referencement sur bing - référencement de site web gratuit -
Créer un site internet

Sciences et téchnologies

Et si Internet nous faisait du mal ?

Documents administratifs

Et si Internet nous faisait du mal ? À contre-courant des utopistes des utopistes, des chercheurs et écrivains attaquent Internet qui ferait de nous des individus surveillés, solitaires, idiots et délinquants. Pourquoi tant de haine ?

Le Net nous accapare. Nous passons nos journées à y échanger, surfer, commenter, chercher des informations, et nous divertir. Comme toujours, il y a d’un côté les partisans, de l’autre les ennemis. Les optimistes qui pensent que chaque nouvelle avancée technologique résulte d’un progrès humain, et les Cassandre qui prédisent, avec la chute de l’ancien monde, la décadence. Les « luddites », comme on les appelle, en référence à Ned Ludd, cet ouvrier du textile du XVIIIe siècle qui aurait refusé de se soumettre à la révolution industrielle alors en marche. De la télévision au téléphone portable, l’avènement d’un nouveau média a toujours clivé l’opinion. « L’abondance paradisiaque des uns est l’immense friche des autres (1) », remarque l’écrivain Nicholas Carr. Le cas du Web est-il différent des autres ? Les critiques d’Internet ne tirent-elles la sonnette d’alarme que par refus de l’innovation ? Cette fois, nous disent-elles, dans les champs du politique, du social, du cognitif et de la morale, quelque chose d’inédit est en train de se produire…


◊ Internet favorise la surveillance des masses


Internet est une arme. En permettant aux dissidents politiques de se rencontrer, d’échanger des informations et d’organiser la lutte, Internet a donné naissance aux révolutions arabes, aux manifestations en Iran, aux Indignés et au mouvement Occupy. Du moins le croyons-nous, montre Evgueni Morozov. Dans son livre, The Net Delusion (Public Affairs, 2011), le chercheur américain d’origine biélorusse critique sévèrement l’optimisme aveugle que nous avons placé dans le Web. Non, Twitter, Facebook et les blogs n’ont pas fait et ne feront pas advenir la démocratie dans le monde. Pire, ils pourraient même l’empêcher si nous n’y prenons garde. 


Pour E. Morozov, le rôle de Twitter et de Facebook dans les révolutions arabes relève, tout au plus, de l’anecdote. Toutes les révolutions ont utilisé les outils technologiques mis à leur disposition pour s’organiser. Comme la révolution bolchevique de 1917 utilisa le télégraphe, l’occupation en 2011 de la place Tahrir nécessita l’aide de Twitter (2). Mais ce que la dissidence a gagné en utilisant le Web, elle l’a perdu en fournissant à ses adversaires de précieuses informations. Les activistes ne sont en effet pas les seuls à avoir appris à se servir d’Internet, les régimes autoritaires s’y sont mis aussi. « Sans le vouloir, explique E. Morozov, les réseaux sociaux ont facilité la collecte de renseignements sur les groupes militants. La moindre erreur dans le réglage des paramètres de sécurité d’un seul profil Facebook peut compromettre la sécurité de beaucoup d’autres. » Et d’ajouter, « les médias sociaux ont créé un panoptique numérique qui contrecarrait la révolution : ses réseaux, qui relayaient la peur publique, ont été infiltrés et complètement écrasés par l’État (3) ». Les gouvernements ont, avec Internet à la fois « gagné et perdu du pouvoir ». Ils en ont perdu parce que des médias tels que Wikileaks leur imposent une transparence dans leurs actions, ou parce que les photos qui peuvent témoigner de la répression policière font le tour du monde en quelques secondes. Mais ils en ont gagné par la surveillance qu’ils peuvent exercer sur les citoyens.


◊ Internet nous rend seuls (et narcissiques) 


Outre la vie politique, les réseaux sociaux ont profondément modifié notre vie sociale. Pas un jour sans que nous soyons en contact virtuel avec quelqu’un. Nous communiquons plus, certes, mais communiquons-nous mieux ? Cette question revient comme une vieille lune hanter le débat sur les nouvelles technologies et diviser les générations. Qui n’a pas entendu une tante ou un grand-père se plaindre que les jeunes sont toujours vissés à leur portable ? Dans son livre Alone Together (Basic Books, 2011), la psychosociologue Sherry Turkle conteste le rôle socialisant des réseaux sociaux, Facebook et Twitter, mais aussi des blogs ou des SMS. La technologie, pour elle, permet d’être « seuls ensemble », c’est-à-dire d’être à la fois parmi les gens et de s’en extraire. 


L’exemple de Sal est éloquent. Quelques années après le décès de son épouse, Sal, 62 ans, se met en tête de refaire sa vie. Un soir, il décide d’inviter une femme à dîner. Quand au beau milieu d’une conversation, celle-ci sort son smartphone, Sal lui demande un peu vexé ce qu’elle est en train de faire. Elle lui répond, tout naturellement, qu’elle retranscrit sur son blog leur conversation. Tandis que Sal s’imaginait dans un échange privé « entouré d’un mur invisible », son invitée y a vu, quant à elle, une occasion de se mettre virtuellement en scène. Pour S. Turkle, la multiplication des échanges virtuels nous fait perdre le sens d’une conversation en face à face. Une relation est exigeante. Elle nécessite de l’empathie, de la présence, de l’attention. De l’engagement en somme. Les échanges virtuels, eux, requièrent surtout de la disponibilité. 


Parce qu’elles font de notre narcissisme leur fonds de commerce, les technologies augmentent notre solitude, estime S. Turkle. La solution ? Non pas renoncer aux médias sociaux – S. Turkle se défend d’être réfractaire au numérique –mais les mettre à distance et réfléchir à leurs usages. Pour Alexandra Samuel, directrice du Social Interactive Media Centre de l’université Emily Carr de Vancouver, les relations en face à face n’ont pas plus de valeur en soi que les échanges virtuels. Tout dépend de leur contenu. « Je suis inquiète à propos de ma mère, explique-t-elle. Comme tant d’autres personnes âgées, elle gaspille son temps social avec n’importe quelle personne qu’elle rencontre, au lieu de maintenir des conversations continues avec ses proches (4). » Autrement dit, si les relations en face à face ne se résument qu’à des échanges sporadiques de voisinage, elles sont moins significatives que pourraient l’être des conversations par lettre, par téléphone, ou via un média social.


L’auteur canadien Stephen Marche souligne : « Ce que Facebook a révélé sur la nature humaine – et ce n’est pas une révélation mineure –, c’est qu’une connexion n’est pas un lien et qu’il n’y a point de salut dans une connexion totale, point de ticket pour un monde meilleur et plus heureux ou une version plus libre de l’humanité (5). » S. Marche n’est ni optimiste ni sceptique. Le numérique ne dégrade pas le lien avec les autres, pas plus qu’il l’améliore, il ne fait que prolonger des liens déjà existants. Le vrai problème entre Sal et son invitée n’est pas qu’elle ait diffusé leur conversation sur son blog. Elle aurait pu tout aussi bien la raconter à ses copines, ou en faire un livre, Sal n’aurait sans doute rien trouvé à y redire. En faisant deux choses en même temps, elle a simplement manqué à une règle élémentaire de politesse…


◊ Internet rend idiot


Internet bouleverse nos liens sociaux, mais ce n’est rien comparé à ce qu’il fait à notre intelligence. Voilà la thèse développée par le critique N. Carr dans son livre Internet rend-il bête ? De la même manière que le traitement de texte a profondément modifié nos pratiques d’écritures – que serions-nous à présent sans la touche effacement ? –, le Web altère nos facultés cognitives. 


Quand nous lisons un livre, nous lisons de manière linéaire, ligne après ligne, page après page. Les liens hypertexte présents sur Internet nous font, quant à eux, sauter d’une page à l’autre, d’une idée à l’autre, d’une information à l’autre. Bien sûr, tout cela nous fait gagner un temps précieux. Au lieu de déplacer les lourds volumes des bibliothèques, l’information nous est accessible en quelques clics. De plus, le foisonnement du Web a fait émerger un joli concept : la sérendipité ou l’art de trouver ce que l’on ne cherchait pas. Tout irait bien si cette révolution technologique ne comportait pas d’importants effets pervers. Selon N. Carr, le flux d’informations, les publicités intempestives, et les sollicitations continuelles sur le Web empêchent la lecture approfondie et troublent la concentration. Au milieu de cette frénésie, nous finissons par agir, puis par penser comme on nous intime de le faire. Puis nous devenons frénétiques nous-mêmes. La plasticité de notre cerveau, qui modifie l’organisation de ses réseaux de neurones en fonction des expériences que nous vivons, finit par adapter notre propre intelligence à l’intelligence artificielle. N. Carr semble oublier toutefois que nous n’avons pas attendu Internet pour lire de manière dispersée et non linéaire. Il suffit d’ouvrir un journal pour en faire l’expérience. 


Pour Andrew Keen, si Internet nous rend stupide, ce n’est pas tant en raison de sa forme que de son contenu. Ancien cyberutopiste, et pionnier de la Silicon Valley, A. Keen fonde Audiocafe.com, l’un des premiers sites musicaux dans les années 1990. Depuis, il est revenu du Web, il en est devenu « l’Antéchrist » comme il se plaît à dire. Dans son livre Le Culte de l’amateur (Scali, 2008), il dénonce l’amateurisme des sites participatifs du Web 2.0, tels que Youtube, Wikipédia ou Myspace. 


Sur Internet, dit-il, on trouve tout et c’est bien là le problème. Trier le bon grain de l’ivraie fait perdre du temps. Les productions des experts et des professionnels sont véritablement noyées sous une abondance de contenu amateur. La démocratisation du Web a ruiné trois notions chères à A. Keen : la vérité, la paternité et la valeur. Sur Internet, dit-il, il n’y a pas de vérité mais des points de vue multiples. Impossible également d’attribuer avec certitude la paternité d’un texte ou d’un morceau de musique quand les reprises et les remix sont devenus monnaie courante. Quant à la valeur d’une production, elle est devenue toute relative puisque chaque personne qui publie du contenu, bon ou mauvais, a toutes les chances de rencontrer un public. 


« L’enfer regorge de musiciens amateurs », a dit l’écrivain George Bernard Shaw. L’enfer d’A. Keen a vu l’Encyclopædia Britannica remplacée par Wikipédia, et « la sagesse populaire et l’opinion publique » substituées au savoir approfondi. Avec Internet, tout le monde peut s’exprimer, mais comment se faire entendre ? Le problème, objectent certains, c’est qu’A. Keen prête aux experts toutes les qualités et aux amateurs tous les vices. Les premiers sont consciencieux et savants, quand les seconds sont ignorants, narcissiques et malfaisants. 


◊ Internet encourage la délinquance 


Les amateurs sont malfaisants, explique A. Keen parce qu’ils ne perçoivent pas la portée de leurs actes. Derrière un écran, les internautes entreprennent des choses qu’ils n’oseraient pas faire s’il fallait engager le corps. Le piratage en est un exemple dans une société devenue, selon lui, une « kleptocratie de masse »« Quand on fait du téléchargement illégal,dit-il, c’est comme si on jetait dans la corbeille de notre ordinateur cette règle éthique, fondamentale dans nos sociétés judéo-chrétiennes, qui nous dit de respecter la propriété d’autrui. Tu ne voleras point, nous intime l’un des dix commandements. » 

Les réponses à ce pamphlet ne se sont pas fait attendre. Le professeur Paul Duguid, dans le supplément du Times Literary souligne par exemple qu’A. Keen est lui aussi… un amateur. Plus que sur le manque de qualité du Web 2.0, A. Keen pleure sur la fin d’un monde, celui d’une industrie culturelle toute-puissante. Les journaux, les majors, les maisons de disques sont aujourd’hui menacés par une société du partage et de l’échange. Faut-il s’en alarmer ? Le débat est ouvert. 


Pour reprendre la métaphore d’Eric Raymond, célèbre hacker américain, Internet n’est pas une cathédrale, c’est un bazar. Essayer de réordonner le cyberespace est vain, mieux vaut apprendre à s’y repérer. Pour A. Keen, finalement – et ses adversaires le rejoindront sur ce point –, l’usage d’Internet est « une question d’idéologie bien plus que de technologie. Au bout du compte, c’est nous qui déciderons ».

NOTES
1. 

Nicholas Carr, Internet rend-il bête ?, Robert Laffont, 2011.

 
2. 

Evgueni Morozov, « Facebook et Twitter ne font pas les révolutions », Owni.fr, 8 mars 2011.

www.owni.fr/ 2011/03/08/morozov-facebook-et-twitter-ne-font-pas-les-revolutions/

 
3. 

Evgueni Morozov, « Le Web au service des dictatures », Books, n° 12, mars-avril 2010.

 
4. 

Alexandra Samuel, « Own it : Social media isn’t just something other people do », The Atlantic, 22 avril 2012.

www.theatlantic.com/technology/archive/2012/04/own-it-social-media-isnt-just-something-other-people-do/256212/

 
5. 

Stephen Marche, « Is Facebook making us lonely ? », The Atlantic Magazine, mai 2012.

www.theatlantic.com/magazine/archive/2012/05/is-facebook-making-us-lonely/8930/

http://www.scienceshumaines.com/les-nouveaux-ennemis-d-internet_fr_29505.html

 

La technologie solaire au service de l'enseignement

Une institutrice indique l'image d'un coeur sur un écran. (Photo offerte par CyberSmart Africa)

Dans quatre collèges de la région de Fatick, au Sénégal, une surface de projection en nylon reliée à des embouts en plastique qui s'emboîtent les uns dans les autres révolutionne ni plus ni moins la pédagogie et l'acquisition des savoirs.

Le matériel peut paraître simple, mais c'est justement son intérêt. Associés à une pile solaire qui alimente un ordinateur portable relié à un petit projecteur et à une caméra infrarouge, ces objets permettent aux enseignants et à leurs élèves d'utiliser une technologie toute simple pour faciliter l'apprentissage au XXIe siècle.

Grâce à la participation de la petite entreprise américaine CyberSmart, les enseignants sénégalais disposent de « tableaux blancs interactifs » (TBI) dont ils se servent pour développer la créativité chez leurs élèves et stimuler la discussion entre eux.

Cette installation on ne peut plus simple montre bien qu'une méthode moderne d'enseignement n'est pas nécessairement grosse consommatrice d'énergie. Pas besoin de construire une infrastructure électrique complexe ou de se demander où trouver les fonds pour s'y raccorder : les institutions hors-réseau des pays en développement ont une solution bon marché et peu gourmande en énergie à leur portée.

CyberSmart a eu l'idée de confectionner ces tableaux blancs interactifs après avoir observé des enseignants en classe et les moyens techniques à leur disposition en vue de déterminer si l'acquisition des savoirs était facilitée par le recours à la technologie. Dans la plupart des cas, ce n'était pas le cas.

Jim Teicher, le directeur des services pédagogiques de CyberSmart, a constaté que les écoles n'avaient pas les moyens nécessaires pour tirer parti de la technologie classique en raison de la vétusté des locaux et de l'importance des effectifs. « Comment faire pour atteindre un plus grand nombre d'élèves ? », s'était-il interrogé.

Quelques écoles, situées dans des collectivités rurales particulièrement pauvres, disposaient bien de quelques ordinateurs, portables ou non, mais tous les élèves ne pouvaient pas y avoir régulièrement accès parce qu'ils étaient trop nombreux. Il n'y avait que quelques machines pour plusieurs centaines d'élèves, voire un millier. Dans bien des cas, les enseignants n'avaient pas été formés à l'utilisation de l'ordinateur comme outil d'apprentissage.

Tous les élèves ont les yeux fixés sur le tableau blanc en nylon, qui peut être facilement déplacé d'une classe à l'autre pendant la journée. Le modèle portable fonctionne sans électricité et s'adapte à tous les environnements, y compris aux établissements délabrés. Les batteries des TBI sont rechargées par des panneaux solaires.


Read more: http://iipdigital.usembassy.gov/st/french/

Bac:les salles d'examen seront désormais équipées de détecteurs de portable.

Pour lutter contre la recrudescences des fraudes avec les smartphones, le directeur général de l'enseignement scolaire a révélé la mise en place de détecteurs de portable.

La fraude a toujours existé mais les nouvelles technologies et notamment les smartphones ont ouvert la voie à de nouvelles méthodes de triche. Au bac 2011, environ 400 candidats avaient été soupçonnés de fraude et 250 avaient fait l'objet d'une sanction, généralement avec sursis. Parmi les fraudes sanctionnées, un tiers est imputable à l'usage des téléphones portables. Les autres concernaient majoritairement les traditionnelles antisèches, et quelques cas d'usurpations d'identité.

Pour lutter contre la fraude, la mise en place de nouveaux moyens. "Il y aura des détecteurs de portables et nous les utiliserons pleinement". On ignore le nombre des détecteurs mis en place et s'ils seront disposés à l'entrée des salles d'examen ou à l'intérieur.

Les profs s'alarment de l'augmentation de la fraude liée aux nouveaux moyens technologiques

Il a également rappelé l'interdiction stricte d'utiliser "téléphones portables, smartphones et tablettes tactiles". Ceux-ci doivent être "éteints et rangés dans le sac du candidat ou remis aux surveillants de salle". Mais la fouille des élèves et des sacs étant interdite, l'efficacité de la mesure semble limitée. Passée la première heure, certains élèves sont susceptibles de se rendre aux toilettes et d'en profiter pour utiliser leur téléphone. Les professeurs s'alarment de l'augmentation de la fraude liée aux nouveaux moyens technologiques, avec des innovations comme l'oreillette intra-auriculaire ou les lunettes avec caméra intégrée. Mais sans aller jusque-là, les calculettes, autorisées, peuvent receler des antisèches voire une connexion internet.

Les lycéens fraudeurs seront désormais sanctionnés par une commission de discipline académique qui devra statuer plus rapidement que lorsque les cas étaient traités par une commission dépendant de l'université. Le candidat qui a triché s'expose à une interdiction pendant cinq ans de toute inscription dans un établissement public dispensant des formations post-baccalauréat. Il peut également encourir une peine de trois ans de prison et une d'amende. "Non seulement c'est une faute morale, c'est un risque énorme que l'on court", a prévenu M. Blanquer.

exole-2.jpg

http://www.lexpress.fr/education/bac-la-lutte-contre-la-fraude-se-met-a-l-heure-des-nouvelles-technologies_1126214.html

Créer un site internet avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site