Photobucket
referencement sur bing - référencement de site web gratuit -

Il était une fois un vieux couple heureux: étude

Il etait une fois

Notes sur la vie de l'auteur

Mohammed Khair-Eddine est l'un des grands écrivains de la littérature francophone marocaine.Découvrez la biographie de Mohammed KHAÏR-EDDINE

Il est né en 1941 à Tafraout, petite ville de la région du Souss au Sud du Maroc, à 180 km au sud d'Agadir.

Très marqué par le séisme de 1960, il s’installe à Agadir en 1961 et y vit jusqu’en 1963. Il est chargé par la Sécurité sociale d'enquêter auprès de la population. Jeune écrivain, il fréquente ensuite le cercle des Amitiés littéraires et artistique de Casablanca. En 1964, il fonde, avec Mostafa Nissaboury, le Mouvement "Poésie Toute".

Il s'exile volontairement en France en 1965, et devient, pour subsister, ouvrier dans la banlieue parisienne. A partir de 1966, il publie dans la revue "Encres vives" et collabore en même temps aux "Lettres nouvelles" et à "Présence africaine". En 1967, c'est la révélation de son roman "Agadir", salué par le prix "Enfants terribles", qu'avait fondé Jean Cocteau.

En 1979, il s'installe à nouveau au Maroc. Il meurt à Rabat le 18 novembre 1995, jour de la fête de l'Indépendance du Maroc.

Œuvre

Ses œuvres ont été publiées, pour la plupart, aux Éditions du Seuil :

* Agadir (1967)
* Corps négatif (1968)
* Histoire d'un Bon Dieu(1968)
* Soleil arachnide (1969)
* Moi l'aigre (1970)
* Le Déterreur (1973)
* Ce Maroc ! (1975)
* Une odeur de mantèque (1976)
* Une vie, un rêve, un peuple, toujours errants (1978)
* Résurrection des fleurs sauvages (Éditions Stouky et Sedki, Rabat, 1981).
* Légende et vie d'Agoun'chich (1984)
* Il était une fois un vieux couple heureux
* Faune détériorée (1997)
* Le Temps des refus, entretiens 1966-1995


Résumé de l'oeuvre
Il était une fois un couple heureux qui vivait dans une vallée au rythme des saisons , Bouchaib, au passé agité rencontre à une carrière militaire pour travailler la terre de ses ancêtres et vivre auprès de sa femme dont la suisine le régale et la présence l'inspire et le rassure. En effet , Bouchaib calligraphie en langue Tifinagh un longue poème à la gloire d'un Saint méconnu tout en buvant du thé chinois reçu de France. L'Imam de la Medersa du village trouva le moyen de faire éditer le poème qui est mis aussi en musique , chanté par des raîss , diffusé à la radio et écouté par tous . Même Redwane ,l'ami de Bouchaib , qui vit en France depuis trente ans , prend connaissance du poème de Bouchaib ce qui le décide à lui rendre visite . Malgré l'isolement du village , la modernité commence à s'y faire sentir . Les plus réfractaires finissent par abdiquer par commodité à la facilité . Bouchaib et sa femme garants des traditions, adoptent la podernité dans les limites du raisonnable ce qui n'est pas le cas des parvenus . Ces derniers sont méprisés par le Vieux qui voit en eux des corrompus qui trompent le peuple et flouent l'Etat

Les personnages de L'oeuvre
Bouchaîb : Le Vieux héros du roman .Il avait beaucoup voyagé dans le Nord et dans une partie d'Europe à la recherche d'une fortune qu'il n'a pas trouvée . Il était un fin lettré et un croyent exemplaire
Talaquouit : La vieille voisine du couple , C'est une Saint aimée et respectée par le voisinage . Elle sait lire et écrire couramment l'arabe classique et le berbère. Elle était capable d'engager une soute avec n'importe quel alim . Cette vieille pouvait aussi soignait les anciens car elle maîtrisait la pharmacopée de l'époque
Les Touaregs : ce sont des nomades qui possèdent d'immenses troupeaux mais qui ne mangent pratiquement pas la viande . Ils vivent de lait de chamelle et de dattes. Leurs femmes sont lettrées . Elles lisent et écrivent le Tifinagh et elles composent des poèmes et des chansons
Lalla Tiizza Tasemlait : Saint et savante dont on disaità tort qu'elle fut la maîtresse attitrée de Sidi Hmad Ou Moussan'Zzaouit , le saint au mille et un miracles et prodiges
Le Mokaddem : Il a fait la prison pour trafic du kif . Ces trafics ne l'ont pas enrichi . Il est revenu avec sa femme arabe qu'il a totalement berbérisé
Le guide touristique attitré : c'est un polyglotte né au village .Il habite le chef-lieu ou' se trouve l'administration du Souk. Il a une femme et des enfants au village, une autre femme et enfants à Tiznit et une troisième épouse au Souk , Le Vieux parle de lui en terme de baroudeur et d'aventurier
Le père du guide : IL était un baroudeur , une dorte de bandit mais pas un tueur . Il aimait faire le coup d feu
Le jeune noir Salem : Le fils du ferblantier qui fabriquait aussi des sandales à semelles de caoutcouc
Le circonciseur : Vêtu comme un Imam , il portait une longue barbe blanche de patriarche biblique et un impecable turban à rayures dorées de lunettes de vue
L'adjudant : Un homme honnête et travailleur . Il a invité le Vieux à la circoncision de ses deux fils
Haj Lahcène : Bienfaiteur d'Amzil
Amzil : Interlocuteur du Vieux , homme dans la force de l'âge , maigre et grand , qui vivait été dans son temps l'unique maréchal-ferrant du village
La doyenne du village : Personne ne l'a jamais vu . Elle se souvenait de l'époque héoîque des harkas et parlais sans cesse des être invisibles qu'elle seule pouvait distinguer
L'Ancêtre : Il est venu du Sahara , Il est venu s'installer au village à la tête d'un immense troupeau il y'a plusieurs siècles de cela
Imoussak : Un Saint qui avait son tombeau près de la Medersa . Il avait peut-être été un chef de Zaouîa d'ou' l'existence même de l'école de théologie
Haj Belaîd : Un chanteur qui avait toute la consideration de Bouchaib car ses textes étaient longuement mûris
Oumouh: C'est un vieux remarié avec une jeune de 18 ans . Il est l'ami des parvenus, leur homme à tout faire et leur guide de chasse . Il a été dédommagé par ces messieurs suite à l'incendie de son verger
Radwane : C'est l'ami de Bouchaib , Un immigré qui est devenu un investisseur
Khoubbane : Un homme du clan qui représentait le dernier chaînon de sa lignée et qui avait offert le porte-plume à Bouchaib . Il lui apportait aussi des cahiers , des crayons de couleur et des biscuits quand il venait au village . Il était stérile et il est mort à Safi devant sa boutique . Sa veuve s'est remeriée et a eu des enfants

Etude

Mohammed Khaïr Eddine est connu par son écriture pamphlétaire et difficile. Par ses poèmes et ses romans qui montrent que cet homme a la création dans le sang. Ses origines n’ont pas empêchés cette personne de devenir l’un des  écrivains maghrébins les plus importants ; il est même nommé : L’enfant terrible de la littérature maghrébine. Dans cette intervention, je vais essayer de vous faire découvrir Mohammed Khaïr-Eddine le sociologue à travers son œuvre : Il était une fois un vieux couple heureux. J’ai choisi cette œuvre car, elle est programmée et les élèves ainsi auront l’occasion de discuter et d’approcher autrement un roman qui ont déjà lu. Je tiens à vous dire qu’il s’agit d’une analyse personnelle où j’ai essayé de mettre l’accent sur les talents de Khaïr- Eddine le sociologue. Ce travail a été fait à la dernière minute pour pallier le vide dû à l’absence d’un spécialiste de Khaïr-Eddine qu’il devait nous parler de ce monsieur et de ses créations.

Les thèmes

 Ce roman est une œuvre posthume apparue aux éditions du Seuil en 2002. Il raconte la vie d’un couple heureux où le vieux passe ses journées à écrire des poèmes en berbère et à savourer les repas faits par la vielle, sa femme. Le récit sera développé en fonction du passé agité du vieux et ses pensées. Le progrès vient provoquer un véritable changement au village paisible. Les poèmes du vieux seront diffusés à la radio et mis en chansons.

Je vais essayer, comme je vous l’avais signalé, de vous faire découvrir Mohammed Khaïr- Eddine le sociologue à travers l’étude de certains cas présentés au sein de son œuvre : Il était une fois un vieux couple heureux.

La situation de la femme

La figure féminine la plus dominante est la vieille. La femme de Bouchaïb. Une femme qui passe son temps à fabriquer  des tajines pour son vieux époux et qui doit sous-estimer heureuse dans toutes les situations et à toutes les conditions : le bonheur est un apprentissage, un mode de vie et non un sentiment. Une obligation et non un choix. La femme à l’époque n’existait que dans l’ombre et devait accepter son sort d’épouse fidèle et heureuse : 

« -Je dois t’apprendre une chose, femme, dit le vieux. Une chose très importante. On est heureux ensemble, n’est ce pas ?

-Oui, mais sans enfants…

-Bah ! C’est mieux ainsi. Dieu l’a voulu, la lignée est finie. Même des rois ont subi ce sort.» (p.37)

Dans ce passage, la stérilité d’un homme n’est pas discutable. La femme ici, doit confirmer son bonheur même si elle ne pourra jamais être mère ou grand-mère. Pourtant, la stérilité d’une femme est une honte, une chose inexcusable. En effet, la société ne pardonne jamais une femme inféconde, qui doit remarier son mari et lui trouver une autre femme. Dieu dans ce sens aura d’autres choses à dire. Mohammed  Khair-Eddine traite ici un problème socioculturel d’une manière dérisoire et met ainsi le bonheur de ce couple entre parenthèses.   Ce qui nous pousse en tant que lecteurs réels, à poser la question : Y a- t- il vraiment  un vieux couple heureux ? N’oublions pas que l’auteur n’a pas avancé le non de la vieille, qui sombre dans l’anonymat. D’ailleurs, Mohammed Khaïr –Eddine dans un style à détour semble bien répondre à cette question
 

L’argent devient la règle du jeu
 

         Dans son roman : Il était une fois un vieux couple heureux,  Mohammed Khaïr –Eddine signale le changement que la société a subi à cause de l’intervention européenne et américaine. Les gens sont devenus avides d’argent.  Les principes et les valeurs humaines deviennent une mode archaïque sans importance. Cela veut dire, que Mohammed Khaïr -Eddine a remarqué cette évolution matérielle, qui pénétrait nos foyers et bouleversait nos convictions. La foi des anciens n’a plus de place dans un monde où : 

« On va bientôt renier  père et mère pour de l’or » (p.45) 

« Les gens ne sont plus eux-mêmes. Ils ne respectent plus que l’argent. L’argent et encore l’argent ! Ils vendraient tout pour de l’argent… » (p.45) « Certes. Comme je l’ai toujours dit, nous sommes les garants de la tradition. Mais vieille bien sûr ces pièces d’argent. Il y a des trafiquants d’objets rares partout. Tout quitte le pays, s’en va ailleurs on ne sait comment…même les anciens coffres de bois. Il faut se méfier des camelots qui passent… » (p.44)

Vendre sa culture, son histoire, son patrimoine pour l’argent. Aujourd’hui les jeunes cherchent à se vendre pour l’argent, pour se trouver à l’autre côté du rive. Le talent du sociologue qui cherche à analyser les causes et les effets se voient dans les conversations interactionnelles entre le vieux et sa vieille, qui essayent d’approcher les phénomènes socioculturels, qui les inquiétaient et qui nécessitaient une étude urgente. Quoique ces conversations semblent ordinaires elles sont lourdes au niveau sémantique, surtout lorsqu’elles traitent les maux et les soucis Historiques ou lorsqu’elles s’expriment sur le conflit des générations, la crise de l’identité ou autres.

Le conflit des générations

       Un phénomène socioculturel évident qui distingue chaque époque et que Mohammed Khaïr -Eddine prend le temps d’exposer et d’analyser dans  son roman : Il était une fois un vieux couple heureux, est celui du conflit des générations. D’abord, il met l’accent sur la solidarité qui n’existe plus même entre les membres de la même famille. Cette tendance de l’individualité égocentrique qui caractérise désormais la société marocaine. Cette envie de voler avec ses propres ailes, de partir, de vivre ailleurs, de s’enrichir loin du pouvoir paternel, d’imiter les européens, de trouver d’autres manières d’exister… : 

« Seuls les jeunes écervelés, voulaient imiter à tout prix leurs aînés, allaient se perdre ailleurs, abandonnant à la fraiche les terres qui les avaient nourris et vu grandir… » (p.58)

Pour les anciens, les jeunes sont des ingrats. Pour les jeunes, ils ont le droit de changer leur situation au lieu de rester coller à la terre qui nécessite un travail fou et régulier. Les villageois trouvent que les jeunes nés en Europe sont encore pires : 

« Ces enfants nés en Europe sont les pires qui soient, dit le vieux Bouchaïb. Ils ne respectent même pas les morts. J’en ai vu une bande qui profanait les tombes. Ils ne parlent même pas notre langue ? » (p.59)

En effet, il y a un grand problème de communication entre les générations. Les jeunes sont mal copris et mal vus par les anciens qui n’arrivent pas à saisir leur pensée, leurs transformations subites, leurs tentatives de se trouver dans un monde sans frontières où tout se complique et se croise. Mohammed Khaïr – Eddine a bien indiqué ces mutations que les jeunes  subissent sans arrêt et qui modifient leur façon d’agir et de voir les choses. Il anticipe déjà sur le rôle de la technologie et la place qu’elle va occuper dans la société
 

La crise de l’identité

Mohammed Khaïr Eddine évoque dans son œuvre : Il était une fois un vieux couple heureux, la crise de l’identité des jeunes marocains nés en Europe. Il semble que ces derniers sont perdus dans un monde qui leur est complètement étranger mais dont-il appartient par naissance. Déraillés, perdus,  égarés entre deux pays, deux origines, deux cultures, ils sont devenus des délinquants, des voleurs, des trafiquants : 

« Ils étaient passées du tiers –monde au quart monde sans même s’en rendre compte.  Condamnés à subir leur échéance en Europe, ils ne pouvaient plus revenir au pays d’où ils s’étaient exilés. Leurs enfants, incultes comme eux, rééditèrent le même topo en l’amplifiant. Ils  constituaient désormais l’essentiel de la population délinquante et carcérale des pays d’Europe, car le trafic de stupéfiants et le vol étaient le seul métier où ils excellaient. Un métier à la portée des exclus de la société industrielle, qui rejetait ces indésirables en des banlieues surpeuplées, dangereuses et sinistres. » (p.59)

Une  description loin de toutes imaginations fictives, qui montre la réalité des jeunes immigrés qui n’ont pas de place dans une société de compétences, de savoir, de civilisation et de chances. Ces jeunes français-marocains doivent supporter la conséquence de leur double identité, de leur couleur et leurs traits qui les relèguent au second plan. Un récit qui met les points sur les « i », qui montre la réalité d’une génération qui souffre pour trouver un sens à son existence, pour tracer les piliers d’un futur sombre et sans issue. Un peuple errant qui a le mal de vivre et de s’adapter à une patrie inaccessible.

L’isolement du milieu rural

           Mohammed Khaïr–Eddine n’oublie pas de dévoiler la réalité du milieu rural. Derrière le village paisible et beau se cachent d’autres réalités atroces. La vie difficile des villageois qui doivent subir seuls les malheurs des années de sécheresse. La pauvreté attaque le village autrefois fascinant et prodigieux. Un milieu isolé sans école, sans route… : 

« Même les vagabonds de jadis  avaient déserté la région. »(p.150)

Pour Mohammed Khaïr –Eddine : « L’Etat doit procéder à des fourrages coûteux. Mais l’Etat est bien loin d’ici. Il ne nous entend pas et nous voit encore moins. » (p.151)

Pour Mohammed Khaïr–Eddine, les villageois n’ont pas d’avenir en ville. Seuls quelques malins y parviennent (p.151). Pour lui, il y aura sûrement une explosion sociale relative à cette immigration illogique et collective des villageois vers les villes.

Il trouve que ce phénomène n’est qu’une bombe à retardement. (p.152)

             Vers la fin de son œuvre : Il était une fois un vieux couple heureux, Mohammed Khaïr- Eddine, nous incite à travailler. Ce qui nous rappelle Le jardin mythique de Voltaire. Le travail de la terre inféconde, travailler pour vivre même dans le désert le plus aride est l’unique solution car, selon lui le plus heureux est celui qui attend, qui reste tranquille et travaille pour vivre là où il se trouve. (p152-153) 
 

ESQUISSE D’ANALYSE D’UN ROMAN MAGHREBIN
 

  1.    Le Titre : Il était une fois un vieux couple heureux 

Le titre nous met dans une situation de confusion et de rêves. Nous avons l’impression qu’il s’agit d’un conte magique, ou plutôt que le livre fera l’objet d’un conte qui prendra en charge la narration d’une histoire fabuleuse dont un couple fût heureux malgré sa vieillesse. Un titre qui fait l’objet de plusieurs hypothèses de lecture : S’agit-il d’un récit magique où on raconte l’aventure d’un héros à la recherche de sa bien aimée? Y a-t-il des événements fantastiques, des adjuvants, des opposants qui donnent au récit ce goût du danger suspensif ? De quel couple s’agit-il ? De quel bonheur ? Quand et comment ce couple vieux fût-il heureux ? Le titre écrit en jaune, en Majuscules sur un fond sombre semble insinuer ce malheur déguisé en bonheur souhaité ou perdu…

  1.    L’effet de réel dans l’incipit de l’œuvre 

Ancrage spatiotemporel : *La vallée un endroit important qui contient les décombres des anciens et les nouveaux bâtiments modernes des riches.  L’espace ici est un espace double, qui met en valeur les ruines oubliées en le comparant aux édifices modernes. Le temps reste imprécis dans la mesure où nous n’avons pas de dates exactes : « Depuis son retour au pays… »

*Le souk hebdomadaire tous les mercredis…
 

Présentation du personnage essentiel :

  •  : un  homme qui a sillonné le Nord et une partie de l’Europe. Littré et écrivain.

La femme : sa femme dont-on ignore énormément de choses, est  soumise, citée en même temps que l’âne et le chat de la maison.

L’intervention du narrateur : Le narrateur intervient, pour commenter et préciser quelques caractéristiques relatives à Bouchaïb. Cette intervention donne à l’incipit cet effet de réel, car nous avons l’impression que le narrateur connaissait Bouchaïb et sa vie comme il est capable d’affirmer ou de nier certains faits : « Rien de tout cela n’était tout-à-fait juste ; seul le vieux Bouchaïb détenait le secret de sa jeunesse enfuie. »(p.7)

L’incipit commence par une question qui le différencie d’un conte. Il s’agit d’un récit qui raconte une histoire ordinaire d’un vieux couple, et non d’un récit merveilleux où le fantastique et l’imaginaire font la règle.

  1.    La fonction de l’incipit 

L’incipit de l’œuvre identifie l’énoncé comme une narration romanesque : loin du conte et ses particularités. Ainsi, l’incipit détermine la nature du texte à lire, car il s’agit bel et bien d’un roman maghrébin. L’incipit ancre le récit dans le temps et dans l’espace en présentant son personnage essentiel Bouchaïb qui fait l’objet des discussions des villageois, qui leur inspirent respect et admiration. L’incipit met ainsi le récit en marche et alimente ses premiers fils narratifs…Il joue une fonction dramatique et présentative. Nous avons l’impression qu’il s’agit d’une véritable histoire car le narrateur décrit avec précision et authenticité la vallée et ses mutations comme il introduit ses actants avec justesse en intervenant dans le récit, pour commenter leur parcours narratif.

  1.    L’organisation du récit

Le Roman  Il était une fois un vieux couple heureux, revient souvent sur la relation paisible des vieux. Un couple résigné et « heureux » sans enfants. Cependant, il y a ce retour en arrière pour raconter le passé de Bouchaïb et ses aventures. Le récit se mêle aussi à d’autres mini-récits enchâssés comme celui de chats, de la prostitution, de tremblement de terre d’Agadir…

Nous constatons que le chat occupe une place importante dans la vie des vieux qui remplacent souvent un chat par un autre si le premier est mort. Le chat est l’enfant que le couple n’a pas pu avoir. Il est adoré et vénéré par les vieux. Lors du tremblement de terre d’Agadir, le chat a étémalade, car il a senti ce danger. Ces récits alimentent la narration et donnent au roman s’autres dimensions…En effet le couple est relégué au second plan. La vie de Bouchaïb se trace à titre individuel sans accorder à la veille un statut ou une présence narrative…

 

  1.    La part de la tradition et de la culture dans : Il était une fois un vieux couple heureux

La part de la tradition est dominant dans le roman Il était une fois un vieux couple heureux. Le titre qui revient dans le texte : « Il était une fois de plus sur la terrasse. L’été tirait presque à sa fin les moissons avaient était bonnes » Cela est expliqué par la tradition et la croyance des gens : « Dieu est entrain de lapider le Diable. » Cela veut dire que tout va bien, car les êtreshumains sont tolérants et bons ce qui éloigne le Diable. Mais, lorsque le tremblement de terre a détruit la ville d’Agadir d’autres explications surgissent. Cette fois-ci, elles sont associées à la présence des étrangers ; qui ne respectent personnes et qui profitent de tout le monde en exploitant leur besoin : « Chleuhs » aussi, ne sont plus comme avant, ils ont perdu leur dignité devant l’argent : « Ils ont succombé à l’argent, qui est le véritable instrument d’Iblis qu’il soit mille fois mille fois maudit ! » Aucune explication scientifique n’est présente; tout s’explique par la tradition et la religion. Agadir est corrompue par les touristes : « Le touriste européen n’y venait que pour satisfaire ses perversions sexuelles. »(p.51) d’où le tremblement de la ville.

 

 

  1.    Le conflit des générations : un phénomène socioculturel 

Le conflit des générations se manifeste clairement dans cet extrait. Ce contraste entre les pères et les fils, ce changement des idées, de la pensée et de la façon de voir les choses. Ce lien avec la terre n’est plus le même. Les jeunes préfèrent quitter le village pour aller ailleurs à la recherche de la vie facile et de nouveaux principes. En effet, la solitude et le labour de la terre ne sont que des mots anciens sans valeur : « L’ancienne solidarité n’existait plus depuis l’indépendance. Ils (les jeunes) devaient se débrouiller tous seuls pour trouver un emploi. » (p.58)

                       Les jeunes ne croient plus à la terre, à l’éthique, aux principes de la citoyenneté, parce qu’ils préfèrent quitter le pays pour s’enrichir ou trouver un travail plus confortable dans les grandes villes du royaume ou ailleurs: « Ils devenaient garçons de café, chasseurs d’hôtel. D’autres réussissent à quitter le pays pour La France, La Belgique ou la Hollande.»(p.58)

         Les vieux commencèrent à se plaindre des jeunes qui ne respectent plus rien, qui veulent se libérer de leurs origines, de leurs coutumes, de leurs traditions et de leur terre d’où le conflit entre ceux qui préfèrent rester à leur pays et ceux qui espèrent partir pour améliorer leur vie. Il y a ceux qui réussissent et il y a ceux qui échouent, ce qui les poussent à vivre en Europe dans une misère déguisée. Les enfants nés en Europe sont encore pires car ils se perdent dans un autre monde qui n’est pas le leur. Ils sont rejetés dans des lieux indésirables : « Ils constituaient désormais l’essentiel de la population délinquante et carcérale des pays d’Europe. » L’auteur soulève ici, un problème socioculturel des immigrés ordinaires qui vivaient à la marge de la société française avec leurs déchéances et leurs souffrances. Leur présence au sein d’un monde qui leur est étranger, les pousse à entrer en conflit avec les générations à venir, qui sont également des victimes à double identité incarnant le choc des cultures et de l’exclusion.

 

  1.    Le choc des cultures et ses manifestations dans le roman

Les enfants du village sont des enfants nés en Europe. Ils ne respectent personne. Ils parlent une langue étrangère. Ils sont des petits voyous, des diablotins. Ces adjectifs dont Bouchaïb qualifie ces enfants montrent le choc des cultures, parce que les villageois ne comprennent plus cette nouvelle génération qui leur semble bizarre. Des enfants qui n’ont pas peur de la mort, qui profanait les tombes : « Ils n’ont même pas peur de la mort, et encore moins de ses symboles ! Ils se conduisent tout- à -fait comme des charognards. Je me demande ce qu’on leur apprend là bas dans les écoles. » (p.60)

Les vieux n’arrivent plus à concevoir les attitudes des jeunes et leurs manières de s’exprimer. Cette anarchie dans leurs expressions les met dans un état de colère. Ils refusent d’admettre que le monde change, que les cultures s’entremêlent et donnent d’autres modes de vie, de pensée et d’autres formes d’existence.

Les enfants viennent avec leur double identité, leur double culture. Ils sont le résultat d’un choc culturel qui n’arrivent même pas à en saisir les composantes. Les jeunes ici sont dévalorisés, relégués au second plan. En effet, toujours les vieux essayent de se distinguer par leur sagesse et trouvent du plaisir à dévaloriser et à sous-estimer les jeunes.

  1.    Le réquisitoire dans le roman

L’auteur fait un réquisitoire si fort où il accuse, quoique d’une manière indirecte, les riches qui ne donnent de l’importance qu’à leur confort et leur richesse sans se soucier des pauvres et leur misère.

Le vieux est contre ce changement technologique qui met à l’écart la civilisation, les principes et les traditions des villageois : « Adieu la lampe à huile, les bougies ! Adieu le Kanoun ! L’électricité a tout changé.»(p.86)

Dans une argumentation simple, le vieux débute à travailler son réquisitoire implicite : « Les riches ne regardent que les chaînes étrangères : américaines et européennes, turques, égyptiennes… Jamais la télévision nationale, qu’ils trouvent sinistrement pauvre ! Pauvre comme les pauvres qu’ils méprisent ! » (p.86)

Les riches méprisent les pauvres, leurs chaînes et leurs maisons. Ils ne veulent pas ressembler à eux. Ils veulent se distinguer par leurs biens, leurs propriétés et leurs voitures. Les villageois pauvres n’ont pas de place dans le monde des riches.

Les pauvres toujours les mêmes collés à leur terre misérable, à leurs maisons archaïques. Le village est désormais fait par les riches et pour les riches, quoiqu’ils y habitent un mois par an.

  1.    La critique sociale et ses manifestations dans le roman

     Le réquisitoire cache une critique sociale très intéressante, qui se manifeste dans le grand écart qui sépare les pauvres et les riches. Le narrateur et pour une société équilibrée qui donne aux pauvres les moyens de s’enrichir et d’exister à leur tour. Le pénible est que les riches accaparent les moyens de production et dans des clans, ils continuent à s’enrichir en exploitant les pauvres. Les riches ont tout pour vivre et pour profiter pleinement de la vie. Les pauvres eux sont incapables de subvenir à leurs simples besoins, personne ne pense à leur avenir ou à celui de leurs enfants. Toujours dévorés par la misère et le mépris…

Le narrateur évoque également un phénomène social très important, celui de l’émigration vers les villes surtout durant les saisons de sécheresse. Le narrateur est contre l’évacuation des villages. Il en souffre profondément : « Le vieux, qui avait vu cette désolation, se demandait si son propre village allait connaître le même sort » (p.150) Il ne veut pas que les gens abandonnent leurs terres, leurs maisons pour peupler les villes en vivant dans la misère. Il veut que l’Etat prenne en charge ce genre de villages en lui procurant  l’aide nécessaire, afin que les villageois puissent rester dans leurs villages : « …Il faudrait que l’Etat nous vienne en aide, en procédant par exemple, à des forages coûteux. Mais l’Etat est bien loin d’ici. » (p.151) Un Etat qui ne met pas en considération le villageois et son état critique. L’Etat ne met pas dans ses plans ou ses projets une stratégie pour sauver la situation et aider les villageois à dépasser leur crise.

Le vieux trouve que l’émigration aux villes est un véritable danger une bombe qui ne tardera pas à exploser, qu’il ne faut nullement quitter ses terres et ses maisons pour affronter un avenir sombre et bizarre où seuls les malins peuvent réussir : « La ville ? Une future et toujours possible explosion sociale, une bombe à retardement. Un volcan endormi qui peut se réveiller n’importe quand et tout mettre en pièces» (p.152) Le narrateur refuse cette évacuation des villages qui trouve insensée. Il faut selon lui, s’accrocher au travail, à la vie même dans le désert le plus aride.
 

  1.   La visée ou la portée du roman

Mohammed Khaïr-Eddine dans son œuvre : Il était une fois un vieux couple heureux a essayé depuis l’incipit de son roman à mettre en relief la situation des villageois et leurs problèmes. Il voulait que L’Etat commence à penser à cette classe socialesouvent marginalisée, isolée, voire reléguée au second plan.

La situation des femmes qui n’arrivent pas à s’épanouir dans un monde fait par les hommes et pour les hommes. Des femmes qui travaillent la terre, font des enfants et préparent des tajines qui sombrent dans l’anonymat et l’oubli.

Les villageois sont séduits par l’immigration en Europe, par l’argent et la vie facile. Ils ne pensent plus à travailler la terre qui leur semble inféconde et ingrate. Soit ils partent pour l’Etranger en quittant à jamais leur pays pour faire fortune ailleurs. Soitils évacuent les villages pour atterrir  aux grandes villes à la recherche de la vie facile qui peut tourner en drame.

Les immigrés pour le narrateur, sont des ingrats puisqu’ils ne comprennent pas la vie et ses valeurs au sérieux. En Europe, leurs petits sont bouleversés par deux pays opposés. Ici, ils participent à consolider la crise sociale et la pauvreté une fois échoués à réaliser leurs rêves dans les grandes villes marocaines.

Le narrateur veut que l’Etat intervienne pour sauver la civilisation traditionnelle, le village ancien et ses ruines, pour empêcher la mort des terres et des maisons archaïques. Il veut que les villageois puissent à leur tour travailler leurs terres sans avoir peur de la faim. Il cherche à protéger la beauté naturelle, la beauté de cultiver son pain et de pouvoir manger ce que sa main a pu façonner, voire travailler avec soin et avec dignité.

De là, le bonheur dans Il était une fois un vieux couple heureux, n’a pas de place car le titre ne relate nullement le contenu du livre ou la situation du couple, qui souffre le martyre sans enfants, et qui subit le changement d’un monde dont-il est exclu et marginalisé.  

 

http://professeurmaroc.anatoile.com/journal2.php?id_journal=735504&id_menu=3240175

565 votes. Moyenne 2.78 sur 5.

Commentaires (3)

1. ALFAMI 2013-04-17

Merci pour le contenu du site. Jr vous propose aussi de prendre en considération les candidats libres toute option du baccalauréat.
Bon courage

2. chayma 2013-01-21

merci[image][/image] beaucup

3. immane ezzaidi (site web) 2012-12-26

j'aime tous merci pour ce qui fait ce travail

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site