Photobucket
referencement sur bing - référencement de site web gratuit -

Antigone:Le prologue; étude

Le prologue

  1. Qui parle? Que désignent les pronoms "vous" et "nous" (P. 9 et 10)? Quelle est la situation d'énonciation? Est-ce l'usage au théâtre?

  2. Quelles sont les fonctions des didascalies?

  3.  Quelles indications sont données dans la didascalie initiale?

  4. Le prologue est-il un personnage de l'histoire?

  5. Quelle est la fonction du Prologue? Quelle est la différence entre un "chœur" et le prologue ici?

  6. Dessinez un arbre généalogique qui montre les rapports entre Antigone, Créon, Ismène, Hémon, Oedipe, Jocaste, Eurydice, Etéocle, et Polynice.

  7. Qu'est-ce que le Prologue nous apprend sur les personnages suivants: Antigone, Ismène, Hémon, Créon, et Eurydice? Faites une liste des adjectifs, des verbes, et des expressions que le Prologue emploie pour décrire chaque personnage. et complétez le tableau suivant :

    Antigone Ismène Hémon Créon Eurydice
     

     

     

     

     

           
  8. Quelles sont les deux époques qui se mêlent dans cette scène? Justifiez en relevant quelques anachronismes.

  9. Quels niveaux de langue sont employés dans ce texte? Justifiez par des exemples.

  10. Expliquez la situation au début de la pièce (pp. 12-13). Quels "faits" est-ce qu'il faut savoir?

  11. Comment le prologue met-il en place le tragique? Que signifie l'expression "il n'y a rien à faire"?

I. SIGNIFICATIONS DU MOT "PROLOGUE" :

A. DIFFERENTES SIGNIFICATIONS :

Partie d'une œuvre

  1. Scène  d'exposition

  2. Partie de la pièce qui précède l'entrée du chœur

  3. Discours qui précède la pièce et dans lequel on introduit plusieurs personnages (Antigone de J. Anouilh)   

B. Etymologie :

Le terme prologue se compose de "pro" qui signifie "avant" et de "logue" qui signifie "texte". Il s'agit donc d'un texte/discours  placé avant le texte (l'histoire).

Dans Antigone, le prologue correspond au texte d'exposition et, en même temps, au personnage-narrateur omniscient qui présente les comédiens personnages  et toutes les données qui précèdent la pièce, s'y déroulent et la terminent. Il sait tout de tout (le passé, le présent, le futur) et informe les lecteurs/spectateurs de tout.

II. L'ENONCIATION

1. Les fonctions du langage :

Elles sont au nombre de six et correspondent aux différents paramètres de la situation d'énonciation. Seules quatre de ces fonctions seront abordées :

  • la fonction expressive concerne le locuteur, sa présence dans son discours (qui parle?)

  • la fonction conative correspond à l'interlocuteur  (à qui?). On l'identifie par les indices de la 2ème personne (tu/vous, les adjectifs possessifs, les terminaisons verbales...)

  • La Fonction référentielle correspond au sujet traité dans le discours (de quoi?)

  • La fonction phatique concerne les moyens que le locuteur utilise pour attirer l'attention de son récepteur et l'encourager à l'écouter et à réagir à ce qu'il lui dit.

2. Le schéma de la communication

III. LA STRUCTURE DU PROLOGUE 

1) Présentation des personnages :

 

présentation d'Antigone

 

présentation d'Ismène et d'Hémon

 

présentation de Créon

 

présentation de sa femme Eurydice, de la nourrice et du page

 

présentation du messager

 

présentation des trois gardes

La présentation des personnages s'effectue par ordre de proximité avec Antigone. Eurydice est quand même présentée alors qu'elle n'interviendra pas dans la pièce. La nourrice qui était pourtant avec Antigone depuis sa jeunesse n'est mentionnée qu'après Eurydice, ceci s'explique sans doute par le fait que la nourrice ne fait pas partie de la famille royale.

Personnages

Portrait physique

Portrait  moral

Autres informations

Antigone

La petite maigre

La maigre jeune fille noiraude

Renfermée

Se dresser seule en face du monde

être marginal, obstiné qui se révolte

Elle va mourir

Ismène

Blonde

belle

Heureuse

Caractère superficiel :

Goût de la danse et des jeux

Goût du bonheur et de la réussite

Sensualité

Bien plus belle

Ø

Hémon

Jeune homme

Caractère superficiel : aime la danse, les jeux…

Fiancé d’Antigone

Il va mourir

Créon

Homme robuste

Aux cheveux blancs

Il a des rides

Aime la musique, les belles reliures, les longues flâneries chez les antiquaires

Etre délicat

Seul

C’est le roi

Il joue au jeu difficile de conduire les hommes

Il est fatigué d’être roi

Eurydice

Vieille femme

Bonne

Digne

Aimante

Elle tricotera pendant toute la pièce

Elle ne s’arrêtera que pour se lever et mourir

Elle n’est d’aucun secours pour Créon

La nourrice

Ø

Ø

A élevé Ismène et Antigone

Le page

Trop petit

Ø

Il ne peut rien pour Créon

Le messager

Garçon pâle

Ø

Solitaire :

Il viendra annoncer la mort d’Hémon

N’a pas envie de bavarder ni de se mêler aux autres

Il sait déjà

Les gardes

Hommes rougeauds

Chapeaux sur la nuque

Sentent l’ail, le cuir et le vin rouge

Ils ne sont pas de mauvais bougres

Ils ont la conscience tranquille

Ils sont dépourvus de toute imagination

Toujours satisfaits d’eux-mêmes et de la justice

Ils jouent aux cartes

Ils ont des femmes, des enfants et de petits ennuis

Ce sont les auxiliaires toujours innocents de la justice de Créon

2) Présentation de l'histoire :

Temporellement et spatialement, cette présentation est résumée "d'un bloc". On y annonce que c'est une tragédie et que la mort d'Antigone, d'Hémon et d'Eurydice est inéluctable.

IV. LA DIDASCALIE D'OUVERTURE

IV.1. Qu'est ce qu'une didascalie?

La didascalie est une indication de jeu dans une œuvre théâtrale, un scénario.

Il y a deux sortes de didascalies (indications scéniques) :

Les Didascalies de mise en scène: ce sont les Instructions que le dramaturge adresse à ses comédiens : elles montrent les gestes et les mouvements, lesdéplacements sur scène, la façon de parler (intonation, voix) que les acteurs doivent adopter.

Les Didascalies d’organisation de la scène : elles donnent  des informations sur le décor, la structure de la pièce en actes et en scène, les personnages sur scène (ceux qui entrent, et ceux qui quittent la scène)

IV.2. La didascalie d'ouverture d'Antigone

La didascalie d’ouverture d’Antigone  de J. Anouilh sort de l’ordinaire. Normalement, quand le rideau se lève, il s’ouvre sur un ou plusieurs personnages qui dialoguent. Dans Antigone,  au contraire, tous les personnages sont sur scène, même ceux qui n’apparaitront qu’au milieu  ou à la fin de la pièce. Ils  sont occupés à bavarder, jouer  aux cartes, tricoter. Ces occupations  familières  sont  inattendues dans une tragédie. Les personnages ne semblent pas vraiment  communiquer entre. C’est le prologue  qui se charge donc de les présenter.

Le décor, quant à lui, est neutre (juste 3 portes semblables). Cette absence de décor peut s’expliquer par le fait que le mythe est intemporel, que  ce n’est  pas important (ne pas donner d’indications sur le décor pour  focaliser l’attention sur les personnages (ce sera aussi le cas des costumes)).

 

   Le prologue dans les Antigone d'Anouilh et de Sophocle.

 L'œuvre de Jean Anouilh, apporte une nouvelle vision d'Antigone de Sophocle. Ainsi, nous allons comparer le prologue d'Antigone de Sophocle et le prologue de Jean Anouilh. l'analyse porte sur les éléments qui relèvent de « l'anti -théâtre ».

Dans Antigone d'Anouilh, le prologue annonce déjà le dénouement de la pièce. Il est à la fois un personnage et une fonction : Il est omniscient, il sait tout :

« Elle pense qu'elle va mourir », « C'est lui qui viendra annoncer la mort d'Hémon tout à l'heure ».

Le prologue est un personnage qui présente de façon démonstrative les personnages de la pièce : « Ce garçon pâle, là-bas, au fond, qui rêve... ». « Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là -bas... », « le jeune homme avec qui parle la blonde, la belle (...), c'est Hémon. ».

Il les désigne au public.

Ce prologue ne rentre pas directement dans l'action, il fait juste une description physique et morale des personnages : « Cet homme robuste, aux cheveux blancs », « Ce garçon pâle », « La maigre jeune fille noiraude et renfermée... »

Il ébauche leur rôle dans la pièce en les présentant avec une certaine hiérarchie, selon leurs rôles plus ou moins importants. D'abord, la protagoniste Antigone puis Créon.

Anouilh, à travers le prologue, identifie l'acteur à son personnage : « Elle pense qu'elle va être Antigone tout à l'heure ». Il s'approprie un style différent des prologues antiques où les informations peuvent être données par le chœur ou dans un dialogue, comme c'est le cas dans Antigone de Sophocle.

Dans le version originale (celle de Sophocle), les personnages sont directement dans l'action dès le prologue : nous assistons donc à un dialogue entre Antigone et Ismène, où nous savons déjà de quoi il est question puisque Antigone pousse un cri de révolte contre la tyrannie de son oncle. Le contraste entre les deux sœurs est alors révélé.

Anouilh présente la situation présente des personnages et annonce leurs vies futures sans faire référence aux dieux de l'Olympe dans toute l'œuvre.

En fait, Antigone de Sophocle représente aux yeux d'Anouilh un prétexte pour ne pas se conformer aux règles habituelles du théâtre, ce qui est particulièrement évident dans son prologue.

http://franbac.voila.net/Antigone/pages/prologue.htm#reponses

3 votes. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×