Photobucket
referencement sur bing - référencement de site web gratuit -

Du théâtre classique à Antigone


Les auteurs dramatiques au début du XXe siècle ont choisi de se replonger dans les mythes antiques, en saisissant toute leur actualité. Jean Giraudoux (La Guerre de Troie n’aura pas lieu, Amphitryon 38…), Jean-Paul Sartre (Les Mouches) et Jean Anouilh (OEdipe ou le roi boiteux, Antigone) notamment ont illustré ce courant.
B. La pièce de théâtre :
C’est une suite de dialogues, sans narrateur.
Ce texte est fait pour être joué, vu et entendu. Il faut donc être attentif à toutes les indications dans le texte: -registres de langue, répartition de la parole, types de phrases- permettant de comprendre les intentions et sentiments des personnages ou les didascalies permettant de mieux comprendre certains points comme le lieu, le temps, le ton.
C. les règles classiques :
1) La règle des trois unités : il faut que l’intrigue d’une pièce se passe dans un seul lieu (unité de lieu), en une seule journée (unité de temps), autour d’une seule action principale (unité d’action).
2) La règle de bienséance : il ne faut pas montrer sur scène de mort sanglante, de violence, de contacts physiques…
D. Composition du texte :
Il faut distinguer le texte dit par les comédiens: les répliques, et les indications scéniques : les didascalies.
Si une réplique est longue, c’est une “tirade”. Si le personnage parle seul en scène (ou se croit seul), c’est un “monologue”. Une réplique dite à part (sans que l’interlocuteur ne l’entende) est un “aparté”.
Les didascalies renseignent sur le décor, les mouvements, le ton à prendre... Elles permettent de faciliter la mise en scène.
E. L’énonciation :
Il faut être attentif au repérage du/des destinataires d’une réplique. La réplique s’adresse généralement à un autre personnage (attention à l’implicite par lequel un personnage peut passer un message sous-entendu). Mais elle s’adresse aussi au spectateur et doit produire un effet sur lui.
L’action avance par le dialogue au théâtre. L’ensemble du texte est globalement argumentatif.
F. Étude du paratexte :
1) Date de création: le 4 février 1944 les autorités allemandes sont favorables à l’activité théâtrale pour que la vie semble continuer normalement. De plus, les autorités françaises souhaitaient voir jouer les oeuvres classiques. Les Parisiens allaient souvent au théâtre car le lieu était chauffé et c’était le moyen d’oublier la dure réalité quotidienne.
2) Liste des personnages : aucune indication sur les liens entre les personnages ou sur leurs fonctions.
3) Découpage : ni scènes ni actes (propre au XX ème siècle) car il ya un resserrement de l’action

Mohammed Bouchriha. Lycée Ibn Sina. Marrakech. E-mail : bouchrihamed@gmail.com Page 2
Consultez le site : http://sites.google.com/site/francaislycee/
G. Définition du prologue:
La partie avant la pièce proprement dite où un acteur s’adresse directement au public pour annoncer quelques thèmes majeurs ainsi que le début du jeu en donnant les précisions nécessaires à leur bonne compréhension.
H. Liens entre les personnages :
Mariés
Enfants
Mariés
Enfant
Frère et soeur
Fiancés
OEdipe Jocaste
Étéocle/Polynice
Ismène/Antigone
Créon Eurydice
Hémon
Créon -Jocaste
Antigone Hémon
Étéocle/Polynice
Ismène/Antigone
I. Anachronisme :
Décalage chronologique qui consiste à situer à une époque ce qui appartient à une autre. Ex : page, belles reliures, livres, ouvrier, cartes, carte postale…
J. Définition d’un mythe :
Récit transmis d’âge en âge qui peut traduire des croyances, des aspirations, des angoisses. Il met en scène des êtres humains illustres représentant symboliquement des aspects de la condition humaine.
K. Rappel sur OEdipe :
Laïos, roi de Thèbes et mari de Jocaste, est averti par un oracle qu’il sera tué par son fils. Il abandonne donc son fils OEdipe qui est élevé par un berger puis recueilli par le roi de Corinthe. A son tour, OEdipe est averti par un oracle qu’il tuera son père et épousera sa mère s’il retourne dans son pays. Comme il ne connaît d’autre patrie que Corinthe, il s’exile pour échapper à la prédiction et rencontre sur son chemin Laïos qu’il tue à la suite d’une querelle. A cette époque, le Sphinx dévore tout passant qui ne devine pas ses énigmes. Créon, successeur et beau-frère de Laïos, a promis le trône de Thèbes et la main de sa soeur Jocaste, veuve, à celui qui délivrera le pays de ce monstre. OEdipe trouve l’énigme du Sphinx (définition de l’homme) et devient roi de Thèbes. Un oracle lui révèle qu’il a tué son père et épousé sa mère sans le savoir, il s’arrache les yeux et part de Thèbes avec sa fille Antigone tandis que Jocaste se pend.

2 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site