Photobucket
referencement sur bing - référencement de site web gratuit -

Accentuation ou Signes auxiliaires

Majuscule mot francais

 

Les signes auxiliaires ou accents permettent de lire correctement les textes de notre langue. Certains permettent de différencier les homophones (des mots qui ont une même prononciation mais une signification différente). La grammaire française définit les règles applicables pour leur utilisation. 

b - Accent aigu

c - Accent grave

d - Accent circonflexe

e - Apostrophe

f - Tréma

g - Cédille

h - Trait d'union
 

/ a - Signes auxiliaires
Les signes auxiliaires comprennent les accents (aigu, grave et circonflexe), l'apostrophe, le tréma, la cédille et le trait d'union. Ils apportent un complément d'information utile pour présenter correctement un texte, mais aussi pour préciser les sons (intonations) à appliquer dans la prononciation.  

On ne place jamais d’accent sur une voyelle qui précède une consonne double :
- La chasse, une étiquette, une pomme, une trompette.

Le point doit toujours être mis sur le " i " et le " j " minuscules.

 b - Accent aigu :    é   É

Mot français ayant le plus d'accents aigus : hétérogénéité.

En règle générale l'accent aigu se place sur la voyelle -é :
- La bonté, le café, la charité, un éléphant.

On trouve un -é avec accent aigu lorsque cette voyelle est la première lettre d'un mot :
- Un éditeur, un électronicien, une épreuve.

Sauf les mots en -ère et -ès qui prennent un accent grave :
- Une ère (époque de temps), un ers (légume lentille), un aloès.

On trouve un -é avec accent aigu lorsque cette voyelle est la dernière lettre d'un mot (y compris si le mot se termine par un pluriel avec -s ou un -e muet) :
- Un abonné, des abonnés, une abonnée - La liberté, le lycée.

Pas d'accent sur la voyelle -e si elle est suivie d'une consonne finale -d, -f, -r ou si la lettre -z termine le mot :
- Clef, pied, chanter, nez...
 

Il marque le son avec les préfixes dé- ,mé- ,pré- :
- Désigné, mélangé, préféré.

Mais de rares mots n'en portent pas :
- Pedigree, repartie (pour le mot réplique mais accent pour le verbe répartir), revolver.
Attention : Besicles ou bésicles (toujours au pluriel).

On trouve le -é avec accent aigu, en fin de mot sur les participes passés des verbes -er à l'infinitif :
- Chanté, donné, tué… et sur le participe passé du verbe être : été.

Jamais d’accent aigu sur un -e qui précède un -x :
- Un accent circonflexe, le sexe. 
 

Jamais d’accent aigu sur un -e qui précède une consonne double :
- Une étiquette, une trompette.
 

Le "e" muet ?

Un -e muet, en règle générale, est un -e qui ne se prononce pas :
- Une année, la joie, la pluie, la vie, le lycée, la bougie.

Prononciation : L’accent aigu sur le -é indique un son fermé un pré, du blé), alors que l'accent grave -è indique un son ouvert (père, il mène). 

 / c - Accent grave :    è È    à À    ù Ù

Cet accent ne peut se placer que sur les voyelles -è , -à , -ù, ce qui ne change pas la prononciation :
- à, çà, deçà, delà, déjà, holà, là, où, voilà...

Accent grave en fin de mot, lorsque ce mot au singulier est terminé par un -s :
- Abcès, accès, après, auprès, congrès, décès, excès, exprès, près, procès, progrès, succès, très.
 

Accent grave sur la lettre -è placée devant un groupe de consonnes si la deuxième est un -L ou un -R :
- Le lièvre, la fièvre, une nèfle, le trèfle.
 

HOMOPHONES avec -à. Mots qui ont une même prononciation mais une signification différente : maire, mère, mer. On place un accent grave sur -à (préposition) et "là" (adverbe de lieu) pour les différencier de -a (verbe avoir), "la" (pronom ou article) :
- Je vais à la ville, il a chaud, il habite là, la voiture.
 

Accent grave aussi pour l’adverbe "çà" : çà et là, contrairement au pronom démonstratif "ça" , qui est la contraction de cela :
- Ça va pas mal, mais il faut encore chercher çà et là pour améliorer.

Accent grave pour delà, deçà, déjà, voilà… mais pas d'accent pour le pronom cela :
- S'il réussit au-delà de nos espoirs, il pourra alors s'occuper de cela.
 

HOMOPHONES avec -ù. Mot qui a une même prononciation mais une signification différente : maire, mère, mer.  -ù accent grave, n’est utilisé qu'avec "où" (pronom relatif ou interrogatif) pour le différencier de "ou" (conjonction marquant le choix) :
- Où se trouve la clé ? Blanc ou noir, il faut choisir !
 

Pas d'accent sur une voyelle qui précède une consonne double :
- Appelle, fléchette, jette, pelle, trompette.

Pas d’accent sur un -e placé devant un -x :
- Circonflexe, flexion, mexicain, plexus.
 

Pas d'accent sur les mots commençant par le préfixe "des" (et non "dés") quand le mot origine commence par un "s" :
- Dessécher (des-sécher), dessaisir, desservir.
Exception pour certains : Désaccord, déshabiller, désunir.

Certains verbes peuvent changer d'accentuation suivant les temps.

Prononciation : L’accent aigu sur le -é indique un son fermé un pré, du blé), alors que l'accent grave -è indique un son ouvert (père, il mène). Toutefois sur le -à et le -ù il ne change pas la prononciation. 
 

 d - Accent circonflexe :   â Â     ê Ê     î Î     ô Ô     û Û

En règle générale l'accent circonflexe se place sur les voyelles -â, -ê, -î, -ô, -û sauf le -y : Abîme, côte, coût, dû, fête, flûte, gîte, pâte, sûr...

Il se place en particulier sur le -o des possessifs : le nôtre, le vôtre, les nôtres, les vôtres.
Avec les adjectifs : mûr, mûre, sûr, sûre.
 

Mais aussi avec : jeûne (de nourriture, mais déjeune s'écrit sans accent), aumône, boîte, chaîne, château, croûte, grâce, icône, traîner, traître, trêve, voûte...
 

Sur le -i des verbes en -aître et en -oître ainsi que le verbe "plaire" lorsque cet -i est suivi d'un -t :
- Il connaît, il paraîtra, il croît.
 

Sur le -i de 3 mots en -ître :
- Bélître (mendiant), épître, huître.
 

Sur le -a du suffixe -âtre marquant une dépréciation :
- Bellâtre (beauté fade), douceâtre (douceur fade), grisâtre (tire sur le gris)...
Mais pas sur -iatre : Pédiatre, psychiatre.
 

L'accent circonflexe se met aussi sur certains mots pour les distinguer :
- Hâler (bronzer), haler (tirer), une boîte (le récipient), il boite (claudication), la châsse (le coffret), la chasse (au gibier).

On le rencontre encore sur certains mots qui ont perdu un -s (mots du vieux français) :
- Âne et asne, château et chasteau, fenêtre et fenestre, gîte et giste, hôpital et hospital, goût et goust, tête et test.
Ces mots du vieux français retrouvent parfois ce -s :
- Hôpital, hospitalier - Fête, festin, festival.

Dans certains mots dérivés, l'accent circonflexe disparaît :
- Arôme et aromatique - Cône et conique - Diplôme et diplomatique - Extrême et extrémité - Grâce et gracieux, gracier - Infâme et infamie - Pôle et polaire - Râteau et ratisser.
 

Prononciation : L’accent circonflexe indique un son plus accentué :
- Cette fille est gracieuse, et ce garçon infâme.


Dans la conjugaison, on trouve un accent circonflexe aux deux premières personnes de l'indicatif du passé simple et à la 3e personne du singulier du subjonctif imparfait des verbes :
- Nous chantâmes, vous chantâtes, qu'il chantât, qu'il connût.

Sauf "haïr" qui conserve son tréma sur le -i à presque tous les temps. (Voir tableaux de conjugaison).

 Les verbes "croître, devoir, mouvoir, recroître, redevoir" au participe passé masculin se forment en "crû, dû, mû, recrû, redû", mais suppriment l'accent circonflexe au féminin ou au pluriel.

Les verbes "accroître, croître, décroître, recroître" prennent un accent circonflexe quand le -i est suivi d'un -t.

Les verbes "apparaître, comparaître, connaître, disparaître, méconnaître, naître, paître, paraître, réapparaître, recomparaître, reconnaître, renaître, repaître, reparaître, transparaître" prennent un accent circonflexe quand le -i est suivi d'un -t.
 

 / e - Apostrophe :    '

En règle générale, la voyelle finale d'un mot -a, -e, -i est supprimée et remplacée par une apostrophe lorsque le mot suivant commence par une voyelle ou un -h muet (c'est le cas lorsqu'on ne peut pas placer l'article défini "le, la" devant le mot. Voir page 150e.) :
- L'homme est mis pour le homme - Lorsqu'il chante - Une presqu'île.

Attention devant un -h aspiré   (c'est le cas lorsqu'on peut placer l'article défini "le, la" devant le mot. Voir page 150e.)  il n'y a pas d'élision :
- Le hibou, la honte.
 

Le -e final est remplacé par une apostrophe, à la fin de "lorsque, puisque, quoique" et devant "il, ils, elle, elles, on " et parfois aussi devant "en , ainsi" :
- Lorsqu'ils chantent, lorsqu'on court, quoi qu'il dise.

Le -e final est remplacé par une apostrophe, à la fin de "parce que" et devant "à, il, elle, on, un, une" :
- Il chante parce qu'il aime.

Le -e final est remplacé par une apostrophe, à la fin de "quelque" devant "un, une" :
- Quelqu'un est-il au courant ? Mais on écrit : quelques-uns des candidats.
 

Le -e final est remplacé par une apostrophe, à la fin de "jusque" devant une voyelle :
- Restez jusqu'à ce soir.

Le -i final est remplacé par une apostrophe, à la fin de "si" devant "il, ils" : S'il, s'ils.
 

On écrit et prononce sans élision :
- Le onze, le onzième, le oui, le uhlan, le yacht, le yatagan, la yole, le yucca, mais au choix : La ouate ou l'ouate, le ouistiti ou l'ouistiti. Par contre on écrit et on prononce le oui.

Pas d'élision non plus après "presque et quelque" :
- Il arrive presque à l'heure. Sauf dans "presqu’île et quelqu’un, quelqu’une".

Mais le -e final est remplacé par une apostrophe, à la fin de "entre, presque" lorsqu'ils font partie d'un mot composé :
- S'entraider, presqu'île.

En règle générale le -e final est remplacé par une apostrophe lorsque le mot suivant commence par une voyelle, et il en est ainsi pour le pronom "je" :
- J'aime chanter, j'adore lire...

Mais il garde le -e s'il est placé en opposition :
- Suis-je aimé ? Saurai-je chanter un jour ?

 f - Tréma :    ï Ï     ë Ë     ü Ü

En règle générale, le tréma se place sur les lettres -ï,  -ë,  -ü "  pour signaler que la voyelle précédente doit être prononcée séparément :
- Aïe, aïeul, un problème aigu et une voix aiguë, un personnage ambigu et une réponse ambiguë, ambiguïté, capharnaüm, ciguë, un passage exigu et une porte exiguë, exiguïté.

Le tréma interdit en pratique de prononcer deux lettres en un seul son mais toujours des exceptions et pas de tréma :

Sur le -ë de : goéland, goélette, goémon, poème, poésie...
 

Sur le -ï de : coincer, éblouir, Hanoi, oui, ouistiti, séquoia...

"Haïr" est le seul verbe qui conserve son tréma, sauf aux trois personnes du singulier de l'indicatif présent, et à la deuxième personne du singulier de l'impératif présent : je hais, tu hais, il hait - hais. (Voir tableaux de conjugaison).

 g - Cédille :   ça...  ço...   çu...     Ç

En règle générale, la cédille se place sous le -ç devant les voyelles -a, -o, -u pour indiquer qu'il faut prononcer le -ç " et on obtient alors un son "ss" :
- Leçon, reçu. (Sinon recu se prononcerait "reku"), forçat, soupçon, français.

Pas de cédille sous le -c placé devant un -e, -i, -y ce qui donne le son de -s :
- Approchez ce banc, écrivez ci-dessus, examen du deuxième cycle, merci, ceci. Ni devant "æ" et "œ" : Et cætera.

Les verbes en -cer prennent une cédille sous le -ç devant les voyelles -a, -o à certaines personnes :
- Je commence, nous commençons, il commença.

 

http://www.aidenet.eu/grammaire01a.htm


 

Les mots savants qui s’écrivent avec "æ" et "œ" n’ont pas de cédille :
- Cæcum, cœlacanthe. 

 

§152 / h - Trait d'union    -   

Le trait d'union est inclus dans ce dossier "accentuation" et il ne faut pas le confondre avec le tiret "    –    " lequel se trouve dans le dossier "ponctuation" page 155k.

L'emploi du trait d'union, associé aux noms composés, dont l'étude est longue et parfois complexe, est étudié pages 170 et 172.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site