referencement sur bing - référencement de site web gratuit -
Créer un site internet

Questions pédagogiques

Aujourd’hui, tout le monde est conscient de la dégradation et du recul de système éducatif au Maroc. Quelles en sont les causes et comment peut on y remédier?

L'enfance des génies

Dynamiser votre cerveau 1

Les grands génies ont eu, eux aussi, une enfance. L’éveil de l’intelligence est parfois capricieux : nombre d’entre eux n’ont pas été de jeunes prodiges. Comment s’est développée l’intelligence des grands génies ? Enquête sur l’enfance de ces êtres exceptionnels. Par Robert Clarke

Notre monde ne serait pas le même si n’avaient pas existé Einstein, Homère, Galilée, Mozart, Newton, Picasso, Darwin, Freud ou Marie Curie. Ces hommes et ces femmes exceptionnels ont joué un rôle capital dans le développement de la culture de l’humanité, en lui permettant des avancées fulgurantes dans de nombreux domaines de la science, de la médecine, des lettres ou des arts. Quelle est la raison de l’apparition d’un génie ? Il se peut que sa venue au monde soit due à un concours de circonstances dont la réunion tient à l’un de ces hasards dont la nature est coutumière, et qui échappent encore à toute explication scientifique. Mais rien n’interdit de chercher à percer le mystère en étudiant les circonstances de la naissance et de l’enfance des êtres exceptionnels.


Il n’existe pas de familles de génies.
Le génie serait-il héréditaire ? Rien ne l’indique ! Le seul exemple qui viendrait à l’appui de cette hypothèse serait celui de la famille Bach : parmi les 54 ancêtres, collatéraux et descendants mâles de Jean-Sébastien, 46 furent des musiciens professionnels et 17 des compositeurs. L’année de sa mort, 120 membres de sa famille se réunirent pour jouer ensemble, comme on le faisait depuis des générations. Chez les Bach, on naissait, on vivait, on mourait en musique. En revanche, on n’a recensé aucun musicien dans l’entourage de Schumann. On ne connaît pas de familles de génies, tout au plus existe-t-il des familles de talents, comme les Dumas, les Brontë, les Rostand, les Daudet, les Curie, les Perrin, les Breughel, les Scarlatti, ou les Purcell. Ici, l’influence héréditaire peut jouer. Sur le plan biologique, on n’a jamais trouvé de gène du génie, et tout laisse à croire qu’il n’existe pas. L’hérédité de l’homme, si complexe qu’elle apparaisse au profane, est en réalité trop pauvre pour expliquer à elle seule la formation d’un cerveau de génie. L’idée du prix Nobel William Shockley, l’inventeur du transistor, de créer une banque de sperme alimentée par des personnages très intelligents, pour donner naissance à de grands esprits, a suscité une protestation unanime dans le monde scientifique et n’a jamais abouti à aucun résultat. De toute manière, les biologistes sont d’accord pour estimer que l’hérédité n’est pas un facteur déterminant dans la genèse d’un génie. L’anecdote est célèbre parmi eux : le père est syphilitique, la mère tuberculeuse, des quatre enfants, le premier est aveugle, le second diminué, le troisième sourd-muet, le quatrième tuberculeux. Faut-il interrompre la cinquième grossesse ? Dans ce cas, vous supprimez Ludwig van Beethoven. On se souvient du dialogue entre la belle danseuse Isadora Duncan et le grand dramaturge Bernard Shaw. “Faisons un enfant, disait-elle : avec ma beauté et votre intelligence, il sera merveilleux”. Et Bernard Shaw de répondre “Et si c’était l’inverse ? “


Le rôle de l’environnement.
Peut-on tenter de mieux comprendre l’apparition de ces esprits exceptionnels en remontant aux circonstances de leur naissance et de leur petite enfance ? C’est une démarche tentante, mais la diversité des circonstances de leur venue au monde et du début de leur vie pose davantage de questions qu’elle n’apporte de solution. Certains sont nés dans un environnement qui facilita l’éclosion de leurs dons. Mozart, comme Bach, naquit dans une famille de musiciens et fut aidé dès leur plus jeune âge par leurs parents. Le père de Blaise Pascal fit tout pour que son fils se familiarise le plus tôt possible avec les mathématiques. Celui de Stuart Mill, le brillant économiste et philosophe anglais, soumit son fils à une discipline de fer, l’obligeant à apprendre le grec et le latin à 3 ans, sans l’autoriser à la moindre distraction. La mère du grand architecte Franck Lloyd Wright avait décidé de la carrière de son fils dès sa naissance. Il était encore au berceau qu’elle l’entourait d’images de beaux édifices. Le père de Picasso était peintre et lorsqu’il vit le talent de dessinateur de son fils, il fit tout pour l’encourager. Mais il comprit vite que les dons de son fils dépassaient les siens. Picasso raconte qu’il dessinait avant de parler. Le premier mot qu’il prononça fut ”piz, piz”, pour lapiz - crayon. L’importance de l’environnement familial sur le développement de l’enfant a été illustrée par plusieurs observations faites sur des enfants adoptés : ceux placés dans des familles aisées, dont le comportement est particulièrement attentif à leur développement, deviennent plus intelligents. L’analyse des réponses aux tests destinés à mesurer le quotient intellectuel montre, par ailleurs, que nous sommes plus intelligents que nos parents et nos grands-parents. Est-ce vrai ? Les spécialistes ont tendance à penser que cela traduit surtout une plus grande facilité à bien répondre à ces tests, ce qui résulte d’un environnement différent, lequel nous familiarise davantage avec les raisonnements logiques et les images, et nous permet donc de mieux répondre aux tests du QI. (1) De toute manière, on ne constate pas qu’il existe davantage de génies aujourd’hui qu’au cours des siècles passés. Mais cela confirme l’importance de cet environnement dans le développement intellectuel des enfants. Mozart aurait-il été Mozart s’il était né dans un petit village africain, loin de toute activité artistique, de toute éducation ? Ou plus simplement dans un milieu sans affinité musicale ? Combien d’éventuels Einstein, combien de Newton ont-ils fini comme leurs parents, contraints de cultiver leur maigre champ pour subsister, éloignés de toute possibilité de développer leurs dons ?


Le bébé naît homme.
Un apprentissage précoce serait-il favorable à l’éclosion de dons remarquables ? Les psychologues mettent tous, depuis Jean Piaget, l’accent sur l’importance de cet apprentissage, qui se développe surtout autour de l’âge de 2 ans. Pourrait-on fabriquer ainsi un génie ? Certains estiment qu’on peut développer chez un enfant n’importe quel don, même exceptionnel, en s’y prenant très tôt et en plongeant l’enfant dans l’ambiance correspondante. Ils estiment que tout enfant naît intelligent et qu’il est ouvert à tout ce qui excite sa curiosité naturelle, son besoin inné d’imaginer, de créer, d’inventer, de comprendre. Le bébé naît humain, dit le neuropsychologiste Jacques Mehler, ce qui signifie qu’il vient au monde avec la faculté de penser. C’est ce qui lui permet d’appréhender l’environnement extérieur, de dialoguer avec lui, d’apprendre à parler - ce qui correspond, si l’on y réfléchit un peu, à une remarquable prouesse intellectuelle. Le neuropsychiatre Roger Vigouroux propose une théorie originale, basée, dit-il, sur des observations biologiques, pour expliquer la genèse de dons exceptionnels chez l’enfant (2). Il suppose que les capacités artistiques, qu’il prend pour exemple, dépendraient du taux d’hormones mâles arrivant au cerveau pendant la grossesse. Cela commanderait l’organisation de connexions nerveuses susceptibles de modifier la latérisation de certaines fonctions du cerveau de l’enfant à naître, pouvant aboutir, soit à l’apparition de déficits, comme la dyslexie, soit à l’éclosion de dons particuliers. Le développement de certaines capacités à un niveau supérieur, dit-il encore, pourrait dépendre de l’accroissement excessif de certaines parties du cerveau par rapport à d’autres. Il cite le neurophysiologiste Jean-Pierre Changeux qui souligne l’importance de l’apprentissage précoce, en disant qu’apprendre, c’est choisir parmi une multitude de câblages neuronaux possibles, processus qui se développe tandis que l’enfant suit l’empreinte culturelle de son milieu. L’organisation d’un cerveau dépend de l’histoire et du contexte de son développement. De son côté, le psychiatre Philippe Brenot montre que, parmi les dons précoces, celui de la musique vient en premier lieu, suivi de prédispositions pour les mathématiques, puis pour le dessin, la création littéraire venant en dernier lieu, ce qui s’explique car il est nécessaire que le langage soit bien maîtrisé pour que l’écriture puisse s’exprimer (3). Cependant, Jean-Paul Sartre commença à cinq ans de remplir des cahiers de ses écrits. Beaucoup de grands musiciens furent précoces. Mozart et Saint Saens composèrent à 5 ans, Haydn à 6 ans, Mendelsohn, Chopin ou Schumann à 9 ans. Liszt se produit en public à cet âge, auquel Debussy entre au Conservatoire de Paris. Prokofiev écrit quatre opéras entre 9 et 14 ans. Strawinsky commença à composer dès qu’il fut en mesure d’atteindre le piano. À 2 ans, il étonna sa famille en chantant ce qu’il avait entendu chez des paysannes qui passaient devant la maison. Cela peut aussi s’expliquer par le fait, prouvé par de nombreuses observations, que l’oreille du fœtus est fonctionnelle très tôt, dès six mois : il entend à la fois les bruits internes du corps de sa mère et ceux qui viennent de l’extérieur. À la naissance, l’enfant montre très vite son intérêt pour la musique - avec une préférence pour celle qu’il a entendue alors qu’il était dans le ventre de sa mère. Il chantonne spontanément avant de babiller. Certains mieux que d’autres : les grands musiciens feront de la musique avant de parler. Un violoniste japonais, Shinushi Suzuki, imagina, après la deuxième guerre mondiale, de susciter des talents musicaux exceptionnels en plaçant les enfants, dès la première année de leur vie, pratiquement depuis leur naissance, dans une ambiance musicale quasi permanente. Dès qu’ils ont deux ans, il les soumet à un entraînement intensif, souvent en groupe, avec l’aide de leur famille. La méthode a donné quelques excellents instrumentistes, mais aucun génie musical.
En ce qui concerne l’aptitude aux mathématiques, le neurologiste Stanislas Dehaene a montré que le fait de calculer intéresse plus spécialement certaines zones du cerveau, dans le lobe frontal et pariétal. Bien qu’il se défende de cette conclusion, il n‘est pas exclu qu’elles soient anormalement développées chez les génies mathématiques, comme chez les calculateurs prodiges, que nous avons évoqués dans le numéro précédent (Le Monde de l’intelligence n° 3, page 40). D’autres recherches du même auteur montrent que le sens des nombres est probablement inné chez l’homme, de la même manière que le linguiste Noam Chomsky croît que nous possédons un sens inné du langage.

L’intelligence s’éveille parfois tard.   
Nombreux sont les génies qui n’ont pas été de petits prodiges et dont l’intelligence s’éveillera tard. Einstein ne parla pas avant l’âge de 3 ans, fut un enfant solitaire, renfermé, lent. Il eut toujours de grandes difficultés à apprendre ce qui ne l’intéressait pas - les langues étrangères, par exemple, son anglais fut toujours exécrable. Il fut refusé au concours d’entrée à l’École polytechnique de Zurich, pour sa faiblesse dans la plupart des matières. Seules les mathématiques et la physique le passionnaient. C’est à l’âge de 5 ans, quand on lui offrit une boussole et qu’il fut étonné par son fonctionnement que son esprit scientifique commença à s’éveiller. Churchill fut considéré pendant plusieurs années comme un retardé mental. Certains commencèrent par une scolarité banale, parfois mauvaise. Darwin fut jugé par ses maîtres comme “une faillite intellectuelle” et passa pour un élève médiocre jusqu’à l’âge de 17 ans. “Vous ne vous souciez que de chasse, de chiens et de rats, vous serez la honte de la famille”, lui disait son père. Walter Scott était considéré pour un idiot dans son enfance, Edison resta toujours le dernier de sa classe. Anatole France fut un écolier quelconque. Evariste Galois, mathématicien génial, mort dans un duel stupide à 21 ans, qui passa sa dernière nuit à noircir des liasses de papier de formules qu’on mettra un siècle à comprendre, n‘alla à l’école qu’à l’âge de 12 ans et ce n’est qu’un an plus tard qu’il eut la révélation des mathématiques. Il en fut de même pour Sophie Germain, l’une des rares femmes célèbres en mathématiques, qui décida à l’âge de 13 ans que ce devait être la chose la plus importante au monde en lisant qu’Archimède fut tué par un soldat romain dont il n’avait pas entendu la question, tant il était absorbé par un dessin géométrique.

Tchaikovsky travaillait dans un ministère et n’entra au conservatoire qu’à 22 ans. C’est à 33 ans que Gauguin abandonna son métier d’employé de banque pour devenir peintre. Matisse était clerc de notaire à Saint-Quentin, c’est parce qu’il fut immobilisé par une maladie qu’il s’intéressa à la peinture. Van Gogh commença à peindre à 27 ans. Shakespeare écrivit ses principales pièces entre 30 et 40 ans. Il faut parfois faire preuve de patience pour être un génie. ♦

 


(1) Ulric Nessler La Recherche N° 309
(2) Roger Vigouroux. La fabrique du beau (Éd. Odile Jacob)
(3) Philippe Brenot. Le génie et la folie (Éd. Plon)

Enseignement à distance : les erreurs à éviter

On est en période de confinement. Et tout passe par la formation et l’enseignement à distance. 
Sacré changement.

Il y a 2 situations

La première : vous avez déjà l’habitude avec vos élèves d’utiliser les plateformes pédagogiques.

Dans cette crise, le passage à 100% à l’enseignement à distance est plus évident. Il n’y a plus de classe physique, c’est tout. Vous (et vos élèves) en perdez l’avantage.

Le changement dans cette période de confinement est moins brutal.

Mais le danger n’est pas moindre : celui de se reposer sur une plateforme pédagogique, et de perdre le lien avec ses élèves sans le savoir.

La deuxième est plus brutale, plus radicale : du jour au lendemain, finie votre présence devant vos élèves. Maintenant, tout l’enseignement à distance. Chers élèves, à vos PC et vos tablettes ! Certes, nous sommes à l’heure du numérique. N’empêche, ce changement soudain et sans préavis du mode d’enseignement vous crée une angoisse. Malgré les promesses de plateforme pédagogique opérationnelle de l’Éducation nationale, vous avez comme un désagréable sentiment d’impréparation.

Dans ces périodes de changement, qu’ils soient brutaux ou pas, au début c’est toujours du tâtonnement. Les moments « galères » ne tardent pas à venir. Cela peut s’apparenter à un bricolage qui fait émerger un sentiment de culpabilité. Mais, la solution se construit pas à pas. 
C’est un processus tout à fait normal.

Qu’elles soient à distance ou qu’elles se déroulent face à une classe, la formation et l’enseignement répondent à un objectif : l’efficacité de la transmission du savoir.

Pour atteindre cet objectif, des erreurs sont à éviter et quelques principes à respecter.

Dans cette première partie du dossier, nous allons voir les 4 erreurs à éviter dans l’enseignement et la formation en ligne.

C’est ce que l’on va voir dans ce dossier.

Erreur n°1 – Penser quel’enseignement et la formation à distance sont un mode  au rabais de la transmission du savoir

Savez-vous qu’un nombre croissant d’universités dispensent des cursus exclusivement en ligne avec, au final, la délivrance d’un diplôme ?
Vous en douteriez ?
Aux États-Unis dans l’enseignement supérieur 16% de ses étudiants soit 3,2 millions suivent un enseignement uniquement à distance en 2018. Et, près de 18% des étudiants américains suivent des cours mixtes : des cours dispensés en présentiel avec des cours en ligne [1].

À l’université d’Harvard, pas moins d’un étudiant sur trois suit des cours en ligne [2]. 
L’université de Stanford a formé exclusivement par distance plus de 20 millions de personnes dans le monde [3]. Ce n’est pas rien !

Comme vous le voyez, les cours en ligne permettent de s’affranchir des frontières, et de faire bénéficier des enseignements de qualité un grand nombre de personnes à travers le monde.

Serait-ce un phénomène essentiellement américain ? Détrompez-vous.

En France L’université de Bourgogne, Bordeaux ou encore Rennes sont pionnières dans l’enseignement à distance.

Et, n’oublions pas le CNED, institution publique créée en 1939, où il est possible de préparer un diplôme exclusivement à distance [4].

La formation et l’enseignement à distance ce n’est pas quelque chose de nouveau ! Alors c’est vrai, il s’agit ici essentiel de l’enseignement supérieur.

Ce qui est difficile, ce n’est pas tant l’enseignement à distance en lui-même, que l’impréparation à une pratique pédagogique nouvelle. Avec les mesures de confinement suite au COVd19, le passage du 100% présentiel au 100% à distance est brutal. C’est un choc ! Les enseignants se retrouvent désœuvrés et livrés à eux-mêmes. Certes, des plateformes pédagogiques sont mises à disposition. Mais comment s’en servir efficacement ? La plupart des enseignants ignorent ou connaissent mal les principes de base de l’enseignement à distance (que nous verrons dans la 2ème partie de ce dossier). Et, c’est normal.

Erreur n°2 – Penser que la formation en présentiel est bien mieux que la formation en ligne

Si vous avez essentiellement dispensé des cours en présentiel, il est légitime d’y trouver de nombreux avantages : on a ses élèves devant soi, l’interaction (via les questions-réponses) est instantanée. La relation avec vos élèves est de bien meilleure qualité. Rien à voir de celle que l’on trouve derrière un écran.

Mais, le piège tendu par le biais cognitif de confirmation d’hypothèse (prisme cognitif qui nous pousse à ne voir que les arguments qui renforcent notre opinion, notre croyance) est de figer sa pensée sur ce point de vue pour en faire une certitude.

Rien de mal à cela. Mais, face aux changements, l’état d’esprit se crispe. S’adapter, trouver des solutions devient laborieux. Malgré vous, se crée une situation négative où il est difficile de sortir.

Voici deux faits qui amèneront à voir les choses de façon plus nuancée.

1/ Le rythme quotidien de 6 heures dans une salle de cours fatigue les élèves. En tant qu’enseignant, il vous est facile de ponctuer votre discours d’allées et venues le long des rangées, de bouger. Difficile alors de se rendre compte que vos élèves sont assis et passifs. On est pris par ses idées, par sa progression pédagogique.

Et alors me direz-vous ? Les élèves ne sont-ils pas au contraire dans une situation confortable ? Probablement. Mais sachez qu’une attention soutenue chez l’être humain ne va pas au-delà des 20 minutes [5]. Alors qu’en est-il vraiment de vos élèves ? Sur 6 heures, voire plus de présence dans une salle de cours, combien de temps restent-ils vraiment attentifs ? Je sais, ces questions n’amènent pas forcément à des réponses agréables. Ça « pique » un peu.

2/ Allez, pendant que j’y suis, je vais rester dans les questions qui fâchent. Vous êtes-vous demandé(e) ce que retiennent vos élèves au bout de 2 h00 de cours ? Si ce contenu n’a pas fait l’objet d’un rappel, d’une révision auparavant pas plus de 20% au bout d’une journée, je vous renvoie au dossier sur l’oubli sur ce sujet [6].

Que faire ? Pas besoin de faire de grands changements. En être simplement conscient changera votre état d’esprit et votre regard. Les solutions viendront d’elles-mêmes. Je vous renvoie sur le dossier de la concentration.

Pour revenir à notre sujet : ces 2 faits vous montrent que l’enseignement en présentiel n’a pas forcément une efficacité sans appel sur l’enseignement et la formation à distance.

L’enseignement en ligne offre bien plus d’avantages que la possibilité de se former et d’apprendre sans avoir à se déplacer, à savoir :

a/ Le respect du rythme. L’élève peut apprendre un cours selon son propre rythme. Son attention est plus disponible.

b/ La possibilité de revoir et d’enrichir un contenu. La rétention de l’information est meilleure dans la formation en ligne : l’élève a toujours la possibilité de revoir un cours, pour affiner sa compréhension et l’appliquer par des exercices qui y sont rattachés.

Erreur n°3 – Penser que la formation en ligne est une panacée et résout tous les problèmes

Si l’enseignement en ligne offre de nombreux avantages, qu’il peut représenter un avenir avec les nouvelles technologies (les TICE : Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement), il ne s’agit pas de jeter le bébé avec l’eau du bain du présentiel.

Pour être efficaces pédagogiquement et réussir à atteindre son but, l’enseignement et la formation en ligne doivent satisfaire une condition fondamentale : celle de lamotivation des élèves.

L’université d’État de Ball (Ball State University) dans l’Indiana dans son étude auprès de ses propres étudiants note que [7].
« Bien que les résultats de cette étude montrent que les cours en ligne présentent de nombreux avantages, ces types de cours peuvent ne pas convenir au profil d’apprentissage des étudiants. La quantité de travail et de temps requis pour réussir un cours en ligne peut ne pas être comprise par les étudiants. »

Pour des étudiants en étude supérieure, il est possible de le concevoir. Ils ont une certaine autonomie. Mais pour des élèves de collèges, lycées ou lycée technique ou professionnel, les élèves ont besoin d’un cadre, cette autonomie est forcément moins présente. Outre la différence de maturité due à l’âge, les collégiens et les lycéens ne sont pas, ou peu, habitués à une autonomie.

En primaire, bien entendu, le cadre est encore plus important. Mais il y a les parents qui ont aussi leurs limites : ils ne sont pas maîtres des écoles.

Erreur n° 4 – Avoir les mêmes attentes

Dans la pratique de l’enseignement et la formation en ligne, l’erreur courante est de vouloir faire un substitut des enseignements en classe : les attentes et les objectifs ne sont pas les mêmes.

C’est une cause principale d’échec. Pourquoi ? Car pour arriver à une efficacité pédagogique l’enseignement à distance sollicite et s’appuie sur la capacité d’autonomie de l’élève [8 et 9].

L’élève est forcé à être acteur de son apprentissage et doit abandonner, peut-être à contrecœur, une passivité confortable permise par une présence en cours.

Mais, que faire avec des élèves de niveaux collèges ou lycée qui n’ont pas l’habitude de cette autonomie ? Lâcher prise ? Nombreux sont les professeurs qui ont l’impression de jouer à la roulette russe avec l’avenir des élèves. Et si, au final, on en perdait la plupart ? Est-ce que cette démission de l’élève face à ce nouveau mode d’apprentissage, plutôt déroutant, est rattrapable ?

Je répondrai à ces questions dans la seconde partie du dossier avec les 9 principes de la réussite d’un enseignement à distance.

Pour le moment, retenez que l’enseignement et la formation en ligne ne signifient pas une absence ou pire une démission. La présence de l’enseignant et du formateur est bien réelle, mais elle est différente sans pour autant être moins forte.

La clef se trouve plus dans une démarche d’accompagnement que de vouloir remplacer une présence physique de classe.

L’enseignant le formateur a plus l’esprit de l’entraîneur, de guide ou de coach [10].

Savoir accompagner, être un entraîneur FAIT UNE GROSSE DIFFÉRENCE dans l’engagement, l’attention, l’apprentissage et la satisfaction des élèves.

Enseignement et formation à distance : une trame

Dans l’enseignement et la formation à distance, on retrouve une trame générale en 3 étapes de la progression. La voici [11]:

1. Découverte et apprentissage du contenu. Les élèves regardent du contenu essentiellement en vidéos. Ce contenu peut être créé par vous-même ou il est déjà présent sur une plateforme pédagogique. Par expérience YouTube prend de plus en plus d’importance. On dénombre un nombre significatif de chaines éducatives avec du très bon contenu.

2. Exercices et travail de groupe.C’est une part essentielle de l’enseignement et de la formation à distance. Les exercices impliquent l’élève. Ceux-ci peuvent faire l’objet d’un travail de groupe qui prend tout son sens : en groupe l’élève se sent moins seul.

Comme je vous l’avais précédemment indiqué, vous ne pouvez pas vous attendre à une autonomie des élèves de collège ou même lycée identique à ceux de l’enseignement supérieur. La motivation se fait essentiellement par la notation. C’est normal. J’imagine que vous connaissez cette question à chaque exercice que vous pouvez donner « est-ce que c’est noté ? » Vous serez amené(e) à répondre « oui » plus souvent. 
Donc les exercices s’accompagnent d’un rendu autant que possible. Il ne s’agit pas non plus de se noyer sous les corrections. J’aborderai cet aspect dans la 2ème partie.

3. Sessions de questions-réponses. Pour maintenir non seulement un lien, mais aussi répondre au besoin d’avoir des réponses rapides, une session de questions -réponses s’avère indispensable. Cette session peut prendre plusieurs formes : en visioconférence (Skype, Zoom), par vidéos. Encore une fois, j’aborderai cet aspect dans la 2ème partie du dossier.

Dans cette trame, vous retrouvez le principe de la classe inversée [12].

« Dis-moi et j’oublie ; enseigne-moi et je me souviens peut-être ; implique-moi et j’apprends. »

Benjamin Franklin

 

 Sources et références 

 

 

[1] U.S. Department of Education, National Center for Education Statistics, IPEDS, Spring 2019, Fall Enrollment component (provisional data). Voir les chiffres ici

[2] Lauren Landry « Are Online Classes Worth It? 12 Pros & Cons of Online Learning » septembre 2019https://online.hbs.edu/blog/post/are-online-classes-worth-it

[3] Stanford dans le monde. L’université de Stanford a formé exclusivement par distance plus de 20 millions de personnes dans le monde :https://online.stanford.edu/about-us/community

[4] Préparer un diplôme universitaire au CNEDhttps://www.cned.fr/etudiant/cursus-universitaire/du

[5] « Comment améliorer la concentration »https://www.apprendreaapprendre.com/reussite_scolaire/comment-ameliorer-la-concentration/

[6] Comment limiter l’oublihttps://www.apprendreaapprendre.com/reussite_scolaire/comment-limiter-oubli/

[7] EXPECTED ADVANTAGES AND DISADVANTAGES OF ONLINE LEARNING: PERCEPTIONS FROMCOLLEGE STUDENTS WHO HAVE NOT TAKEN ONLINE COURSES » Issues in Information Systems Volume 13, Issue 2,pp.193-200, 2012https://iacis.org/iis/2012/114_iis_2012_193-200.pdf

[8 et 9] Bernard J. Luskin, Ed.D., LMFT « 2 Best Practices in Online Teaching and Learning
Improving doctoral education online. » 02 mars 2019https://www.psychologytoday.com/us/blog/the-media-psychology-effect/201903/12-best-practices-in-online-teaching-and-learning

[10] Online learning in higher education: exploring advantages and disadvantages for engagement avril 2018https://link.springer.com/article/10.1007/s12528-018-9179-z

[11] « Pourquoi faire de la formation à distance? Avantages et implications de la formation à distance » Université de Laval Québec.https://www.enseigner.ulaval.ca/system/files/pourquoi_faire_de_la_fad.pdf

[12] Emily Ostermeyer « 3 Time Management Tips for Online Learner 

 

Source: apprendre à apprendre

Donner du sens pour apprendre : les bonnes questions

Evaluation competences

Pour apprendre et enseigner efficacement il est important de travailler sur le sens, le désir et la signification. Comment y parvenir au mieux ? C’est d’abord poser les bonnes questions.

En classes : les bonnes questions à se poser

Une double réflexion vous engage, à laquelle il faut associer intimement, quotidiennement et inlassablement vos élèves.
D’une part, un questionnement régulier doit intervenir autour du premier type de réponses :

-C’est quoi, l’intelligence ? N’y a-t-il qu’une seule forme d’intelligence ?
– C’est quoi, la connaissance ? N’y a-t-il de connaissance qu’à l’école ?
– C’est quoi, apprendre ? Comment apprendre ? Et surtout, est-il possible d’apprendre à apprendre ?

D’autre part, une réflexion devra émerger, en lien avec le deuxième type de réponses : comment dépasser le caractère injonctif du cadre scolaire pour y trouver, au-delà de l’obligation, une signification, un sens, un désir et donc un projet ?

Il ne s’agit pas de disserter chaque jour avec les élèves sur de grands concepts philosophiques, il s’agit plutôt de toujours garder à l’esprit que, contrairement aux idées reçues, il n’y a pas d’évidence en matière d’apprentissage. Au travers des consignes, des activités proposées, des questions soulevées, des situations rencontrées et des tâches à effectuer, on ne peut faire l’économie d’un tel questionnement. Solliciter et répondre à ce questionnement, c’est faire preuve de responsabilité éducative en inscrivant sa démarche d’enseignement dans une démarche qui fait sens pour les élèves et leur donne le sens de leur propre posture d’apprenant.

Travailler sur la signification, le sens et le désir

Quand on travaille sur la signification, on travaille à la durabilité du projet d’apprentissage en l’inscrivant dans une démarche globale d’éducation visant l’autonomisation et la réalisation du petit d’homme en devenir.

Quand on travaille sur le sens, on s’emploie à ancrer au quotidien les différentes situations d’apprentissage en correspondance avec des objectifs explicites à plus court terme.

Quand on travaille sur le désir, on veille à maintenir ou susciter l’envie des élèves de s’impliquer dans la réalisation des différents projets eux-mêmes au service d’un plus large projet.

 Qu’est-ce que l’empowerment ?

En situant l’acte d’enseigner dans cette triple dimension, on donne la possibilité aux élèves de s’emparer de ce que les Anglo-Saxons appelle 1′ empowerment. Ce terme, curieusement, ne trouve pas d’équivalent lexical dans la langue française.’ Il répond pourtant en grande partie à un ensemble de problématiques récurrentes dans notre enseignement à la française.

Un enseignement marqué bien souvent – les enquêtes en témoignent – par l’ennui, le manque de sens et l’absence d’implication. Veiller à se préserver de cet écueil dès le premier jour de classe établit d’entrée de jeu un environnement climatique favorable à la mise en place d’une pédagogie éclosive, réflexive, dynamique, impliquante, sensée, exigeante et rigoureuse.

L’empowerment est cette capacité à prendre le pouvoir sur ce que l’on fait, comment on le fait et pour quelles raisons on le fait. L’augmentation du pouvoir-agir allant de pair avec le savoir-agir, l’enseignant devra donc proposer des pistes de travail pour permettre à l’élève de s’engager pleinement. En misant sur le développement de la compétence clé « apprendre à apprendre », il y contribuera grandement.

 

http://www.apprendreaapprendre.com/reussite_scolaire/donner-du-sens-pour-apprendre-les-bonnes-questions-2/

 

Comment s'expliquent les capacités en mathématiques?

La bosse des maths

Avoir la bosse des maths, contrairement à une idée reçue, n’a pas de rapport avec une quelconque morphologie particulière du cerveau ou, en d’autres termes, de cases spéciales.

Les garçons meilleurs que les filles?

Il est commun de voir beaucoup plus de garçons choisir une carrière scientifique que les filles. Alors est-ce que le fait d’être un garçon donnerait plus de possibilité d’être fort en mathématiques ? Bref, est-ce que les garçons ont nettement plus la bosse des maths que les filles ? Rien n’est plus faux, de nombreuses études, tendent à le montrer, notamment une qui a été menée en 1988 sur 24.599 étudiants et écoliers auprès de 1.052 écoles. Aucune différence significative de compréhension durant les cours de mathématiques entre les filles et les garçons n’a pu être constaté. Et les différents tests menées ont aboutit au même constat. La présence masculine beaucoup plus élevé dans les formations mathématiques et dans les métiers scientifiques trouve davantage son explication dans l’intérêt plus grand qu’ont les garçons pour ces matières. Les femmes semblent être plus sensibles pour les choses pratiques, elles peuvent avoir de bons résultats en mathématiques, mais si elles ne perçoivent pas d’aboutissement concret à étudier cette matière elles préfèreront changer d’orientation.

Le rôle des deux hémisphères du cerveau

On a pu aussi montrer que les individus qui ont manifestement des capacités, des facilités supérieures aux autres en mathématiques, ont la faculté de faire travailler simultanément les deux hémisphères de leur cerveau. L’hémisphère gauche permet de saisir plus rapidement les détails et le droit à faire des généralisations. Cette faculté peut être innée chez certains d’entre nous. Mais avec de l’entraînement et des exercices appropriés on peut acquérir cette faculté de faire fonctionner nos 2 hémisphères cérébraux.

Un mauvais souvenir qui se transforme en handicap

Etre mauvais en mathématiques n’est pas obligatoirement une origine du fonctionnement des deux hémisphères du cerveau, il y a une explication qui est plus du domaine cognitif : ceux qui sont mauvais en maths ont eu, à un moment donné, un mauvais vécu : un mauvais prof, une humiliation, un mauvais résultat, une mauvaise scolarité. Qu’est-ce qui s’est alors passé? L’expérience négative est restée liée, est restée associée aux mathématiques. Cette association négative est d’autant plus forte que l’émotion à ce moment fut certainement intense. Que se passe t-il ensuite ? A chaque fois qu’il y aura des mathématiques, l’élève aura un sentiment négatif. Il s’en suit tout logiquement une absence totale de motivation pour être attentif, pour travailler ses exercices à la maison. Les résultats ne peuvent alors qu’être mauvais ce qui renforce le conditionnement négatif associé aux mathématiques. Le retard irrémédiablement pris sur les bases combiné à la croyance (fausse au demeurant) d’être nul(le) en maths éloigne de plus en plus la probabilité de révéler les capacités mathématiques de l’élève.

Être bon en maths = plus intélligents?

Enfin faut-il envier ceux qui ont la bosse des maths ? Il faut savoir que les forts en maths ne feront pas forcement des forts en droit, en management ou feront des supers chefs d’entreprise. Pourquoi ? Parce que l’intelligence ne se résume pas à la faculté de savoir manipuler les concepts abstraits. D’ailleurs, à être constamment dans l’abstrait on en oublie souvent la réalité des choses. Il est courant de rencontrer des matheux qui, sortis de leur monde fait d’abstraction, sont capables au quotidien de comportements très peu intelligents voir très bêtes. Einstein lui-même en avait bien conscience, et avouait avoir un manque total d’intelligence dans la compréhension du rapport humain, et une nullité absolue en capacité de persuasion.

Mais, les mathématiques aujourd’hui deviennent incontournables, car ils représentent l’outil par excellence de toute sélection dans bien d’écoles préparatoires : quel concours n’a pas son épreuve de maths ? D’où cette importance tenue par les mathématiques dans notre système éducatif qui à tort les considère encore comme le fondement de l’intelligence. Pourtant ont sait aujourd’hui que l’intelligence est présente sous plusieurs forme. C’est ce qu’a montré Howard Gardner qui en 1983 avait identifié 7 formes différentes d’intelligence : verbale/linguistique, visuelle/spatiale, musicale/rythmique, mathématique/logique, interpersonnelle/relationnelle, kinesthésique/corporelle. Aujourd’hui il est commun de rajouter une autre forme d’intelligence, à savoir l’intelligence intrapersonnelle qui est la capacité à avoir une bonne connaissance de soi-même.

Mais il ne faut pas tomber dans l’excès inverse à savoir bannir les mathématiques de toute éducation. Les mathématiques sont le meilleur moyen pour travailler la capacité à conceptualiser.

 

 

 

http://www.apprendreaapprendre.com/reussite_scolaire/boss-des-maths-mathematique-168-4-3.html

 

 

Outiller les parents pour éveiller les enfants à la lecture et à l'écriture

Au Québec, près d'un quart des enfants de milieux défavorisés accusent des retards dans leur développement cognitif, langagier ou social. Selon une récente étude de la Société canadienne de pédiatrie, un enfant sur quatre n'est pas prêt à débuter la maternelle. Face à cette problématique, la professeure Julie Myre-Bisaillon de l'Université de Sherbrooke a mis sur pied le projet "Ensemble autour d'eux, ensemble on s'éveille", qui vise à éveiller des élèves d'âge préscolaire à la lecture et à l'écriture tout en engageant leurs parents dans la vie de l'école.

Ce projet est implanté depuis trois ans dans des classes maternelles de Sherbrooke. "Chaque mois, les intervenantes tiennent des activités où les enfants peuvent s'éveiller à la lecture et à l'écriture aux côtés de leurs parents, incluant des périodes axées sur la compréhension et sur le bricolage. Ces derniers peuvent à leur tour mieux soutenir leur enfant, et sont davantage engagés dans la vie de leur école", explique la professeure de la Faculté d'éducation.

L'activité amène les enfants à découvrir les livres, qui sont parfois peu accessibles pour certaines familles. "Au fur et à mesure que l'année avance, on constate que les enfants développent une ouverture au livre, une ouverture à écouter une histoire. Ils sont plus calmes et concentrés et surtout, ils interagissent davantage autour de l'histoire", indique Julie Myre Bisaillon. Au-delà de cet aspect, le projet suscite l'engagement des familles. Pour certains parents, l'école représente un monde méconnu, voire intimidant. D'autres se sentent mal préparés à accompagner leur enfant. En participant au projet, les parents augmentent leur aisance dans la classe si bien que plusieurs prennent en charge un groupe d'enfants et participent à l'animation de l'activité.

"La participation des parents aide grandement les enfants à débuter leur cheminement scolaire du bon pied, ajoute la professeure. Et les parents sont plus familiers avec le personnel enseignant, ce qui facilite le lien et le contact positif avec l'école."

Les travaux s'inscrivent dans le Collectif de recherche sur la continuité des apprentissages en lecture et en écriture, que la professeure dirige conjointement avec le professeur Olivier Dezutter, dans la perspective où les apprentissages en lecture et en écriture ne sont pas exclusifs à la classe, mais doivent également se poursuivre à la maison. Le projet "Ensemble autour d'eux, ensemble on s'éveille" bénéficie d'un financement du Programme de développement et de soutien à la recherche en adaptation scolaire du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport.

 

http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=10403

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site