referencement sur bing - référencement de site web gratuit -

erreurs

Enseignement à distance : les erreurs à éviter

On est en période de confinement. Et tout passe par la formation et l’enseignement à distance. 
Sacré changement.

Il y a 2 situations

La première : vous avez déjà l’habitude avec vos élèves d’utiliser les plateformes pédagogiques.

Dans cette crise, le passage à 100% à l’enseignement à distance est plus évident. Il n’y a plus de classe physique, c’est tout. Vous (et vos élèves) en perdez l’avantage.

Le changement dans cette période de confinement est moins brutal.

Mais le danger n’est pas moindre : celui de se reposer sur une plateforme pédagogique, et de perdre le lien avec ses élèves sans le savoir.

La deuxième est plus brutale, plus radicale : du jour au lendemain, finie votre présence devant vos élèves. Maintenant, tout l’enseignement à distance. Chers élèves, à vos PC et vos tablettes ! Certes, nous sommes à l’heure du numérique. N’empêche, ce changement soudain et sans préavis du mode d’enseignement vous crée une angoisse. Malgré les promesses de plateforme pédagogique opérationnelle de l’Éducation nationale, vous avez comme un désagréable sentiment d’impréparation.

Dans ces périodes de changement, qu’ils soient brutaux ou pas, au début c’est toujours du tâtonnement. Les moments « galères » ne tardent pas à venir. Cela peut s’apparenter à un bricolage qui fait émerger un sentiment de culpabilité. Mais, la solution se construit pas à pas. 
C’est un processus tout à fait normal.

Qu’elles soient à distance ou qu’elles se déroulent face à une classe, la formation et l’enseignement répondent à un objectif : l’efficacité de la transmission du savoir.

Pour atteindre cet objectif, des erreurs sont à éviter et quelques principes à respecter.

Dans cette première partie du dossier, nous allons voir les 4 erreurs à éviter dans l’enseignement et la formation en ligne.

C’est ce que l’on va voir dans ce dossier.

Erreur n°1 – Penser quel’enseignement et la formation à distance sont un mode  au rabais de la transmission du savoir

Savez-vous qu’un nombre croissant d’universités dispensent des cursus exclusivement en ligne avec, au final, la délivrance d’un diplôme ?
Vous en douteriez ?
Aux États-Unis dans l’enseignement supérieur 16% de ses étudiants soit 3,2 millions suivent un enseignement uniquement à distance en 2018. Et, près de 18% des étudiants américains suivent des cours mixtes : des cours dispensés en présentiel avec des cours en ligne [1].

À l’université d’Harvard, pas moins d’un étudiant sur trois suit des cours en ligne [2]. 
L’université de Stanford a formé exclusivement par distance plus de 20 millions de personnes dans le monde [3]. Ce n’est pas rien !

Comme vous le voyez, les cours en ligne permettent de s’affranchir des frontières, et de faire bénéficier des enseignements de qualité un grand nombre de personnes à travers le monde.

Serait-ce un phénomène essentiellement américain ? Détrompez-vous.

En France L’université de Bourgogne, Bordeaux ou encore Rennes sont pionnières dans l’enseignement à distance.

Et, n’oublions pas le CNED, institution publique créée en 1939, où il est possible de préparer un diplôme exclusivement à distance [4].

La formation et l’enseignement à distance ce n’est pas quelque chose de nouveau ! Alors c’est vrai, il s’agit ici essentiel de l’enseignement supérieur.

Ce qui est difficile, ce n’est pas tant l’enseignement à distance en lui-même, que l’impréparation à une pratique pédagogique nouvelle. Avec les mesures de confinement suite au COVd19, le passage du 100% présentiel au 100% à distance est brutal. C’est un choc ! Les enseignants se retrouvent désœuvrés et livrés à eux-mêmes. Certes, des plateformes pédagogiques sont mises à disposition. Mais comment s’en servir efficacement ? La plupart des enseignants ignorent ou connaissent mal les principes de base de l’enseignement à distance (que nous verrons dans la 2ème partie de ce dossier). Et, c’est normal.

Erreur n°2 – Penser que la formation en présentiel est bien mieux que la formation en ligne

Si vous avez essentiellement dispensé des cours en présentiel, il est légitime d’y trouver de nombreux avantages : on a ses élèves devant soi, l’interaction (via les questions-réponses) est instantanée. La relation avec vos élèves est de bien meilleure qualité. Rien à voir de celle que l’on trouve derrière un écran.

Mais, le piège tendu par le biais cognitif de confirmation d’hypothèse (prisme cognitif qui nous pousse à ne voir que les arguments qui renforcent notre opinion, notre croyance) est de figer sa pensée sur ce point de vue pour en faire une certitude.

Rien de mal à cela. Mais, face aux changements, l’état d’esprit se crispe. S’adapter, trouver des solutions devient laborieux. Malgré vous, se crée une situation négative où il est difficile de sortir.

Voici deux faits qui amèneront à voir les choses de façon plus nuancée.

1/ Le rythme quotidien de 6 heures dans une salle de cours fatigue les élèves. En tant qu’enseignant, il vous est facile de ponctuer votre discours d’allées et venues le long des rangées, de bouger. Difficile alors de se rendre compte que vos élèves sont assis et passifs. On est pris par ses idées, par sa progression pédagogique.

Et alors me direz-vous ? Les élèves ne sont-ils pas au contraire dans une situation confortable ? Probablement. Mais sachez qu’une attention soutenue chez l’être humain ne va pas au-delà des 20 minutes [5]. Alors qu’en est-il vraiment de vos élèves ? Sur 6 heures, voire plus de présence dans une salle de cours, combien de temps restent-ils vraiment attentifs ? Je sais, ces questions n’amènent pas forcément à des réponses agréables. Ça « pique » un peu.

2/ Allez, pendant que j’y suis, je vais rester dans les questions qui fâchent. Vous êtes-vous demandé(e) ce que retiennent vos élèves au bout de 2 h00 de cours ? Si ce contenu n’a pas fait l’objet d’un rappel, d’une révision auparavant pas plus de 20% au bout d’une journée, je vous renvoie au dossier sur l’oubli sur ce sujet [6].

Que faire ? Pas besoin de faire de grands changements. En être simplement conscient changera votre état d’esprit et votre regard. Les solutions viendront d’elles-mêmes. Je vous renvoie sur le dossier de la concentration.

Pour revenir à notre sujet : ces 2 faits vous montrent que l’enseignement en présentiel n’a pas forcément une efficacité sans appel sur l’enseignement et la formation à distance.

L’enseignement en ligne offre bien plus d’avantages que la possibilité de se former et d’apprendre sans avoir à se déplacer, à savoir :

a/ Le respect du rythme. L’élève peut apprendre un cours selon son propre rythme. Son attention est plus disponible.

b/ La possibilité de revoir et d’enrichir un contenu. La rétention de l’information est meilleure dans la formation en ligne : l’élève a toujours la possibilité de revoir un cours, pour affiner sa compréhension et l’appliquer par des exercices qui y sont rattachés.

Erreur n°3 – Penser que la formation en ligne est une panacée et résout tous les problèmes

Si l’enseignement en ligne offre de nombreux avantages, qu’il peut représenter un avenir avec les nouvelles technologies (les TICE : Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement), il ne s’agit pas de jeter le bébé avec l’eau du bain du présentiel.

Pour être efficaces pédagogiquement et réussir à atteindre son but, l’enseignement et la formation en ligne doivent satisfaire une condition fondamentale : celle de lamotivation des élèves.

L’université d’État de Ball (Ball State University) dans l’Indiana dans son étude auprès de ses propres étudiants note que [7].
« Bien que les résultats de cette étude montrent que les cours en ligne présentent de nombreux avantages, ces types de cours peuvent ne pas convenir au profil d’apprentissage des étudiants. La quantité de travail et de temps requis pour réussir un cours en ligne peut ne pas être comprise par les étudiants. »

Pour des étudiants en étude supérieure, il est possible de le concevoir. Ils ont une certaine autonomie. Mais pour des élèves de collèges, lycées ou lycée technique ou professionnel, les élèves ont besoin d’un cadre, cette autonomie est forcément moins présente. Outre la différence de maturité due à l’âge, les collégiens et les lycéens ne sont pas, ou peu, habitués à une autonomie.

En primaire, bien entendu, le cadre est encore plus important. Mais il y a les parents qui ont aussi leurs limites : ils ne sont pas maîtres des écoles.

Erreur n° 4 – Avoir les mêmes attentes

Dans la pratique de l’enseignement et la formation en ligne, l’erreur courante est de vouloir faire un substitut des enseignements en classe : les attentes et les objectifs ne sont pas les mêmes.

C’est une cause principale d’échec. Pourquoi ? Car pour arriver à une efficacité pédagogique l’enseignement à distance sollicite et s’appuie sur la capacité d’autonomie de l’élève [8 et 9].

L’élève est forcé à être acteur de son apprentissage et doit abandonner, peut-être à contrecœur, une passivité confortable permise par une présence en cours.

Mais, que faire avec des élèves de niveaux collèges ou lycée qui n’ont pas l’habitude de cette autonomie ? Lâcher prise ? Nombreux sont les professeurs qui ont l’impression de jouer à la roulette russe avec l’avenir des élèves. Et si, au final, on en perdait la plupart ? Est-ce que cette démission de l’élève face à ce nouveau mode d’apprentissage, plutôt déroutant, est rattrapable ?

Je répondrai à ces questions dans la seconde partie du dossier avec les 9 principes de la réussite d’un enseignement à distance.

Pour le moment, retenez que l’enseignement et la formation en ligne ne signifient pas une absence ou pire une démission. La présence de l’enseignant et du formateur est bien réelle, mais elle est différente sans pour autant être moins forte.

La clef se trouve plus dans une démarche d’accompagnement que de vouloir remplacer une présence physique de classe.

L’enseignant le formateur a plus l’esprit de l’entraîneur, de guide ou de coach [10].

Savoir accompagner, être un entraîneur FAIT UNE GROSSE DIFFÉRENCE dans l’engagement, l’attention, l’apprentissage et la satisfaction des élèves.

Enseignement et formation à distance : une trame

Dans l’enseignement et la formation à distance, on retrouve une trame générale en 3 étapes de la progression. La voici [11]:

1. Découverte et apprentissage du contenu. Les élèves regardent du contenu essentiellement en vidéos. Ce contenu peut être créé par vous-même ou il est déjà présent sur une plateforme pédagogique. Par expérience YouTube prend de plus en plus d’importance. On dénombre un nombre significatif de chaines éducatives avec du très bon contenu.

2. Exercices et travail de groupe.C’est une part essentielle de l’enseignement et de la formation à distance. Les exercices impliquent l’élève. Ceux-ci peuvent faire l’objet d’un travail de groupe qui prend tout son sens : en groupe l’élève se sent moins seul.

Comme je vous l’avais précédemment indiqué, vous ne pouvez pas vous attendre à une autonomie des élèves de collège ou même lycée identique à ceux de l’enseignement supérieur. La motivation se fait essentiellement par la notation. C’est normal. J’imagine que vous connaissez cette question à chaque exercice que vous pouvez donner « est-ce que c’est noté ? » Vous serez amené(e) à répondre « oui » plus souvent. 
Donc les exercices s’accompagnent d’un rendu autant que possible. Il ne s’agit pas non plus de se noyer sous les corrections. J’aborderai cet aspect dans la 2ème partie.

3. Sessions de questions-réponses. Pour maintenir non seulement un lien, mais aussi répondre au besoin d’avoir des réponses rapides, une session de questions -réponses s’avère indispensable. Cette session peut prendre plusieurs formes : en visioconférence (Skype, Zoom), par vidéos. Encore une fois, j’aborderai cet aspect dans la 2ème partie du dossier.

Dans cette trame, vous retrouvez le principe de la classe inversée [12].

« Dis-moi et j’oublie ; enseigne-moi et je me souviens peut-être ; implique-moi et j’apprends. »

Benjamin Franklin

 

 Sources et références 

 

 

[1] U.S. Department of Education, National Center for Education Statistics, IPEDS, Spring 2019, Fall Enrollment component (provisional data). Voir les chiffres ici

[2] Lauren Landry « Are Online Classes Worth It? 12 Pros & Cons of Online Learning » septembre 2019https://online.hbs.edu/blog/post/are-online-classes-worth-it

[3] Stanford dans le monde. L’université de Stanford a formé exclusivement par distance plus de 20 millions de personnes dans le monde :https://online.stanford.edu/about-us/community

[4] Préparer un diplôme universitaire au CNEDhttps://www.cned.fr/etudiant/cursus-universitaire/du

[5] « Comment améliorer la concentration »https://www.apprendreaapprendre.com/reussite_scolaire/comment-ameliorer-la-concentration/

[6] Comment limiter l’oublihttps://www.apprendreaapprendre.com/reussite_scolaire/comment-limiter-oubli/

[7] EXPECTED ADVANTAGES AND DISADVANTAGES OF ONLINE LEARNING: PERCEPTIONS FROMCOLLEGE STUDENTS WHO HAVE NOT TAKEN ONLINE COURSES » Issues in Information Systems Volume 13, Issue 2,pp.193-200, 2012https://iacis.org/iis/2012/114_iis_2012_193-200.pdf

[8 et 9] Bernard J. Luskin, Ed.D., LMFT « 2 Best Practices in Online Teaching and Learning
Improving doctoral education online. » 02 mars 2019https://www.psychologytoday.com/us/blog/the-media-psychology-effect/201903/12-best-practices-in-online-teaching-and-learning

[10] Online learning in higher education: exploring advantages and disadvantages for engagement avril 2018https://link.springer.com/article/10.1007/s12528-018-9179-z

[11] « Pourquoi faire de la formation à distance? Avantages et implications de la formation à distance » Université de Laval Québec.https://www.enseigner.ulaval.ca/system/files/pourquoi_faire_de_la_fad.pdf

[12] Emily Ostermeyer « 3 Time Management Tips for Online Learner 

 

Source: apprendre à apprendre

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×