Photobucket
referencement sur bing - référencement de site web gratuit -

Etude de l’incipit de « Le Dernier jour d’un condamné »

 

Hugo

Objectifs de la leçon :              

-         Etudier les spécificités du genre : Roman à thèse, journal intime, monologue intérieur

-         Reconnaître le registre pathétique

1) L’énonciation :

-L’émetteur : Un condamné à mort, l’indice personnel employé est le pronom (je) qui renvoie, non à l’auteur

( V.Hugo) , mais au narrateur ( Le condamné à mort).

-Le récepteur : lui-même. En effet, le condamné est dans un cachot, il n’y a personne avec qui il pourrait parler sinon avec soi- même. Il s’agit, donc, d’un monologue intérieur

- Lieu : Dans une prison ( Bicêtre)

- Temps : Après cinq semaines d’incarcération (Voilà cinq semaines que j’habite avec cette pensée)

- Sujet principal : L’idée de sa condamnation à mort

- But : témoigner de la souffrance occasionnée par cette sentence (toujours glacé de sa présence, toujours courbé sous son poids).

2) Temps verbaux :

Les temps verbaux employés varient entre :

-Le présent de l’énonciation : Maintenant je suis captif

- L’imparfait : j’étais un homme comme un autre homme

3- Deux moments opposés :

Moment passé ( analepse)

Moment présent

Joie de vivre :

-Jeunesse et richesse d’esprit : Mon esprit, jeune et riche

- Idées agréables variées et fantaisistes : Chaque jour, chaque heure et chaque minute avait son idée

-Aventures amoureuses : et puis encore des jeunes filles et de sombres promenades la nuits

Liberté : Je pouvais penser à ce que je voulais, j’étais libre

-Souffrance du corps et de l’esprit : Mon corps et aux fers dans un cachot, mon esprit est en prison dans une idée.

- Le narrateur est accablé par l’idée de la mort : toujours seul avec elle, toujours glacé de sa présence, toujours courbé sous son poids.

- Réalité aussi terrifiante qu’un cauchemar : «  je viens de m’éveiller… Condamné à mort »

Captivité : Maintenant je suis captif

4-Une idée obsédante et polymorphe ( qui change constamment de forme)

Le narrateur présente l’idée de la mort sous plusieurs aspects :

- Pensée froide et pesante : toujours glacé de sa présence, toujours courbé sous son poids

- Cellule de l’esprit : Mon esprit est en prison dans une idée

- Créature horrible, infernale, implacable : Une horrible, une sanglante, une implacable idée

- Femme seule et jalouse à l’obsession : Seule et jalouse, chassant toute distraction, face à face avec moi misérable

- Prend la forme d’un couteau dans les rêves du narrateur : et reparaît dans mes rêves sous la forme d’un couteau

5-Les champs lexicaux :

-La mort : sanglante, condamné à mort, glacé, couteau, fatale, infernale

-La peur et l’angoisse : horrible, spectre, hideuses, sursaut  sombre, fuir

- La souffrance : seul, glacé, courbé, je suis captif, de plomb, misérable, me secouant, m’obsède, sommeil convulsif, yeux lourds

- prison : cachot, captif, cellule, dalle mouillée et suante, soldat de garde, giberne, grille.

6- Le registre : Pathétique

A travers son texte l’auteur cherche à émouvoir le lecteur, à susciter sa pitié voire ses larmes, il s’agit d’émouvoir le destinataire pour le convaincre.

7- Les figures de style :

a- La personnification : Sous les larges bras des marronniers / et me secouant de ses deux mains de glace.

b- La gradation : Chaque jour, chaque heure, chaque minute

c- Comparaison : cette pensée infernale comme un spectre de plomb

d- Anaphore : toujours seul …, toujours glacé…toujours courbé

e- métaphore : me secouant de ses deux mains de glace.

Exercice de prolongement : En quelques lignes résumez la situation dans laquelle se trouve le narrateur

Lecture analytique du chapitre 6

Objectif : apprécier le rôle justificatif de la narration.

L’ENONCIATION :

Le texte est sous forme de monologue intérieur :

-Le narrateur est seul dans sa cellule à Bicêtre.

- Il parle à lui-même « Je me suis dit »

Pour ou contre l’écriture du journal intime

La réflexion du narrateur est centrée sur l’utilité de l’écriture de son journal intime, cette réflexion s’organise autour de deux moments principaux :

  • 1er moment : Le narrateur semble douter de l’utilité de l’acte d’écriture ainsi que de sa capacité à accomplir cette tâche, il étale, par conséquent, tous les obstacles qui l’entravent :

-          Le narrateur est privé de sa liberté : pris entre quatre murailles de pierre nue est froide, sans liberté pour mes pas sans horizon pour mes yeux

-          Son cerveau n’est plus capable de produire des idées, tant il est flétri et vidé par l’idée de la mort qui le consume : et que trouverai-je dans ce cerveau flétri et vide qui vaille la peine d’être écrit.

  • 2ème moment : Le narrateur semble prendre une décision en faveur de l’écriture de son journal intime, ce changement de point de vue est marqué par l’emploi de « pourquoi non »

-          L’écriture est pour le condamné à mort un moyen de distraction : Le seul moyen d’en moins souffrir, c’est de les observer et les peindre m’en distraira.

-          Les souffrances du narrateur constitueront une matière féconde pour l’écriture : «  Il y aura bien… encrier »

-          Le condamné écrit pour donner une leçon à ceux qui condamnent.

-          Le témoignage du condamné rendra la main de ceux qui condamnent moins légère quand il s’agira  d’achever la vie d’un être humain.

Registre littéraire :

Le narrateur veut provoquer deux sentiments : l’horreur et la pitié, d’où les registres tragique et pathétique.

Les figures de style :

synecdoque : de jeter une tête qui pense

La personnification : cette idée fixe qui me possède.

La périphrase : La chute verticale d’un couteau triangulaire.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×