sa pensée sur ce point de vue pour en faire une certitude.

Rien de mal à cela. Mais, face aux changements, l’état d’esprit se crispe. S’adapter, trouver des solutions devient laborieux. Malgré vous, se crée une situation négative où il est difficile de sortir.

Voici deux faits qui amèneront à voir les choses de façon plus nuancée.

1/ Le rythme quotidien de 6 heures dans une salle de cours fatigue les élèves. En tant qu’enseignant, il vous est facile de ponctuer votre discours d’allées et venues le long des rangées, de bouger. Difficile alors de se rendre compte que vos élèves sont assis et passifs. On est pris par ses idées, par sa progression pédagogique.

Et alors me direz-vous ? Les élèves ne sont-ils pas au contraire dans une situation confortable ? Probablement. Mais sachez qu’une attention soutenue chez l’être humain ne va pas au-delà des 20 minutes [5]. Alors qu’en est-il vraiment de vos élèves ? Sur 6 heures, voire plus de présence dans une salle de cours, combien de temps restent-ils vraiment attentifs ? Je sais, ces questions n’amènent pas forcément à des réponses agréables. Ça « pique » un peu.

2/ Allez, pendant que j’y suis, je vais rester dans les questions qui fâchent. Vous êtes-vous demandé(e) ce que retiennent vos élèves au bout de 2 h00 de cours ? Si ce contenu n’a pas fait l’objet d’un rappel, d’une révision auparavant pas plus de 20% au bout d’une journée, je vous renvoie au dossier sur l’oubli sur ce sujet [6].

Que faire ? Pas besoin de faire de grands changements. En être simplement conscient changera votre état d’esprit et votre regard. Les solutions viendront d’elles-mêmes. Je vous renvoie sur le dossier de la concentration.

Pour revenir à notre sujet : ces 2 faits vous montrent que l’enseignement en présentiel n’a pas forcément une efficacité sans appel sur l’enseignement et la formation à distance.

L’enseignement en ligne offre bien plus d’avantages que la possibilité de se former et d’apprendre sans avoir à se déplacer,