Photobucket
referencement sur bing - référencement de site web gratuit -

psychologie

Qu'est-ce que l'esprit créatif ?

Cerveau

Des tests de créativité à la psychologie du génie, les psychologues ont tenté de percer le mystère de la création. Et ils sont parvenus à des conclusions allant à l’inverse de leurs hypothèses initiales…

« Trouvez en une minute le maximum de prénoms qui commencent par M ! » « Cherchez le maximum d’utilisations possibles d’un trombone ! » Voilà le genre de questions formant la trame des questionnaires de créativité. Les techniques de création littéraire, du type OuLiPo, reposent sur le même principe : il s’agit de construire une petite histoire à partir de quelques mots (éléphant, New York, camembert, inflation, jalousie…).

Il est à noter que dans ces exercices, la créativité est toujours stimulée par une règle. La contrainte ne limite pas la création, elle l’aiguillonne. Sur ce principe, Georges Perec a écrit un roman de plus de 300 pages – La Disparition (1969) – sans utiliser une seule fois la lettre « e », la plus courante de la langue française.

 

Comment devient-on un génie ?

Les premiers tests de créativité ont été inventés dans les années 1950. À l’époque, le QI régnait en maître dans l’étude des aptitudes intellectuelles. Le psychologue américain Joy P. Guilford, alors l’une des figures dominantes de la psychométrie, a eu l’idée de construire un test pour mesurer les capacités créatives. En comparant avec les performances au QI, il a découvert que les performances de créativité ne recouvraient pas celles de l’intelligence : preuve que l’on pouvait être très créatif sans être forcément très intelligent (et inversement, être intelligent sans être créatif).

J.P. Guilford a alors essayé de comprendre sur quelles aptitudes reposait cette créativité. Et il en est venu à conclure à l’existence d’une « pensée divergente ». Alors que le QI est la capacité de trouver « la » bonne réponse à un problème, la créativité serait la capacité à imaginer une palette variée de solutions : d’où le terme de « pensée divergente » (notons que l’idée de « pensée divergente » était largement commandée par la nature des tests eux-mêmes, tout comme les tests de QI proposent implicitement une définition de l’intelligence de type verbal et logico-mathématique).

L’approche expérimentale initiée par J.P. Guilford et par Ellis Paul Torrance (auteur du Torrance tests of creative thinking, TTCT) va par la suite imprégner toutes les recherches en laboratoire sur la créativité. C’est ainsi que vont se développer des études fructueuses sur les styles cognitifs ou sur l’évolution de la créativité en fonction de l’âge (1).

Une autre piste d’étude de la créativité porte sur la psychologie du « génie ». Comment pensent les Léonard de Vinci, Mozart, Picasso, Einstein, etc. et tous ceux qui ont révolutionné leur domaine, dans les arts, les sciences, les techniques ? Le concept qui a guidé la masse de travaux consacrés aux « génies » a longtemps reposé sur deux idées implicites. D’abord que la créativité relève d’une personnalité d’exception ; ensuite que les génies sont des originaux, en rupture avec l’esprit de leur époque. Albert Einstein est ce savant échevelé, qui s’est formé en marge de l’institution scientifique, et qui tire la langue aux autorités. Mozart aussi était un insupportable garnement, anticonformiste, facétieux. Et comme les déviants, marginaux ou même fous ne manquent pas parmi les artistes (Vincent Van Gogh en est le symbole), il était aisé de conclure que génie et folie rimaient bien ensemble (2).

Une autre idée souvent avancée relève de « l’effet eurêka  ». Nombre d’inventeurs, de mathématiciens, de créateurs ont décrit certaines de leurs découvertes sous la forme d’une intuition soudaine – le fameux « eurêka » d’Archimède. Les psychologues ont décrit ce phénomène sous le nom d’« insight », une brusque réorganisation d’éléments disparates qui apparaît sous la forme d’une illumination (3).

Le psychologue américain Milahy Csikszentmihaly soutient, quant à lui, que ces moments privilégiés de découverte surviennent dans un état de conscience particulier, le « flow », qui correspond à un moment d’attention flottante où l’esprit vagabonde.

 

Le mythe du créateur solitaire

Mais à force de fouiller dans les secrets intimes du génie, de scruter leur vie privée et leur histoire, les spécialistes en sont peu à peu arrivés à des conclusions moins héroïques et singulières qu’on l’avait imaginé.

L’un des premiers à avoir remis en cause le modèle du « génie créateur » est Robert Weisberg, auteur de Creativity, Genius and Others Myths (1986). Selon lui, la biographie des grands créateurs révèle souvent des gens obstinés (ayant quelques idées fixes et non une pensée divergente) et très gros travailleurs, contrairement à l’image du dilettante qui découvre le secret de la gravitation en voyant tomber une pomme d’un arbre. Les scientifiques ou les artistes d’exception sont en général des experts qui sont à la pointe de la science ou de l’art de leur époque : ce ne sont nullement d’aimables amateurs qui furètent à l’écart des sentiers battus. Ce fut le cas pour Einstein comme pour Picasso. Les découvertes simultanées démontrent au passage que l’innovation plane dans l’air du temps, et que les spécialistes d’un domaine chassent sur les mêmes terres, au même moment et avec des stratégies semblables.

Enfin, il est très difficile de trouver un trait commun aux formes de créativité qui s’expriment dans les arts, les sciences, les techniques… Après avoir exploré la biographie de grands hommes (Einstein, Igor Stravinsky), Howard Gardner, théoricien des « intelligences multiples », en conclut qu’il existe aussi des créativités multiples (4).

Le psychologue Dean Keith Simonton, lui, a passé en revue la biographie de centaines de poètes, d’inventeurs, de mathématiciens réputés créatifs dans leur domaine. Au terme de ses recherches « d’historiométrie », il est parvenu à ce résultat : il y a certes un âge moyen de plus grande créativité, se situant à l’âge de jeune adulte (avec un pic entre 35 et 40 ans), mais ce n’est pas vrai pour toutes les disciplines : en musique, en philosophie, on peut être créatif jusqu’à un âge avancé. D.K. Simonton insiste également sur le fait que bien d’autres facteurs, autres que la personnalité ou l’âge, influent sur la créativité. Il est très difficile d’être créatif dans une période qui ne l’est pas. Inversement, il est des périodes et des contextes qui poussent à l’innovation. À la dynamique individuelle d’invention doit s’ajouter un milieu favorable où puissent s’épanouir certaines innovations.

Les psychologues sont donc parvenus à la conclusion qu’il n’existe pas une mais plusieurs formes de créativité (5), que les personnes les plus créatives sont celles qui combinent motivation, persévérance, originalité plutôt qu’un seul trait, que le poids stimulant du milieu est essentiel et, enfin, que le génie est moins extraordinaire qu’on le croit (6). Ce qui veut dire aussi qu’il y a un peu de génie en chacun de nous.

 

NOTES

(1) Voir Todd Lubart, Psychologie de la créativité, Armand Colin, 2003, et Todd Lubart et Chantal Pacteau, « Le développement de la créativité », Sciences Humaines, n° 164, octobre 2005.
(2) Sebastian Dieguez, Maux d’artistes. Ce que cachent les œuvres, Belin, 2010.
(3) Ronald A. Finke, Thomas B. Ward et Steven M. Smith, Creative Cognition: Theory, research, and applications, MIT Press, 1992.
(4) Howard Gardner, Les Formes de la créativité, Odile Jacob, 2001.
(5) Voir Jacques Cottraux, À chacun sa créativité. Einstein, Mozart, Picasso… et nous, Odile Jacob, 2010.
(6) Mark A. Runco, Creativity: Theories and themes: Research, development, and practice, Elsevier, Academic Press, 2007.

L'imagination, un talent ordinaire

Et si la créativité n’était pas un signe d’originalité mais, au contraire, un acte mental très banal ? Telle est l’idée défendue aujourd’hui par des chercheurs psychologues, philosophes, spécialistes de sciences cognitives qui s’intéressent à l’esprit imaginant (1).

Au-delà de leurs différences, tous partagent une approche nouvelle de l’imagination qui repose sur quelques idées clés.

L’imagination est une caractéristique fondamentale de la cognition humaine. Elle est entendue dans un sens très large de capacité à produire des images mentales et à les associer pour former des « mondes possibles » : anticipations, fictions, mais aussi hypothèses ordinaires (ou « abductions »).

Cette imagination prend la forme d’images mentales, de nature essentiellement perceptive (visuelle, sonore, émotionnelle), organisées en schémas simplifiés (ou prototypes) et contraignants : quand on imagine des extraterrestres, ils prennent la forme de petits bonshommes verts, ou avec trois yeux et cinq bras : l’imagination ne fait qu’assembler sous une forme nouvelle des éléments connus. Au fond, l’imagination est pauvre.

La capacité créative repose, selon Max Turner, sur l’analogie qui consiste à trouver des ressemblances cachées entre des éléments apparemment disparates. La pensée analogique serait l’un des piliers de la créativité (en art et en science).

NOTE

(1) Ilona Roth, Imaginative Minds, Oxford University Press, 2007.

 
http://www.scienceshumaines.com/index.php?lg=fr&id_dossier_web=67&id_article=26404
 

Ces profs qui ont changé nos vies

Qui sont les enseignants qui ont les meilleurs résultats et marquent des générations d'élèves? Depuis quelques années, les chercheurs en psychologie décryptent leurs qualités.

Faites le test: demandez à une tablée «Vous vous souvenez de vos profs?» et vous ne pourrez plus venir à bout des confidences. Car, tous, nous avons été marqués par ces adultes qui, juste après nos parents, avaient la mission essentielle de nous aider à comprendre le monde. Marqués, certes, mais en bien… comme en mal.

Alain Golomb, aujourd'hui 50 ans et lui-même devenu professeur de lettres, auteur d'une série de textes caustiques et ciselés sur sa profession (Profs et Cie, Éd. Arlea), n'oubliera jamais son maître d'éducation physique à l'école élémentaire. «Je n'avais pratiqué aucun sport jusqu'à l'âge de 9 ans. D'emblée, j'étais nul. Et lui ne cessait de se moquer de moi: “Ah, tu réussiras à monter à la corde… Dans dix ans!”, me lançait-il devant les autres élèves pendant que j'essayais de grimper. J'entends encore mes camarades rire à gorge déployée.»

«Le mauvais prof est celui qui humilie»

De cette triste expérience, Alain Golomb a gardé une certitude qui l'aide dans l'exercice de son métier: «Le mauvais prof est celui qui humilie.»

Ce sont d'autres rencontres, plus tard, qui l'ont non seulement réconcilié avec l'exercice physique, mais ont aussi éveillé sa vocation. «Des profs de lettres qui récitaient des poèmes en plein cours, connaissaient de tête de nombreuses citations, toujours dites à propos, et nous laissaient sans voix à notre pupitre, étonnés par tant de virtuosité.» Pour lui, ceux-là étaient «des bons, car ils faisaient corps avec leur savoir».

C'est en effet la première et indispensable qualité des enseignants captivant leurs classes: l'enthousiasme. Christopher Day, professeur émérite en éducation à l'université de Nottingham, a mené de 2006 à 2008 une étude qui incluait 300 enseignants et pas moins de 3000 élèves. Il a ainsi découvert que les enseignants les plus efficaces auprès des élèves représentaient une catégorie à part: ceux-ci n'avaient pas plus d'expérience que leurs confrères, mais un fort enthousiasme pour leur travail, une puissante motivation, un réel engagement. «Ils créent un climat propice à l'apprentissage en discutant les idées des élèves, en les inspirant, en se montrant innovants dans leur exercice», décrit Christopher Day.

Plus récemment, le chercheur Robert Vallerand, du Laboratoire de recherche sur le comportement social de l'université du Québec, à Montréal, a démontré que les professeurs passionnés et surtout ceux qui le sont de façon harmonieuse (et non de manière obsessionnelle) sont ceux qui savent mieux transmettre leur passion pour la matière qu'ils enseignent.

Un constat fait aussi par Alain Golomb: «En lettres, c'est certain, les meilleurs profs sont ceux qui continuent à lire, qui écrivent… Dans certaines matières, comme l'histoire ou les langues vivantes, il est essentiel de sans cesse mettre à jour ses connaissances. En maths, il est évidemment plus difficile de conserver un rapport vivant avec sa discipline, concède le professeur. Et après trente ans de métier, c'est une vraie gageure de garder intense sa passion.»

C'est alors qu'une autre qualité chez l'enseignant peut s'avérer déterminante: la confiance dans les capacités des élèves. Ainsi, une célèbre expérience a démontré «l'effet Pygmalion»: lorsque des enseignants croient à des progrès probables chez certains élèves, ceux-ci obtiennent effectivement de meilleurs résultats.

Encourager les élèves à construire leur liberté

Pour Alain Golomb, cette qualité de l'interaction prof-élève renvoie aussi à la mission d'«éveilleur» conscientisée chez les enseignants compétents: «Ceux-là secouent les élèves, les déstabilisent…» On pense alors au professeur Keating, personnage décapant interprété par Robin Williams dans le film Le Cercle des poètes disparus: refusant tout conformisme, il encourageait chaque élève à construire une vraie liberté.

Toutes ces qualités humaines ne seraient évidemment rien sans l'art d'enseigner indispensable à tout pédagogue. «On apprend à enseigner en faisant des stages, des formations, en assistant aux cours de grands professeurs», relate Alain Golomb, soulignant que la réinvention d'écoles nouvelles du professorat ou des IUFM «est absolument indispensable». Car la transmission vivante des connaissances se nourrit à la fois de talent et de technique. «Rien à craindre donc des nouvelles technologies qui, certes, offrent une masse inégalable d'informations et de documentation aux élèves, estime le professeur. Même si elles existent, l'élève aura toujours besoin d'enseignants en chair et en os, des êtres humains qui offrent un moment de leur vie.»

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/09/04/18977-ces-profs-qui-ont-change-nos-vies

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site