Photobucket
referencement sur bing - référencement de site web gratuit -

L'enfance

L'enfance des génies

Les grands génies ont eu, eux aussi, une enfance. L’éveil de l’intelligence est parfois capricieux : nombre d’entre eux n’ont pas été de jeunes prodiges. Comment s’est développée l’intelligence des grands génies ? Enquête sur l’enfance de ces êtres exceptionnels. Par Robert Clarke

Notre monde ne serait pas le même si n’avaient pas existé Einstein, Homère, Galilée, Mozart, Newton, Picasso, Darwin, Freud ou Marie Curie. Ces hommes et ces femmes exceptionnels ont joué un rôle capital dans le développement de la culture de l’humanité, en lui permettant des avancées fulgurantes dans de nombreux domaines de la science, de la médecine, des lettres ou des arts. Quelle est la raison de l’apparition d’un génie ? Il se peut que sa venue au monde soit due à un concours de circonstances dont la réunion tient à l’un de ces hasards dont la nature est coutumière, et qui échappent encore à toute explication scientifique. Mais rien n’interdit de chercher à percer le mystère en étudiant les circonstances de la naissance et de l’enfance des êtres exceptionnels.


Il n’existe pas de familles de génies.
Le génie serait-il héréditaire ? Rien ne l’indique ! Le seul exemple qui viendrait à l’appui de cette hypothèse serait celui de la famille Bach : parmi les 54 ancêtres, collatéraux et descendants mâles de Jean-Sébastien, 46 furent des musiciens professionnels et 17 des compositeurs. L’année de sa mort, 120 membres de sa famille se réunirent pour jouer ensemble, comme on le faisait depuis des générations. Chez les Bach, on naissait, on vivait, on mourait en musique. En revanche, on n’a recensé aucun musicien dans l’entourage de Schumann. On ne connaît pas de familles de génies, tout au plus existe-t-il des familles de talents, comme les Dumas, les Brontë, les Rostand, les Daudet, les Curie, les Perrin, les Breughel, les Scarlatti, ou les Purcell. Ici, l’influence héréditaire peut jouer. Sur le plan biologique, on n’a jamais trouvé de gène du génie, et tout laisse à croire qu’il n’existe pas. L’hérédité de l’homme, si complexe qu’elle apparaisse au profane, est en réalité trop pauvre pour expliquer à elle seule la formation d’un cerveau de génie. L’idée du prix Nobel William Shockley, l’inventeur du transistor, de créer une banque de sperme alimentée par des personnages très intelligents, pour donner naissance à de grands esprits, a suscité une protestation unanime dans le monde scientifique et n’a jamais abouti à aucun résultat. De toute manière, les biologistes sont d’accord pour estimer que l’hérédité n’est pas un facteur déterminant dans la genèse d’un génie. L’anecdote est célèbre parmi eux : le père est syphilitique, la mère tuberculeuse, des quatre enfants, le premier est aveugle, le second diminué, le troisième sourd-muet, le quatrième tuberculeux. Faut-il interrompre la cinquième grossesse ? Dans ce cas, vous supprimez Ludwig van Beethoven. On se souvient du dialogue entre la belle danseuse Isadora Duncan et le grand dramaturge Bernard Shaw. “Faisons un enfant, disait-elle : avec ma beauté et votre intelligence, il sera merveilleux”. Et Bernard Shaw de répondre “Et si c’était l’inverse ? “


Le rôle de l’environnement.

Peut-on tenter de mieux comprendre l’apparition de ces esprits exceptionnels en remontant aux circonstances de leur naissance et de leur petite enfance ? C’est une démarche tentante, mais la diversité des circonstances de leur venue au monde et du début de leur vie pose davantage de questions qu’elle n’apporte de solution. Certains sont nés dans un environnement qui facilita l’éclosion de leurs dons. Mozart, comme Bach, naquit dans une famille de musiciens et fut aidé dès leur plus jeune âge par leurs parents. Le père de Blaise Pascal fit tout pour que son fils se familiarise le plus tôt possible avec les mathématiques. Celui de Stuart Mill, le brillant économiste et philosophe anglais, soumit son fils à une discipline de fer, l’obligeant à apprendre le grec et le latin à 3 ans, sans l’autoriser à la moindre distraction. La mère du grand architecte Franck Lloyd Wright avait décidé de la carrière de son fils dès sa naissance. Il était encore au berceau qu’elle l’entourait d’images de beaux édifices. Le père de Picasso était peintre et lorsqu’il vit le talent de dessinateur de son fils, il fit tout pour l’encourager. Mais il comprit vite que les dons de son fils dépassaient les siens. Picasso raconte qu’il dessinait avant de parler. Le premier mot qu’il prononça fut ”piz, piz”, pour lapiz - crayon. L’importance de l’environnement familial sur le développement de l’enfant a été illustrée par plusieurs observations faites sur des enfants adoptés : ceux placés dans des familles aisées, dont le comportement est particulièrement attentif à leur développement, deviennent plus intelligents. L’analyse des réponses aux tests destinés à mesurer le quotient intellectuel montre, par ailleurs, que nous sommes plus intelligents que nos parents et nos grands-parents. Est-ce vrai ? Les spécialistes ont tendance à penser que cela traduit surtout une plus grande facilité à bien répondre à ces tests, ce qui résulte d’un environnement différent, lequel nous familiarise davantage avec les raisonnements logiques et les images, et nous permet donc de mieux répondre aux tests du QI. (1) De toute manière, on ne constate pas qu’il existe davantage de génies aujourd’hui qu’au cours des siècles passés. Mais cela confirme l’importance de cet environnement dans le développement intellectuel des enfants. Mozart aurait-il été Mozart s’il était né dans un petit village africain, loin de toute activité artistique, de toute éducation ? Ou plus simplement dans un milieu sans affinité musicale ? Combien d’éventuels Einstein, combien de Newton ont-ils fini comme leurs parents, contraints de cultiver leur maigre champ pour subsister, éloignés de toute possibilité de développer leurs dons ?


Le bébé naît homme.
Un apprentissage précoce serait-il favorable à l’éclosion de dons remarquables ? Les psychologues mettent tous, depuis Jean Piaget, l’accent sur l’importance de cet apprentissage, qui se développe surtout autour de l’âge de 2 ans. Pourrait-on fabriquer ainsi un génie ? Certains estiment qu’on peut développer chez un enfant n’importe quel don, même exceptionnel, en s’y prenant très tôt et en plongeant l’enfant dans l’ambiance correspondante. Ils estiment que tout enfant naît intelligent et qu’il est ouvert à tout ce qui excite sa curiosité naturelle, son besoin inné d’imaginer, de créer, d’inventer, de comprendre. Le bébé naît humain, dit le neuropsychologiste Jacques Mehler, ce qui signifie qu’il vient au monde avec la faculté de penser. C’est ce qui lui permet d’appréhender l’environnement extérieur, de dialoguer avec lui, d’apprendre à parler - ce qui correspond, si l’on y réfléchit un peu, à une remarquable prouesse intellectuelle. Le neuropsychiatre Roger Vigouroux propose une théorie originale, basée, dit-il, sur des observations biologiques, pour expliquer la genèse de dons exceptionnels chez l’enfant (2). Il suppose que les capacités artistiques, qu’il prend pour exemple, dépendraient du taux d’hormones mâles arrivant au cerveau pendant la grossesse. Cela commanderait l’organisation de connexions nerveuses susceptibles de modifier la latérisation de certaines fonctions du cerveau de l’enfant à naître, pouvant aboutir, soit à l’apparition de déficits, comme la dyslexie, soit à l’éclosion de dons particuliers. Le développement de certaines capacités à un niveau supérieur, dit-il encore, pourrait dépendre de l’accroissement excessif de certaines parties du cerveau par rapport à d’autres. Il cite le neurophysiologiste Jean-Pierre Changeux qui souligne l’importance de l’apprentissage précoce, en disant qu’apprendre, c’est choisir parmi une multitude de câblages neuronaux possibles, processus qui se développe tandis que l’enfant suit l’empreinte culturelle de son milieu. L’organisation d’un cerveau dépend de l’histoire et du contexte de son développement. De son côté, le psychiatre Philippe Brenot montre que, parmi les dons précoces, celui de la musique vient en premier lieu, suivi de prédispositions pour les mathématiques, puis pour le dessin, la création littéraire venant en dernier lieu, ce qui s’explique car il est nécessaire que le langage soit bien maîtrisé pour que l’écriture puisse s’exprimer (3). Cependant, Jean-Paul Sartre commença à cinq ans de remplir des cahiers de ses écrits. Beaucoup de grands musiciens furent précoces. Mozart et Saint Saens composèrent à 5 ans, Haydn à 6 ans, Mendelsohn, Chopin ou Schumann à 9 ans. Liszt se produit en public à cet âge, auquel Debussy entre au Conservatoire de Paris. Prokofiev écrit quatre opéras entre 9 et 14 ans. Strawinsky commença à composer dès qu’il fut en mesure d’atteindre le piano. À 2 ans, il étonna sa famille en chantant ce qu’il avait entendu chez des paysannes qui passaient devant la maison. Cela peut aussi s’expliquer par le fait, prouvé par de nombreuses observations, que l’oreille du fœtus est fonctionnelle très tôt, dès six mois : il entend à la fois les bruits internes du corps de sa mère et ceux qui viennent de l’extérieur. À la naissance, l’enfant montre très vite son intérêt pour la musique - avec une préférence pour celle qu’il a entendue alors qu’il était dans le ventre de sa mère. Il chantonne spontanément avant de babiller. Certains mieux que d’autres : les grands musiciens feront de la musique avant de parler. Un violoniste japonais, Shinushi Suzuki, imagina, après la deuxième guerre mondiale, de susciter des talents musicaux exceptionnels en plaçant les enfants, dès la première année de leur vie, pratiquement depuis leur naissance, dans une ambiance musicale quasi permanente. Dès qu’ils ont deux ans, il les soumet à un entraînement intensif, souvent en groupe, avec l’aide de leur famille. La méthode a donné quelques excellents instrumentistes, mais aucun génie musical.
En ce qui concerne l’aptitude aux mathématiques, le neurologiste Stanislas Dehaene a montré que le fait de calculer intéresse plus spécialement certaines zones du cerveau, dans le lobe frontal et pariétal. Bien qu’il se défende de cette conclusion, il n‘est pas exclu qu’elles soient anormalement développées chez les génies mathématiques, comme chez les calculateurs prodiges, que nous avons évoqués dans le numéro précédent (Le Monde de l’intelligence n° 3, page 40). D’autres recherches du même auteur montrent que le sens des nombres est probablement inné chez l’homme, de la même manière que le linguiste Noam Chomsky croît que nous possédons un sens inné du langage.

L’intelligence s’éveille parfois tard.   
Nombreux sont les génies qui n’ont pas été de petits prodiges et dont l’intelligence s’éveillera tard. Einstein ne parla pas avant l’âge de 3 ans, fut un enfant solitaire, renfermé, lent. Il eut toujours de grandes difficultés à apprendre ce qui ne l’intéressait pas - les langues étrangères, par exemple, son anglais fut toujours exécrable. Il fut refusé au concours d’entrée à l’École polytechnique de Zurich, pour sa faiblesse dans la plupart des matières. Seules les mathématiques et la physique le passionnaient. C’est à l’âge de 5 ans, quand on lui offrit une boussole et qu’il fut étonné par son fonctionnement que son esprit scientifique commença à s’éveiller. Churchill fut considéré pendant plusieurs années comme un retardé mental. Certains commencèrent par une scolarité banale, parfois mauvaise. Darwin fut jugé par ses maîtres comme “une faillite intellectuelle” et passa pour un élève médiocre jusqu’à l’âge de 17 ans. “Vous ne vous souciez que de chasse, de chiens et de rats, vous serez la honte de la famille”, lui disait son père. Walter Scott était considéré pour un idiot dans son enfance, Edison resta toujours le dernier de sa classe. Anatole France fut un écolier quelconque. Evariste Galois, mathématicien génial, mort dans un duel stupide à 21 ans, qui passa sa dernière nuit à noircir des liasses de papier de formules qu’on mettra un siècle à comprendre, n‘alla à l’école qu’à l’âge de 12 ans et ce n’est qu’un an plus tard qu’il eut la révélation des mathématiques. Il en fut de même pour Sophie Germain, l’une des rares femmes célèbres en mathématiques, qui décida à l’âge de 13 ans que ce devait être la chose la plus importante au monde en lisant qu’Archimède fut tué par un soldat romain dont il n’avait pas entendu la question, tant il était absorbé par un dessin géométrique.

Tchaikovsky travaillait dans un ministère et n’entra au conservatoire qu’à 22 ans. C’est à 33 ans que Gauguin abandonna son métier d’employé de banque pour devenir peintre. Matisse était clerc de notaire à Saint-Quentin, c’est parce qu’il fut immobilisé par une maladie qu’il s’intéressa à la peinture. Van Gogh commença à peindre à 27 ans. Shakespeare écrivit ses principales pièces entre 30 et 40 ans. Il faut parfois faire preuve de patience pour être un génie. ♦


(1) Ulric Nessler La Recherche N° 309
(2) Roger Vigouroux. La fabrique du beau (Éd. Odile Jacob)
(3) Philippe Brenot. Le génie et la folie (Éd. Plon)





Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×