Photobucket
referencement sur bing - référencement de site web gratuit -

La communication: définition, types et fonctions

La communication

Définition de la communication


Etymologie : du latin communicare, mettre en commun, faire part de, partage, dérivé de communis, commun.

La communication est l'action de communiquer, de transmettre des informations ou des connaissances à quelqu'un ou, s'il y a échange, de les mettre en commun (ex : le dialogue).

Le mot communication désigne aussi le contenu de ce qui est communiqué (ex : avoir une communication urgente à faire) ou le fait d'être en relation avec quelqu'un (ex : couper une communication).

En sociologie et en linguistique, la communication est l'ensemble des phénomènes qui peuvent intervenir lorsqu'un individu transmet une information à un ou plusieurs autres individus à l'aide du langage articulé ou d'autres codes (ton de la voix, gestuelle, regard, respiration...).


La science de la communication a pour objet de conceptualiser et de rationaliser les processus d'échange, de transmission d'information entre deux entités (individus, groupes d'individus ou machines).

La chaîne de communication est constituée :

  • de l'émetteur (ou expéditeur),
  • du récepteur (ou destinataire),
  • du message qui est transmis de l'un à l'autre,
  • du code qui sert à transmettre le message (ex : la langue)
  • le canal de transmission (ex: de vive voix, téléphone...),
  • le contexte.

La même entité peut être alternativement émetteur ou récepteur.

la communication verbale et non verbale

Il existe deux types de communication dans des relations interpersonnelles. Nous avons, d'une part, la communication verbale, et d'autre part la communication non verbale ou la gestuelle. Bien que la principale différence soit que l'une soit auditive et l'autre non, il existe d'autre clés importante ppour bien comprendre la différence entre la différence entre la communication verbale et non verbale

 
1-La communication verbale est peut-être la première que nous apprenons à contrôler ; car avant d'apprendre les mots et à former des phrases, les humains commencent à communiquer par des sons, tels que des cris, des pleurs, des rires ou des grognements. C'est quelque chose de presque inné qui se modifiera progressivement et en s'adaptant grâce aux enseignements que nous recevrons à l'école maternelle et primaire.
2-La communication non verbale est complètement liée au langage corporel des personnes; souvent, notre corps communique avec les autres de façon involontaire, par certains gestes ou des positions qui sont difficiles à contrôler.

Selon les études, presque soixante-dix pour cent de ce que nous communiquons est fait par le langage non verbal. À travers des regards, des expressions et des gestes. C'est pourquoi, il est très important d'en tenir compte.

Notre langage corporel peut soutenir notre langage verbal ou au contraire le contredire, il est donc très intéressant d'avoir des connaissances sur ce sujet. Nous saurons ainsi identifier les gestes les plus typiques lorsque quelqu'un ment, lorsque quelqu'un se sent attiré, etc. Vous pouvez lire notre article Comment interpréter le langage corporel.

Quels signes peuvent être considérés comme du langage non verbal ? Il y en a énormément: le ton de la voix, la couleur de notre visage, la position des mains, des bras ou du tronc et même la direction vers laquelle nous regardons lorsque nous racontons quelque chose.

Tout est susceptible d'être étudié, et même si cela semble complexe, ces signes peuvent être contrôlés. Ainsi, nous pouvons essayer d'adapter notre langage corporel pour nous montrer plus sûrs de nous-mêmes lors d'un entretien d'embauche, par exemple.

Schéma de Jakobson et fonctions de la communication

Résultat de recherche d'images pour "le schéma de la communication"

 

Schéma de la communication verbale, d'après Jakobson1. À chacun des six facteurs inaliénables de la communication correspond une des six fonctions du langage (entre parenthèses).

Les six fonctions de la communication telles que les identifie Roman Jakobson sont chacune liées à un de ces éléments.

La fonction expressive

Il s'agit de la fonction relative à l'émetteur. Elle est utilisée par le destinateur pour informer le récepteur sur sa propre personnalité ou ses propres pensées : pour Jakobson, « elle vise à une expression directe de l'attitude du sujet à l'égard de ce dont il parle. Elle tend à donner l'impression d'une certaine émotion, vraie ou feinte ; c'est pourquoi la dénomination de fonction "émotive", proposée par Marty4 s'est révélée préférable à "fonction émotionnelle"5. La couche purement émotive, dans la langue, est présentée par les interjections »1.

Jakobson donne pour exemple d'utilisation de la fonction expressive la répétition, quarante fois, de Segodnja večerom (« ce soir », en russe) par un acteur qui passait son audition chez Stanislavski. Chaque fois cet acteur devait varier l'intonation de ce soir selon une situation bien précise, imposée par Stanislavski ; pour que l'audition soit réussie, il fallait que l'auditoire reconnaisse chacune de ces situations « à partir des changements dans la configuration phonique de ces deux simples mots ».

Dans un contexte informatique, la fonction expressive pourrait être remplie par des méta-informations ou métadonnées exprimant l'état psychologique de l'agent émetteur.

La fonction conative

C'est la fonction relative au destinataire. Elle est utilisée par l'émetteur pour que le récepteur agisse sur lui-même et s'influence. C'est évidemment une fonction privilégiée par la publicité.

Cette fonction trouve son expression grammaticale la plus pure dans le vocatif et l'impératif.

Cet aspect est lié à une autre approche, la théorie des actes de langage. Des formes grammaticales comme le vocatif ou l'impératif permettent l'instanciation de cette fonction, de la même manière que les verbes dits performatifs comme « demander », « affirmer », « proposer »...

La fonction phatique

La fonction phatique (fonction de mise en phase) est utilisée pour établir, maintenir ou interrompre le contact physique et psychologique avec le récepteur. Elle permet aussi de vérifier le passage physique du message.

Il s'agit de rendre la communication effective avant la transmission d'information utile et d'en confirmer la bonne réception. Ce sont les fonctions que remplissent par exemple le « Allô » d'une communication téléphonique, le "entendu" qui clôt un échange, ou les hochements de tête de l'interlocuteur attentif.

La fonction métalinguistique

C'est la fonction relative au code, le dictionnaire, le mode d'emploi. Avant d'échanger des informations il peut être important que l'échange porte d'abord sur le codage utilisé pour le message. Ainsi les partenaires vérifient qu'ils utilisent un même code. Cette fonction consiste donc à utiliser un langage pour expliquer ce même langage ou un autre langage. On l'appelle parfois « traduction ».

Exemples : « 日本語, c'est du japonais », « le verbe manger est un verbe du premier groupe », « quand il a parlé de Marie, c'est bien entendu de Marie Dupont qu'il voulait parler, et non de Marie Durand ».

La fonction référentielle

Cette fonction du message est centrée sur le monde (un objet ou un évènement extérieur) : le contexte ou référent2.

Le référent d'une communication peut être par exemple la table qui se trouve dans l’environnement des interlocuteurs (dans le même « contexte »), ou alors une culture, un pays.

C'est une fonction extrêmement utilisée puisque la plupart des discussions et des textes dans le monde contiennent une information.

Cette fonction décrit une réalité objective.

La fonction référentielle oriente la communication vers ce dont l'émetteur parle, vers le sujet sur lequel on informe, vers des faits objectifs, à savoir les référents (personnes, objets, phénomènes, etc.,) sans lesquels il n'y aurait pas de communication possible.

Cette fonction englobe les informations objectives que véhicule le message. Par exemple, l'énoncé de faits qui se produisent quelque part.

La fonction poétique

Pour Jakobson1, « la visée (Einstellung) du message en tant que tel, l'accent mis sur le message pour son propre compte, est ce qui caractérise la fonction poétique du langage. Cette fonction ne peut être étudiée avec profit si on perd de vue les problèmes généraux du langage [...]. La fonction poétique n'est pas la seule fonction de l'art du langage, elle en est seulement la fonction dominante, déterminante, cependant que dans les autres activités verbales elle ne joue qu'un rôle subsidiaire, accessoire. »

Il s'agit donc de mettre en évidence tout ce qui constitue la matérialité propre des signes, et du code. Cette fonction permet de faire du message un objet esthétique, même de façon minimale. Les efforts liés à l'euphonie et à l'ordre des mots concernent la fonction poétique. Le niveau de langue, le ton, la hauteur de la voix construisent aussi la fonction poétique d'un message oral.

 

 

 

http://www.toupie.org/Dictionnaire/Communication.htm

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sch%C3%A9ma_de_Jakobson

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site