Photobucket
referencement sur bing - référencement de site web gratuit -

La littérature maghrébine d'expression française

Il s'agit d'une littérature née au Maghreb mais exprimée en Français. C'est une littérature d'« écriture », de "langue" ou de « graphie » française mais d'expression nord-africaine ou maghrébine.

LA LITTÉRATURE MAGHRÉBINE DE LANGUE FRANÇAISE
 
On a coutume de considérer que le premier texte littéraire maghrébin de langue françaiseimportant est de peu antérieur aux débuts de la Guerre d'Algérie, qui a plus ou moins marquéaussi la plupart des lecteurs qui se tournent vers cette littérature. Ce texte est
 Le Fils du Pauvre
(1950) de Mouloud Feraoun, autobiographie au déguisement volontairement transparent d'uninstituteur issu de la paysannerie kabyle pauvre, et "civilisé" en quelque sorte par l'Ecolefrançaise dont il deviendra un des plus fervents défenseurs. Mais il y eut bien d'autres écrivains maghrébins de langue française avant Mouloud Feraoun, à commencer par Jean Amrouche qu'onredécouvre depuis peu. De plus doit-on, ou non, associer aux écrivains maghrébins des écrivains français du Maghreb, dont le plus prestigieux est Albert Camus? Ou Jean Pélégri? ou Emmanuel Roblès? Allons plus loin: le plus grand écrivain tunisien, Albert Memmi, n'a-t-il pas parfois étérenié comme écrivain maghrébin par ses pairs, à cause de ses engagements sionistes? Enfin, quelsera le "statut" des jeunes écrivains issus depuis 1980 de ce qu'on appelle faute de mieux la"deuxième génération de l'émigration", ou "de l'immigration"? La plupart d'entre eux sont nés enFrance où ils ont toujours vécu, mais la Société française effrayée les renvoie souvent à l'identitéde leurs parents, du pays desquels ils sont fréquemment ignorants et ignorés, mais dont ilscultivent une image mythique à la fois dépréciative et valorisante. Autant dire que la définitiond'une littérature, comme celle de l'identité dont elle est censée être l'emblème, est problématique.L'idéologie n'est jamais absente de ces définitions, mais en même temps elle y montre sonin capacité à saisir un objet nécessairement fuyant, parce qu'inscrit dans une historicité très complexe et dont les forces en compétition, toujours actives, n'autorisent pas encore l'élaborationd'une définition "objective".
 
 Influences coloniales: retombées identitaires et linguistiques.

La littérature marocaine d'expression française est une conséquence de la colonisation du Maroc par la France (1912-1956). N'ayant pas de précédent, la fiction du roman marocain d'expression française s'est basée sur la réalité sociale et culturelle du pays tout en restant conforme aux règles classiques du roman français du 19e siècle, notamment en ce qui concerne la progression chronologique des événements et la mise en valeur de l'expérience personnelle de l'auteur.
Les précurseurs du roman marocain d'expression française, comme Séfrioui dans La Boîte à Merveilles, ont utilisé la langue française comme moyen d'expression seulement, pour raconter une histoire bâtie, en fait, sur l'usage de la narration de contes et d'anecdotes, éléments importants dans une culture (marocaine en l'occurrence) de tradition orale.
En 1954, Driss Chraïbi a également bâti la fiction autobiographique de son roman sur la réalité socio-culturelle de son pays mais il est plus virulent dans son ouvrage intitulé Le Passé Simple, un roman qui a défrayé la chronique de l'époque car il y montre les failles d'une société marocaine aux traditions figées.
Après l'indépendance, le nombre d'écrivains marocains d'expression française augmente. Ces derniers se distinguent à travers leurs écrits par la même problématique : ils se trouvent confrontés à un problème d'identité et de bi-culturalisme. Nous remarquons à travers leurs textes une dichotomie entre langue arabe /langue française, maghreb/ occident, tradition / modernité, d'ou leur tentative de s'éloigner à la fois de l'oralité, héritage national, mais aussi des traditions d'écriture française. Le roman marocain s'en ressent en se livrant alors à une écriture qui se veut sciemment fragmentée. Dans Harrouda ou dans Moha le Fou, Moha le Sage de Tahar Ben Jelloun par exemple, le lecteur est confronté à une écriture complexe et compliquée car elle ne suit pas le schéma du roman traditionnel, prête ainsi à dérouter le lecteur. Dans La Mémoire tatouée d'Abdelkrim Khatibi, se dégagent des thèmes comme la question de la culture populaire, le problème d'identité, le tout fait à travers une écriture morcelée et déstructurée. Il n'y a plus de récit à proprement dire mais seulement une écriture fragmentée.
Aujourd'hui, l'antagonisme langue arabe / langue française pour réfléchir et écrire, les conflits identitaires et la crainte de la dépossession de soi ne sont plus des thèmes à l'air du temps. Il y a une tendance vers une écriture plus réaliste et linéaire de nouveau. Et la «première» génération d'écrivains marocains d'expression française se trouve enrichie par l'apparition de nouveaux jeunes écrivains comme par exemple, Youssouf Amine El Alami avec Un Marocain à Nous-York ou Fouad Laroui avec Les Dents du Topographe.

 
Phases de la littérature maghrébine

Les fondateurs de cette littérature ont conduit une réflexion critique sur leurs sociétés doublée d'une prise de conscience identitaire (Driss Chraïbi, Mouloud Feraoun, Mouloud Mammeri (1920-1959), Mohamed Dib, Ahmed Sefrioui, Kateb Yacine (1929-1989).


La génération des années 1970 qui s'est penchée sur les mêmes thèmes que son aînée propose cependant une écriture plus violente. On peut citer pour illustrer cette deuxième vague d'auteurs maghrébins : Rachid Boudejra, Abdelkbir khatibi, Nabil Farés, Mohamed Khaïr-Eddine, Abdelatif Laâbi, Tahar Benjelloun, tous nés dans les années trente et quarante du xxe siècle.


La troisième génération d'auteurs maghrébins d'expression française est plus engagée dans la réalité politique et sociale actuelle. Elle pose un regard lucide sur la complexité des réalités maghrébines dans leurs relations multiformes et mouvementées avec le monde extérieur y compris avec la France et la langue française. Cette troisième génération d'écrivains maghrébins se penche – entre autres – sur la place de l'individu dans la société. Les personnages réclament une autonomie ; le phénomène doit être associé à l'émergence de l'individu d'une société civile. Les écrivains les plus en vue de cette nouvelle génération sont Rachid Mimouni (1945), Abdelwahed Meddeb (1946), Fouad Laroui(1958),Tahar Djaout,Mohamed Moulessehoul(Yasmina Khadra)...etc...


La quatrième génération d'écrivains maghrébins qui écrivent en langue française vient de voir le jour avec l'avènement du xxie siècle, illustrée entre autres par ''Le jour venu'' de Driss C. Jaydane1.
La littérature maghrébine, c'est peut-être aussi ces jeunes talents qui éclosent sur la terre d'accueil que ce soit en France ou ailleurs. Ainsi, des écrivains d'origine maghrébine nés ou installés depuis leurs tendre enfance sur le sol français, écrivent leurs parcours, en langue française et souligne les rapports, à la fois, passionnels et ambigus à la terre d'accueil et sa langue.
Si Taos Amrouche,Assia Djebbar et Fatima Mernissi sont les pionnières de la littérature féminine d'expression française au Maghreb, d'autres, encore plus nombreuses, ont écrit les souffrances, les aspirations et les rêves des femmes à travers des personnages-féminins et masculins- tiraillés entre l'émergence de l'individu en tant qu'entité libre de ses choix et le poids d'une société qui a tendance à dissoudre l'individualité, jusqu'à l'effacer, dans le groupe.

.Quelques témoignages des auteurs Maghrébins :
    "L'écrivain est un homme solitaire . Son territoire est celui de la blessure : celle infligée aux hommes dépossédées " ; écrit TAHAR BEN JELLOUN .
Cet écrivain est opposé au fait de n'avoir qu'une seule langue, il dit : " Le bilingue offre l'avantage d'une ouverture sur la différence ".
Un autre écrivain marocain , Abdullah Najib REFAIF , dit que le jugement fait aux écrivains marocains de langue française " ne se repose souvent sur aucun jugement capable de résister à l'analyse " . Par ailleurs , il a affirmé que " la littérature marocaine n'aura pas ses repentis comme c'est la cas en Algérie , ou Rachid BOUDJEDRA s'emmêle les lettres et patauge dans la semoule litteraire , entêté comme un escargot . Mais qui prend encore BOUDJEDRA au sérieux ? "
Salah GARMADI , linguistique , disait au cours d'un débat sur le bilinguisme en Tunisie : " je l'avoue, c'est par l'intermédiaire de la langue française que je me sens le plus libéré du poids de la tradition, c'est là que le poids de la tradition étant le moins lourd, je me sens le plus léger " 
Abdelaziz KACEM est profondément lui même, en écrivant en arabe, tandis qu'écrire en français est " source de déchirement ", mais " jamais de reniement ". Il adapte le français comme " un butin de guerre ".
Moncef GHACEM dit que le français est historiquement assumé : " je l'utilise car il a la capacité de traduire pleinement mon actuelle réalité spécifique d'arabe, de maghrébin, de tunisien (...) , j'écris en français sans pour autant me couper de la réalité vivante de mon peuple " 

 Conclusion

     En guise de conclusion, la littérature maghrébine d’expression française demeure un cahier de doléances, tant qu’elle est la seule annonciatrice des maux qui guettent une société obsédée par son désir de recentrement sur une authenticité mythique.
En somme, la littérature maghrébine d’expression française demeurera un enjeu essentiel, c’est pour cela qu’elle vivra, pour la raison qu’elle est capable de se nourrir du réel pour s’ouvrir à l’universel. 

 

 Sources:

13 votes. Moyenne 3.54 sur 5.

Commentaires (1)

1. Aissa (site web) 2014-09-17

a la lumière de ce que vous êtes à l'identifier reste toujours que l’influence de la littérature française sur la littérature reste figé .surtout au niveau académique (pédagogique) la non assimilation des élèves de cette discipline si on peut dire ça .merci

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site