Photobucket
referencement sur bing - référencement de site web gratuit -

MEMOIRE ET CONCENTRATION

 
 
Dynamiser votre cerveau 1
 
Le cerveau est le siège des différentes mémoires. La compréhension du cerveau nous permettra de mieux comprendre le fonctionnement de la. D’un point de vue biologique, notre cerveau a peu évolué depuis l’Âge de pierre. Mais il doit gérer aujourd’hui beaucoup plus d’informations. Depuis 1970, les recherches sur le cerveau ont progressé de manière spectaculaire. Ces progrès ont pu être réalisés grâce à l’invention de nouvelles techniques qui permettent de suivre le fonctionnement du cerveau humain en action, de voir les zones mobilisées dans telle ou telle situation.

Les recherches en neurosciences, ont donné naissance à la neuropsychologie. Cette nouvelle discipline établit désormais la passerelle entre la neurologie, science de la matière vivante, et la psychologie, science de l’esprit. Elle est riche d’applications dans le domaine du travail intellectuel.

D’autre part, les recherches ont abouti à une découverte fondamentale : Le cerveau humain est malléable à vie. Une stimulation régulière du cerveau permet de développer une excellente mémoire et de garder une bonne forme mentale.

Stimuler sa mémoire, ce n’est pas seulement apprendre par cœur des colonnes de chiffres ou passer des heures à résoudre des problèmes épineux. Au départ, il y a d’abord et surtout la prise de conscience :

  • Éviter de stresser et de surcharger le cerveau

La plupart des gens qui souffrent d’une faible mémoire présentent des organes sains et capables de fonctionner correctement. En réalité, leur problème vient surtout du surmenage, du manque de sommeil, d’une mauvaise alimentation, d’une frustration ou d’un sentiment d’épuisement.

  • Etre motivé

L’enthousiasme et l’envie de découvrir permettent d’obtenir de meilleurs résultats.

  • Comprendre le fonctionnement de la mémoire

Pour stimuler la mémoire il faut savoir de quels faits biologiques elle dépend.

Le cerveau dirige tous nos actes, relie les informations qui lui viennent du monde extérieur avec nos souvenirs et se fait ainsi le siège de notre conscience. C’est le cerveau qui est le maître de nos émotions et qui décide si nous allons éprouver de la colère ou de la joie. Il prend part à tout ce qui définit notre personnalité : notre corps, nos souvenirs, nos pensées, nos sentiments, notre manière d’appréhender le monde. C’est lui qui fait ce que nous sommes. La taille et le poids de notre cerveau n’ont par ailleurs pas d’importance.

Le cerveau renferme une centaine de milliards de cellules nerveuses – les neurones – qui sont reliées les unes aux autres. Ces neurones se logent dans des cellules gliales (ou de soutien) et y puisent leur énergie. Les zones de contact entre deux neurones - les synapses- fonctionnent comme des relais électriques et permettent la transmission des signaux. C’est ainsi qu’un véritable réseau nerveux se constitue dans notre cerveau. Ce réseau ne représente que 2 à 3 % de la masse corporelle, mais utilise 20 % de notre énergie.

vigotp11

Le réseau neuronal : à l’intérieur du cerveau, des milliards de cellules nerveuses sont connectées les unes aux autres. Pour ce faire, chaque corps cellulaire possède des prolongements, les axones, qui vont le relier à des cellules partenaires ou à des muscles dont ils vont provoquer le mouvement.

Les biochimistes – qui étudient les substances et les réactions chimiques des organismes vivants – ont réussi à démontrer le rôle joué par certaines substances lorsque s’établissent les contacts entre neurones via les synapses. Parmi ces substances, on compte les neurotransmetteurs ou neuromédiateurs comme l’acétylcholine ou le glutamate et toute une série d’hormones et de protéines. L’un des objectifs de ces recherches est de mettre au point des médicaments grâce auxquels on pourrait soigner les maladies cérébrales graves provoquant de forts troubles de la mémorisation et de l’apprentissage.

Les dernières découvertes vont d’ailleurs dans le sens des principes de la stimulation mémorielle : les neurones qui viennent d’être stimulés sont plus faciles à stimuler pendant plusieurs heures, voire parfois, et en partie, pendant des semaines. Une stimulation répétée entraînerait ainsi une consolidation des liaisons nerveuses correspondantes. En d’autres termes, celui qui s’entraîne régulièrement et active toujours les mêmes liaisons, ancre plus profondément les informations apprises dans sa mémoire.

Le cerveau enregistre les informations suivant un processus complexe et très judicieux. De ce fait les informations ne se perdent pas facilement. Lorsque nous rappelons une information enregistrée dans notre mémoire, un grand nombre de cellules nerveuses sont activées. C’est ainsi que chaque information sauvegardée laisse une trace bioélectrique complexe dans notre cerveau, l’engramme.

Notre faculté d’associer des données préenregistrées et des nouvelles augmente encore considérablement les capacités de notre cerveau.

Grâce à des processus d’imagerie modernes les chercheurs sont parvenus à établir un schéma illustrant le chemin parcouru par les informations perçues via nos sens jusqu’à ce qu’elles parviennent dans notre mémoire, et le chemin de ces mêmes informations lorsqu’elles sont rappelées. Presque toutes les parties du cerveau participent au processus de la mémoire.

 

vigotp14

 

L’illustration ci-dessus montre, de façon très simplifiée, les parties du cerveau qui participent au travail de mémoire :

Le corps reçoit les informations…,

  • Le système sensoriel reçoit les informations de l’environnement par le toucher, l’odorat, le goût, la vue ou l’ouïe.

… les évalue et les trie

  • Ces informations passent par un premier « filtre », le rhinencéphale. Il s’agit d’une partie centrale du cerveau qui joue le rôle de réception et de centre de tri. Plusieurs structures y travaillent en étroite collaboration : il y la thalamus qui joue un rôle dans la conscience, la perception du temps et le système moteur. Sous le thalamus se trouve l’hypothalamus qui joue un rôle déterminant dans des besoins élémentaires comme la faim, la soif, le sommeil, les pulsions sexuelles. L’amygdale est le centre de contrôle des émotions ; elle associe ces dernières aux informations. L’hippocampe se charge d’orienter les informations vers la mémoire à courte ou à moyen terme ainsi que de répartir les nouvelles informations arrivées dans la mémoire dans les régions correspondantes du cortex cérébral.

Puis il les stocke dans le cortex cérébral droit ou gauche…

  • Ensuite, les informations sont stockées, en fonction de leur nature, du côté gauche ou droit du cortex cérébral. Le cerveau stocke dans des ensembles neuronaux déterminés et dans le cervelet les aptitudes que nous avons intériorisées, comme le fait de savoir conduire ou nager.

… et les rappelle pour les transformer en actes

  • Enfin, les contenus mémorisés sont rappelés, associés les uns aux autres, transmis à l’appareil locomoteur et transformés en actes ; selon les dernières découvertes, ces opérations auraient principalement lieu via des structures spécifiques des lobes frontaux et les pôles des lobes temporaux.

MEMOIRE ET CONCENTRATION

 

Selon le professeur Paul D. Mac Lean, le cerveau peut être divisé en trois étages :

 

chevalierp10

 

Le cerveau reptilien

Le cerveau reptilien ou cerveau primitif est le plus ancien. Sa fonction principale est d’assurer la survie de l’individu et de l’espèce. Il commande les besoins de base (soif, faim, sommeil, pulsions sexuelles…) et les réflexes de défense (fuite, agressivité …). Ce cerveau est incapable d’adaptation. Il agit sur un mode unique, stéréotypé.

Exemples : sucer son pouce, se gratter le nez, se ronger les ongles, lever les bras pour se protéger ….

Le cerveau limbique

Le cerveau limbique entoure le cerveau reptilien. Son domaine est celui de l’affectivité. Il se laisse facilement envahir par les émotions, il est alors imperméable à la logique. Lorsque vous êtes vert de peur, rose de plaisir, rouge de colère, vous êtes en prise avec votre système limbique. Son rôle essentiel consiste à filtrer les informations en fonction des sentiments ressentis. Chaque fois qu’une information est reçue par nos sens, elle transite par le cerveau limbique. Celui-ci la compare avec le stock d’informations enregistrées. Si la comparaison lui rappelle des souvenirs agréables, il transmet volontiers l’information au cortex qui se prépare à agir dans les meilleures conditions. Si la comparaison ravive des souvenirs déplaisants, le système limbique se met en position de défense et peut même empêcher le passage. Le cortex ne recevra peut-être jamais  l’information. Si la comparaison ne réveille aucun sentiment particulier, le système limbique laisse passer mais ne mobilise pas spécialement le cortex. C’est le cas pour les situations de la vie quotidienne. Le système limbique a pour but, en sélectionnant les informations, de préserver notre équilibre, tant physique que psychique. En ce sens, il est très utile car il nous protège. Il peut cependant constituer un frein. Tout ce qui est inconnu, étranger, lui est à priori suspect et il a tendance à renouveler les expériences favorables. De ce fait, il fonctionne sur des schémas préétablis. Si ces comportements standards sont nécessaires, ils sont parfois limitant. Quand la réponse conditionnée l’emporte systématiquement sur la réponse raisonnée, l’individu reproduit toujours les mêmes structures : il ne peut guère aller de l’avant, innover.

 

Le cortex

Le cortex ou cerveau supérieur nous distingue des autres mammifères. Grâce à lui, nous pouvons parler, analyser, classer, combiner, synthétiser des informations, résoudre des problèmes, faire preuve de stratégie, de décision, inventer.

Contrairement aux deux cerveaux précédents, le cortex est capable, en présence d’une situation, d’avoir une réponse originale, dégagée des stéréotypes. Il peut agir sur sa propre évolution, corriger les erreurs, s’adapter, progresser.

Conséquences

Pour réussir son apprentissage, il faut :

  • avoir confiance en soi
  • établir un plan d’action
  • entretenir sa motivation

 

avoir confiance en soi

 

maflada5_25

 

Pour apprendre, il faut croire en soi, en ses possibilités. L’impact de l’attitude mentale est immense. Le système limbique ne laisse passer que ce qui lui convient. Il a gardé la trace des situations vécues antérieurement et quand une situation nouvelle se présente, il compare et n’envoie les informations au cortex que si le solde est positif. Ce n’est qu’alors que toutes les fonctions intellectuelles se mettent à l’unisson pour conduire à terme l’opération.

Pour briser les structures néfastes et les remplacer par des structures favorables :

  • relever le défi
  • obtenir un premier succès dans le domaine où nous éprouvons le plus de difficultés,
  • se fixer des objectifs proches et réalistes

établir un plan d’action

 

mafalda5_41

 

Le système limbique a non seulement peur du stress mais de l’inconnu. Il lui déplaît fortement de se retrouver devant une tâche immense sans point de repère. Pour se sécuriser :

  • établir un programme d’apprentissage clair
  • fixer des échéances précises
  • entretenir sa motivation

entretenir sa motivation

L’apprentissage dépend en grande partie de notre motivation initiale. Cette motivation ne peut naître que d’un sentiment de plaisir ou, tout au moins, d’une attente envers ce que l’on étudie. Il n’y a pas de problèmes pour les disciplines que l’on aime. Que faire pour les autres ?

  • placer le cortex aux commandes
  • essayer de mettre en évidence l’intérêt de la discipline
  • dégager les aspects positifs (en quoi est-elle utile dans mon cursus ?)
  • avoir un projet au sens étymologique du terme : « qui est jeté en avant » Ce projet peut être la profession, la réussite aux examens, l’enrichissement personnel.

Par ailleurs, ne pas oublier de s’appuyer sur les progrès réalisés. Il existe une Motivation avec un grand M mais aussi des motivations avec des petits m. Parvenir à un but, même de portée limitée, est un puissant facteur de motivation qui permet de se propulser vers l’étape suivante.

Les nombreuses recherches, notamment celles du professeur R.W. Sperry, en Californie, ont montré les spécificités du cerveau gauche et du cerveau droit.

Le cerveau gauche

Le cerveau gauche, ou hémisphère gauche, est le domaine du langage et de la parole. Il est le domaine de l’analyse. Ce cerveau examine les informations séquence après séquence. Le temps est une composante importante pour lui. Il est le domaine de la logique et du raisonnement. Il s’appuie sur les faits qu’il a analysés pour en tirer des conclusions : il déduit. Par la suite, le cerveau gauche est à l’aise dans les disciplines scientifiques à dominante langagière et rationnelle (mathématiques, physique, etc.).

Le cerveau droit

Le cerveau droit, ou hémisphère droit, est le domaine des images et de l’espace, de l’intuition créatrice, de l’imagination, de l’émotion et de la synthèse. Le cerveau droit combine les éléments pour créer un ensemble. Sa perception est globale, il voit les ressemblances, les relations, les associations et construit des structures. Il est plutôt analogique et traite plusieurs informations en même temps. Par la suite, le cerveau droit préfère les disciplines littéraires et artistiques.

 

     
CERVEAU GAUCHE

auditif
analytique
rationnel
logique
linéaire
temporel
séquentiel
sensible aux différences
 
CERVEAU DROIT

visuel
synthétique
intuitif
analogique
global
spatial
simultané
sensible aux ressemblances
     

 

Ces deux cerveaux sont en interaction constante. Même si chaque individu a un hémisphère qui prédomine, dans toute action réussie, les deux cerveaux ont besoin de collaborer. L’un et l’autre sont indispensables pour penser efficacement. Pour que les deux hémisphères jouent pleinement leur rôle, il faut les solliciter. Les voies neuronales se créent par des pratiques répétées. Les voies les plus parcourues se consolident, les autres tendent à disparaître.

Conséquences

Pour apprendre efficacement, de manière analytique et synthétique, il faut :

  • partir de sa préférence cérébrale
  • utiliser aussi l’autre mode pour activer le cerveau total
  • partir de sa préférence cérébrale

 

Des tests permettent de connaître son mode de pensée préférentiel : gauche ou droit. Il est important de connaître sa capacité dominante pour y recourir en priorité chaque fois qu’une nouvelle notion est abordée, en particulier si cette notion paraît complexe.

Une personne qui fonctionne sur le mode gauche :

  • a besoin de mots pour comprendre et pour mémoriser
  • a besoin d’évoquer auditivement et de redire mentalement pour ancrer et se rappeler les informations
  • a besoin, pour tenter de résoudre un problème ou de comprendre un théorème, de commencer par décrire la figure géométrique et par la commenter

Une personne qui fonctionne sur le mode droit :

  • a besoin de se représenter visuellement les informations pour comprendre et pour mémoriser
  • a besoin de dessins, de schémas, de croquis, de cartes
  • accorde de l’importance à la disposition matérielle d’un texte, à la typographie, aux couleurs
  • a besoin de traduire les informations sous une forme gérable visuellement

utiliser aussi l’autre mode pour activer le cerveau total

 

Même si le cerveau fonctionne selon un mode préférentiel, il faut solliciter l’autre hémisphère. Utiliser le double cerveau permet une meilleure compréhension, une meilleure mémorisation, autrement dit : permet d’exploiter pleinement son potentiel intellectuel en découvrant de nouvelles stratégies et de nouvelles ressources.

Exemples pratiques pour activer le cerveau total

étude d’un cours

 

redire et revoir mentalement

étude d’un graphique

l’observer puis le faire parler : le commenter, le résumer

étude d’un texte

après la lecture, le traduire par un schéma, le visualiser

découverte d’un nouveau mot

fermer les yeux, le revoir, l’épeler, le prononcer

dans la vie quotidienne

une personne organisée et planifiée doit parfois agir intuitivement ; une personne inventive et créative doit parfois établir un plan de travail, mettre de l’ordre dans ses papiers, écrire au lieu de téléphoner

LA MEMOIRE

Celui qui a une bonne mémoire doit être capable d’enregistrer des informations consciemment et avec rapidité, puis, plus tard, de les retrouver et de se les rappeler sans le moindre problème.

Les psychologues distinguent dans la formation de la mémoire trois phases sur lesquelles on peut travailler individuellement. Un entraînement régulier et mesuré permet d’améliorer le fonctionnement de la mémoire.

  • Traduction ou encodage : les stimuli perçus via les organes des sens sont traduits dans une langue que le cerveau comprend. Cela sous-entend, évidemment, que plus ces organes sont sensibles, précis et utilisés de manière ciblée, mieux c’est. Il faut savoir prêter attention au moindre détail.
    • Exercices de concentration et de rapidité
  • Enregistrement ou stockage : les informations traduites sont stockées dans la mémoire. Pour être enregistrées de manière durable, les données doivent cependant être solidement fixées.
    • Techniques mettant en jeu l’imagination ou fonctionnant par associations
  • Rappel : une mémoire ne fonctionne à la perfection que si l’on peut retrouver les informations enregistrées à n’importe quel moment. Cette phase dépend des deux précédentes, en particulier de la pertinence du stockage qui facilite la récupération.
    • Fabrication d’indices, de « clés », d’étiquettes
 

IL N'EXISTE PAS UNE MAIS DES MEMOIRES

Chaque mémoire fonctionne selon un mode différent

Les mémoires temporelles

Mémoire sensorielle

  • Mémoire immédiate ou de perception
  • Elle garde les impressions perçues par les sens pendant une seconde au maximum.
  • C’est la durée pendant laquelle nos organes sensoriels peuvent enregistrer seuls, des informations, sans l’aide du cerveau.

Mémoire à court terme

  • Mémoire de travail ou mémoire vive
  • Cette mémoire travaille sur un laps de temps allant jusqu’à 25 secondes maximum.
  • Elle ne peut gérer que 7 (+ou-2) unités d’information en une seule fois.

Mémoire à moyen terme

  • capable de garder les informations pendant plusieurs jours, le temps de permettre les informations de passer de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme.

Mémoire à long terme

  • Elle possède une capacité de mémorisation infinie.
  • Outre les événements, cette mémoire garde aussi les pensées créatives, les réflexions et jugements.
  • Elle sert à maintenir l’information permanente.
  • Elle requiert un enregistrement conscient des informations.
  • C’est souvent cette forme de mémoire qui est sollicitée dans le processus d’apprentissage.
  • Sans elle  apprendre serait imposssible.

Les mémoires fonctionnelles

Mémoire procédurale

  • Mémoire des aptitudes acquises
  • Elle est liée à l’apprentissage et permet l’acquisition d’aptitudes et d’habiletés motrices ainsi que l’acquisition de facultés cognitives (apprendre à calculer, à taper sur un clavier…)
  • Elle n’est pas nécessairement volontaire ou consciente.

Mémoire déclarative

  • Mémoire des faits et événements
  • Elle se divise en deux :
    • Mémoire sémantique : mémoire qui enregistre les faits généraux, comparable à une encyclopédie contenant les informations générales concernant le monde.
    • Mémoire épisodique ou autobiographique : mémoire qui enregistre les événements de la vie personnelle

Les mémoires sensorielles

Mémoire visuelle

Mémoire photographique. Elle utilise le langage des images mentales pour transcrire en interne l’objet du souvenir.

Mémoire auditive

Elle s’appuie sur le rythme, la rime, la « mélodie » du langage pour codifier les informations reçues.

Mémoire olfactive

Les odeurs sont des « malles aux trésors » pleines de souvenirs et leur évocation permet de les rappeler parfois même involontairement. L’association est d’une aide précieuse dans ce processus.

Mémoire gustative

C’est une mémoire très évolutive avec l’âge et le temps puisque les perceptions gustatives varient avec la vie.

Mémoire tactile

mémoire de la matière et des sensations que procure le toucher.

Mémoire kinesthésique ou motrice

Lorsque, pour se souvenir, on a besoin de reproduire un mouvement de gymnastique ou de conduite d’un véhicule.

Les freins et troubles de la mémoire

Les freins d’origine fonctionnelle

Le défaut de perception

Tout problème de vision, d’audition et des autres sens freine le contact à l’environnement et donc la

captation des informations.

Le défaut de compréhension

Les premières étapes du processus de mémorisation ont été insuffisamment approfondies et les

informations non élaborées ou mal interprétées.

Le défaut d’attention

Fragilité générale, distraction, soucis psychologiques, médicaments, drogues, préoccupations positives (état amoureux) ou négatives (échec à un examen) entraînent une baisse de l’attention et donc des capacités d’apprentissage. La distraction est une illustration concrète des effets du manque d’attention : on croit entendre ou voir quelque chose, et en fait la réalité a été transformée. Les interférences portent à confusion.

La prise de drogue ou d’alcool

Des expériences ont montré que l’alcool atteint l’hippocampe, ce qui est néfaste pour la mémoire puisque l’hippocampe est la voie centrale. Les effets de produits stupéfiants ralentissent, voire annihilent les capacités mentales, au-delà du manque de concentration.

Les freins d’origine psychoaffective

Le manque de confiance en soi

La vision que nous avons de nous-même et du monde détermine la ligne de conduite que nous allons adopter. En termes de mémorisation, si les défaillances sont récurrentes, inexpliquées et si la dévalorisation prime, la croyance que « nous n’y arriverons pas » va se renforcer. L’une des conséquences sera le blocage de tout effort de mémorisation.

Les émotions envahissantes

Qu’elles soient stimulantes ou bloquantes, les émotions envahissantes nous font perdre toute capacité de penser. Or, pour activer sa mémoire, il faut pouvoir penser. Elles peuvent entraîner le « trou de mémoire ».

Il existe aussi les troubles organiques et cliniques comme par exemple l’amnésie.

L'oubli

Edouard Herriot disait : « La culture est ce qui nous reste quand on a tout oublié. »

 

L’oubli fait partie intégrante du processus de mémorisation. Il permet de trier les informations prioritaires à mémoriser pour éviter les interférences au cerveau. Il permet également de rester concentré sur une tâche que l’on est en train de faire. Il trouve donc toute son utilité.

L’oubli est aussi varié et complexe que la mémoire. Plus le temps, entre l’acquisition des informations, la fixation et la réutilisation est long, plus on oublie.

Il y a plus de cent ans, le psychologue allemand Hermann Ebbinghaus (1850-1909) avait déjà découvert qu’à peine une heure après avoir appris des choses nouvelles, on en avait déjà oublié environ 60 %. Après une journée, cette proportion passe à environ 80 % et après 30 jours à 90 %. Depuis, de nombreuses études ont confirmé ces résultats.

Les activités de réactivation, intervenant à des moments convenablement programmés, peuvent maintenir la mémorisation à un niveau élevé :

  • 1ère réactivation après 10 min.
  • 2ème réactivation avant la fin du 1er jour
  • 3ème réactivation au cours de la 1ère semaine
  • 4ème réactivation dans le 1er mois
  • 5ème réactivation au cours des 6 mois
  • réactivation supplémentaire si nécessaire
  • sans réactivation = perte d’information
  • avec réactivation = récupération de l’information

(Source : T. Buzan, une tête bien faite, Ed. d’Organisation, Pages 64 et 65)

Lorsque l’information est passée dans le cerveau mais n’a pas été gravée définitivement, l’étape de stockage n’a pas été menée à son terme et la trace mnésique est incomplète ou inexistante. On parle dans ce cas « d’absence de mise en mémoire ».

Lorsque l’information est stockée dans le cerveau mais n’est pas retrouvée, c’est l’étape de la remémoration qui est défaillante. Pour pallier à ce manque l’on met en place des « plans de récupération » avec des indices de rappel tels que des mots-clés, des photos.

L’oubli peut être volontaire ou involontaire, comme l’état de la mémoire. Comme la mémoire, l’oubli est sélectif et nous ne comprenons pas toujours ses mécanismes. Mais nous pouvons comprendre nos oublis, les interpréter, les diminuer ou s’en servir de levier pour développer un aspect ou un autre de notre mémoire. Sous notre contrôle, l’oubli permet une meilleure gestion de la mémoire.

 

« Conserver une bonne mémoire, c’est ralentir l’usure par une écologie du cerveau. »

La mémorisation

Les conditions de réussite de la mémorisation

Au-delà de l’acquisition d’une méthode pour entretenir et développer sa mémoire, il est utile de vérifier que les conditions sont réunies pour mémoriser. La mémorisation volontaire, celle qui peut être contrôlée et décidée, demande une disponibilité personnelle.

 

delsarte67

 

Le processus de mémorisation

La mise en place d’un processus de mémorisation engage la mémoire volontaire. Il faut passer d’une perception spontanée à un acte volontaire. La mémorisation volontaire suit un cheminement logique en trois étapes

  1. recevoir
  2. conserver – retenir
  3. réutiliser

recevoir

Objectif

accueillir et recevoir

Lorsqu’une information nous parvient, le premier effort à fournir pour la retenir est de l’identifier. Il faut la reconnaître, la comprendre et l’évaluer. La qualité de la réception conditionne la qualité de la mémorisation.

Moyens pour bien recevoir

  • poser des questions
  • répéter ou faire répéter
  • comprendre
  • rechercher la signification
  • éveiller tous les sens …

Conserver - retenir

Objectif

enregistrer, fixer et s’approprier

La rétention de l’information demande l’enregistrement et le stockage dans un endroit où on peut la réutiliser au moment opportun. L’enregistrement passe par une perception sans faille et par une organisation minutieuse. Cela implique de classer les informations, de les trier et d’éliminer ce qui n’a pas de rapport direct avec ce dont on veut se souvenir. Il convient de rattacher les informations à un contexte précis pour faciliter la mémorisation. Il est important de multiplier les canaux de mémorisation pour multiplier les points d’accrochage.

Moyens pour bien retenir

  • faire des corrélations
  • faire des comparaisons avec des informations déjà stockées
  • rattacher à un contexte

Réutiliser

Objectif

restituer, réactiver

C’est une étape très dépendante des précédentes. A quoi sert de mémoriser si on ne réutilise pas l’information soigneusement enregistrée ? Plus le temps est long entre la réception de l’information et la restitution, plus le rappel est difficile, voire impossible. Pour retrouver les informations on peut soit les reconnaître, soit les rappeler en trouvant des stimuli qui vont ramener les souvenirs au moment présent. L’accès aux informations est facilité par des « clés », des repères mis en place lors de la rétention qui vont déclencher le rappel.

Moyens

  • association
  • visualisation
  • mnémotechnie

Il faut rajouter aux trois étapes ci-dessus une quatrième étape indispensable : le renforcement.  Il s’agit de contrôler sa mémoire régulièrement, de la réviser et de l’entraîner pour rester réactive dans la durée.

Moyens : répéter, vérifier les informations enregistrées, faire des rappels successifs

Les stratégies de mémorisation

Pour retenir des informations il existe plusieurs stratégies, basées sur l’utilisation de l’ensemble de ses mémoires et sur les principes de mémorisation.

  • l’utilisation de l’espace
  • la conceptualisation
  • le lien affectif
  • l’utilisaion des sonorités
  • le renforcement

 

 

L’utilisation de l’espace

Dans une liste d’éléments à mémoriser, présentée sous forme visuelle, il s’agit de prendre en compte le positionnement de chaque élément dans l’espace. Leur localisation les uns par rapport aux autres sert de repérage pour les enregistrer. Les informations sont reliées entre elles visuellement pour mieux les mémoriser.

La conceptualisation

Il s’agit de rechercher le sens et la signification des éléments à mémoriser. Cela consiste à évoquer l’information par des mots qui nous sont propres, à enchaîner les mots selon une logique personnelle, à regrouper des chiffres pour former une année correspondant à une événement marquant. Cette stratégie fait utiliser le langage verbal (la sémantique), et la logique dans un contexte proche de sa personnalité, de sa sensibilité. Cette stratégie utilise aussi les méthodes de classement (chronologique, croissant, décroissant, alphabétique…) et les associations de plusieurs éléments (jeux de mots, suites logiques, rimes …) pour donner une signification aux éléments à retenir.

Le lien affectif

La part de l’affectif est très important dans la mémorisation. Cette stratégie utilise les émotions pour associer les éléments à des événements qui nous sont propres. Par exemple, former des dates d’événements importants, procéder par analogie pour comparer un élément à retenir avec une expérience vécue.

L’utilisation de sonorités

Dans ce cas on utilise la mémoire auditive en assemblant les éléments à mémoriser pour obtenir une sonorité agréable, plus facile à retenir.

Le renforcement

Un excellent moyen d’enregistrer les informations consiste à répéter plusieurs fois les éléments à mémoriser, dans l’ordre que l’on choisit spontanément ou en utilisant d’autres stratégies. La meilleure méthode est de s’approprier les outils qui correspondent le mieux à sa propre personnalité, ses goûts et ses affinités. En s’entraînant régulièrement et de manière systématique, les stratégies deviennent une aide naturelle.

Les techniques et outils de la mémorisation

La mnémotechnie

  • L’initiale, la première syllabe
  • La chaîne
  • Les noms et visages
  • La méthode des « loci »
  • Les classeurs à chiffres
    • Le classeur chiffre-lettre
    • Le classeur à sonorités
    • Le classeur visuel

L’imagerie mentale

  • L’image mentale pour évoquer des impressions du passé
  • L’image mentale pour créer des représentations nouvelles

L’association

  • L’association par comparaison
  • L’association différentielle
  • L’association par catégorie

L’éveil des sens

La créativité

  • Le questionnement créatif
  • La prise de conscience émotionnelle
  • L’analogie
  • L’imagination

 

 http://www.eduvs.ch/

 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site