referencement sur bing - référencement de site web gratuit -
Créer un site internet

Blog

Les bonnes recettes pour assaisonner mémoire et révisions aux examens

Le cerveau humain contient 200 milliards de neurones (cent pour le cerveau proprement dit et cent pour le cervelet). Et bien vous imaginez facilement que cet immense cerveau ne peut produire une seule et unique mémoire. Et puisqu’il existe de multiples mémoires et mécanismes, il n’y a pas UNE méthode (ou recette), mais plusieurs. En voici les principales (car il existe une mémoire des visages, une mémoire musicale, etc) pour bien réviser avant un examen.

 La mémoire biologique: la loi des neurones, c’est la répétition !

En dernière analyse, tout apprentissage ou souvenir correspond sur le plan du cerveau à des connexions entre neurones, un peu comme les connexions électriques dans votre maison. Or ces connexions ne s’établissent pas par magie, mais se construisent biologiquement par la poussée (comme des racines de plantes) de milliers de ramifications, les dendrites. La loi des Neurones, c’est donc la répétition.

Comme les neurones sont de vrais « usines », ils leur faut de l’énergie, des éléments de constructions et ils se fatiguent. Ainsi les recherches ont montré, qu’il était plus efficace d’apprendre dans la durée, avec des pauses pour ne pas épuiser les neurones, c’est l’apprentissage distribué. Il faut également privilégier le sommeil et donc supprimer les excitants ; Il faut aussi bien s’alimenter, protéines, viande, poisson, œuf, mais aussi de tous les nutriments essentiels, lipides, sucres (lents ; pâtes, frites, banane…), et de vitamines (nourriture variée ou compléments) et minéraux (chocolat, etc).

A l’inverse, il faut supprimer toutes ce qui est nocif au cerveau, l’alcool (qui détruit les neurones et une structure qui enregistre les souvenirs), le tabac (qui réduit la fluidité sanguine cérébrale), les drogues (y compris le cannabis) qui déséquilibrent les échanges chimiques entre les neurones.

En résumé, FINI le bachotage, il faut apprendre toute l’année et réviser et au contraire se détendre et bien se nourrir les jours avant les épreuves

 La mémoire à court terme : danger… surcharge !

C’est une découverte aussi révolutionnaire que celle des protons et électrons à l’intérieur de l’atome que d’avoir montré pour la mémoire qu’il existe deux principaux systèmes, la mémoire à court terme (ou de Travail) et la mémoire à long terme. Pour prendre l'analogie de l'ordinateur, la mémoire à long terme, c'est le disque dur avec toutes les logiciels et les informations (texte, images, calculs…) tandis que la mémoire à court terme, c'est la mémoire vive et l’écran.

Une méthode très efficace est donc d’apprendre par petits groupes d’informations. Par exemple (schéma ci contre) trois catégories de chacune quatre mots, 4 animaux, 4 musiciens, 4 fleurs. Ainsi, grâce aux connaissances de la mémoire à long terme (ici la mémoire sémantique), il suffit de retenir en mémoire à court terme « Animal » pour récupérer ensuite les quatre noms d’animaux.

Concrètement, face à une leçon (cours ou manuels), il faut tout d’abord simplifier pour éviter la surcharge ; un plan idéal est de 3 titres et 4 sous-titres. Il faut que l’élève ou l’étudiant se refasse un cours (ou un petit manuel) résumé ainsi ; c’est le système des fiches. Attention, il faut le faire soi-même, et ne pas réviser sur les fiches d’un copain ou d’une copine ; car c’est le travail de va et vient entre mémoire à long terme et mémoire à court terme, qui va permettre l’enregistrement structuré des connaissances. Prendre les fiches du copain, c’est comme si vous adaptiez le plan électrique de la maison de votre voisin sur la votre !
La deuxième caractéristique de la mémoire à court terme, c’est qu’elle dure 20 secondes. Elle est comme une ardoise magique qui s’efface pour s’occuper d’autres informations. Mais pas d’inquiétude, si les fiches ont été bien apprises, structurées et répétées, elles sont en mémoire à long terme et pourront revenir facilement en mémoire à court terme, pour rédiger lors de l’examen.

;;;;;• La mémoire lexicale : la bonne recette, c’est le bon vieil « apprentissage par cœur'

La mémoire à long terme correspond pour l’ordinateur au disque dur qui contient les logiciels et les connaissances spécialisés, texte, calculs, images. La grande différence avec l’ordinateur est que la mémoire contient deux « bibliothèques » spécialisées pour les mots (et les textes), la mémoire lexicale pour la carrosserie des mots et la mémoire sémantique pour leur sens. Pour ces deux mémoires, les méthodes sont bien différentes. La mémoire lexicale est la bibliothèque de la carrosserie des mots ; c’est l’usine de fabrication de la carrosserie mais pas du moteur.

Cette carrosserie est composée de l’orthographe (qui vient des mémoires visuelles), de la phonologie (qui vient de la mémoire auditive), de la prononciation (mémoire vocale) et de l’écriture (mémoire motrice graphique). La principale méthode est la REPETITION, le fameux apprentissage par cœur, qu’il faut réhabiliter. Il faut en général (tout dépend de la difficulté phonétique et orthographique) un nombre de répétitions moitié moindre que le nombre de mots à apprendre : dix répétitions pour vingt mots. Si les mots sont difficiles phonétiquement, il faut les subdiviser en syllabes pour mieux les apprendre, Xénophon, mycellium. C’est particulièrement le cas en chimie pour les molécules complexes, comme le fameux Acide desoxyribonucléique en acide-desoxy-ribo-nucléique (ribo étant la contraction d’un sucre, le ribose)…

 La mémoire sémantique : une nouvelle méthode, l’apprentissage « multi-épisodique ».

La mémoire sémantique tout au contraire enregistre des abstractions, des idées, des concepts. Sa structure est hiérarchique comme dans une arborescence ; par exemple, un aigle est classé dans la catégorie des oiseaux, elle-même classée dans la catégorie des « vertébrés », puis des animaux ; Il faut donc pour apprendre sémantiquement, faire des fiches bien structurées, des plans, des schémas, des arborescences.

Pour comprendre il faut également répéter mais la répétition sémantique est plus subtile et se fait par la multiplication des épisodes, méthode que j’ai appelée « apprentissage multi-épisodique. La lecture du cours, celle du manuel, les documentaires télévisés, la recherche sur internet sont autant d’épisodes pour enrichir la mémoire sémantique.

 La mémoire imagée : de belles images… virtuelles !

Si l'on se fie à l'idée populaire, nous aurions une 'mémoire photographique'. Tel élève pense 'voir' dans sa tête la page de sa leçon, etc. Cette croyance est fausse. Les mémoires sensorielles existent bien mais elles sont éphémères. La mémoire sensorielle visuelle (appelée « iconique ») ne dure qu’un ¼ de seconde, la mémoire auditive 2,5 seconde. L’impression de « voir » la page d’un livre vient d’une autre mémoire, la mémoire imagée.

Cette mémoire fabrique des images mentales durables mais reconstruites, virtuelles d’où les erreurs dans les témoignages oculaires. Donc fixer un schéma ou une carte de géographie pour les photographier est une illusion totale. La meilleure méthode est l’apprentissage multi-essais; par exemple, vous faites découper deux feuilles pour faire huit petites pages que vous numérotez de 1 à 8. Vous apprenez en répétant les mots de la carte pendant une minute, puis vous reproduisez sur la feuille de réponse n°1 sans regarder le modèle ; puis vous réapprenez pour un essai n°2 pendant une minute la carte, et ainsi de suite jusqu’à reproduction parfaite. On parle de surapprentissage lorsque le critère de reproduction est plus difficile, par exemple trois essais consécutifs sans erreur. Le surapprentissage est plus sûr pour réussir, évidemment.

 

http://apprendreaapprendre.com/

 


[Mémoire] Comment apprendre 10 fois plus vite... par taisabaki

 

Les erreurs à éviter pour avoir son bac!

Les erreurs de préparation à éviter

Vous êtes un crack, un nonchalant indifférent, ou bien entre les deux ? Vous commettez sûrement des erreurs !

Commençons par les élèves studieux qui aiment faire des exercices, ceux qui trouvent leur joie à voir la fin du livre, « quel exploit, diraient-ils, j’ai enfin fini de faire les exercices. Franchement, les amis, vous croyez peut être que cela rapporte mais laissez-moi vous dire une chose, cela rapporte rien du tout, nada… ! Les exercices au kilo, c’est une maladie qui touche les bacheliers et qui, contrairement aux attentes de l’élève, l’éloigne de la bonne compréhension du cours !

« Les exercices aux kilo, c’est une maladie ! … »

Il vaut mieux faire 10 exercices variés englobant l’ensemble du cours et de bien les comprendre, que d’en faire 30 dans chaque partie ce qui fatigue, déstabilise l’élève et l’ennuie.
Ce qui nous amène à la deuxième erreur : regarder les corrections des exercices avant d’avoir bien réfléchis aux questions. D’ailleurs le grand défaut des livres avec correction, c’est qu’on peut la voir quand on veut, alors des fois il nous arrive de lire l’énoncé et de passer directement à la correction sans même réfléchir en disant : « de toute façon même si j’y réfléchis je ne trouverais jamais la bonne réponse ». En agissant de la sorte, l’élève ne retient rien de l’exercice même s’il croit avoir compris.

« Ne jamais regarder la correction sans avoir bien réfléchis aux questions ! »

Pour les fainéants, qui laissent le travail du jour pour le lendemain, (Vous êtes nombreux à ce qu’il paraît !). Eh bien, il ne faut pas laisser la préparation pour la veille des contrôles, soyez à jour, c’est la clé de la réussite. On ne le répètera jamais assez !
Un autre point à mettre au claire ; ne croyez jamais que ce que vous faites aux heures supplémentaires est suffisant ! Les Heures Sup sont faits pour guider et aider l’élève. Le travail chez soit reste élémentaire pour le bon avancement des études.

« Soyez à jour, c’est la clé de la réussite ! »

On arrive à une erreur commune, que tous les élèves partagent, quelque soit leur niveau, leur branche ou leur catégorie ! L’erreur sujette est : négliger les matières à faibles coefficients ! Vous devez savoir une chose : chaque matière a son importance, et joue un rôle dans la formation de l’élève, que vous le vouliez ou non, c’est comme ça ! Que ce soit l’arabe ou l’instruction islamique pour les scientifiques, ou encore le maths ou SVT pour les littéraires, ce sont des matières importantes. Il n’y a pas de matière secondaire, d’ailleurs ce terme doit être supprimé du vocabulaire !

« Il n’y a pas de matière secondaire »

Une aussi importante erreur, commise par les rebelles (Vous aimez le surnom à ce que je vois :-D). Ne faîtes pas confiance aux supposés amis qui vous disent que vous êtes géniaux, forts, ou les trucs du genre parce que vous avez séché les cours durant un mois et que de retour en classe vous semez la pagaille ! Ce ne sont pas des amis, et ce n’est pas cool ce que vous faites, ni « style », c’est con et ça attire les embrouilles avec la direction et déshonore les parents.

« Sécher les cours et semer la pagaille n’attire que des embrouilles »

Si je vous donne ces conseils, ce n’est pas pour que vous vous enfermiez dans votre chambre à étudier jour et nuit, d’ailleurs c’est une chose à éviter ! Ne vous forcez jamais à trop travailler, dès que vous êtes fatigués reposez-vous, sortez faire un tour, allez voir des amis, vivez votre vie tout simplement !
Dernier conseil, c’est en rapport avec le travaille en groupe. Il est recommandé de travailler en groupe, mais il faut aussi choisir le bon groupe ! Par exemple si vous êtes un peu faible n’allez pas travailler avec le majorant de la classe dans un même groupe, car vous vous sentirez nul, vous ne pourrez dire que vous n’avez pas compris si le reste du groupe comprend rapidement, et si jamais vous le faites ce sont les autres qui vous éviterons car vous les attardez dans leur travail. Je dirais la même chose pour les bons élèves.
Il faut toujours travailler avec quelqu’un de meilleur que soit, mais pas trop quand même, comme ça on peut s’entraider et comprendre ensemble !

 

http://www.9rayti.com/conseil-erreurs-commettre-avoir-baccalaureat?utm_source=9rayti.com&utm_medium=newsletter_9rayti&utm_content=emailing&utm_campaign=newsletter_260215

Les sept secrets pour obtenir le succès

Voici les véritables et simples moyens pour faire de votre vie ce que vous voulez quelle soit.Voici donc, pour vous, une manière claire et précise de prendre conscience de ce que sont exactement ces lois et comment les utiliser véritablement, sans avoir recours à des croyances  ou à vénérer tel ou tel "gourou" de la " nouvelle pensée ". (C'est a dessein que j'utilise ce terme de gourou , car, dans la langue française d'aujourd'hui il a une teinte péjorative, qui n'est nullement celle de la signification première de ce mot.)

Voici donc:
LES 7 SECRETS POUR OBTENIR TOUT CE QUE VOUS VOULEZ .

1-Définir exactement ce que vous voulez et transcrire cela sous la forme simple et précise d'une affirmation positive positive.

2-Ressentir véritablement, au plus profond de vous-même l'émotion que cela vous .

3-Voir, avec votre vision intérieure, en trois dimensions, ce que vous voulez obtenir ou savoir.

4-Utiliser une technique respiratoire particulière, qui va vous permettre de détendre totalement votre corps et d'utiliser toutes vos ressources dans le seul but de réaliser votre objectif.

5- Utiliser la technique qui vous permet de franchir les portes de cet univers et de vous connecter à n'importe quel autre aspect de vous-même afin d'acquérir les talents ou les connaissances que vous souhaitez obtenir (suivant la théorie quantique des univers parallèles).

6- Utiliser l'authentique technique, enseignée par l'un des plus grands yogis du siècle dernier, pour faire des affirmations qui auront autant de pouvoir que des formules magiques (sauf qu'ici, c'est pour de vrai, comme disent les enfants).

7- Connaître le véritable secret pour rendre tout cela effectif dans votre vie, immédiatement, sans avoir à courir les séminaires hors de prix. Cette dernière technique vaut, à elle seule, une bibliothèque remplie de livre sur le développement personnel. Sauf que là vous l'aurez à disposition, immédiatement et pour toujours.

DÉTAILS DES POINTS PRÉCITÉS.

1- Choisissez une chose à la fois. Soyez très précis dans ce que vous voulez. Agissez exactement comme si vous vouliez passer une commande à une société de vente par correspondance, mais que vous ne connaissiez pas la référence du produit. Décrivez celui-ci (ou la situation, ou la personne) dans ses moindres détails. N'omettez rien dans la description.

2- Après avoir parfaitement défini ce que vous voulez, ressentez profondément les sentiments et réactions internes que cela déclenche chez vous, dans votre conscience profonde.

Pour vous donner un exemple, imaginez quelque chose qui vous effraie, vraiment, vous ressentez au fond de vous cette peur, cette angoisse, et bien utilisez le même principe, avec les mêmes ressentis, MAIS DANS UN BUT UNIQUEMENT POSITIF. Ceci est un des secrets majeurs de la création par la pensée, le ressenti émotionnel est la clef fondamentale.

3- Entrainez-vous à regarder avec votre vision intérieure ce que vous désirez.
Mais ne regardez pas comme sur un écran de télévision, ceci ne donne qu'une image plate et inconsistante.

Pour que votre puissance créatrice s'exprime pleinement, il vous faut faire une visualisation en trois dimensions.

Comment faire cela ? Reportez-vous à cet exercice de visualisation donné dans " le secret de l'univers ".

4- Pour la technique de respiration spéciale et pour cet objectif précis, la création par la pensée, je suis malheureusement obligé de vous renvoyer à cette page, qui vous permettra d'accéder à la maîtrise complète et rapide de cette respiration si bénéfique.

Pour vous donner un exemple précis des possibilités de cette respiration, sachez quelle permet, en quelques jours, d'atteindre un état de conscience que des générations de yogis ont mis des années à maitriser. Ceci sans aucun danger bien entendu, bien au contraire.

5- Le point 5 doit lui aussi être enseigné en détail, reportez-vous à cette page d'information pour savoir comment l'exécuter.

6- Répétez plusieurs fois la formule positive, d'abord à haute voix, puis en murmurant et ensuite mentalement.

Prenez trois à cinq minutes pour chaque phase. Faites cela le soir au coucher et le matin au réveil.

7- Au niveau de ce septième point, il vous faudra mixer l'ensemble des phases de répétitions et de visualisations, en procédant TRÈS lentement.

Il existe également une huitième point, encore plus efficace que tous les autres, car il permet de les résumer tous.

Il s'agit de la maîtrise parfaite de la continuité de conscience.

Les Lamas Tibétains sont les experts reconnus de cette technique. Ce que d'autres ont appelé rêve lucide, les Lamas l'ont nommé, depuis des temps immémoriaux, Yoga du rêve.

Une fois maîtrisée, cette technique permet de connaître exactement le fonctionnement de l'univers et de notre pensée et, à partir de cela, de créer aussi facilement dans la vie quotidienne ce que nous créons dans la vie des rêves.

 

 

 

 

Une méthode pour faire obéir ses enfants sans crier

Education des adolescents

Même si tu n’aimais pas les maths à l’école, voici une équation qui te sera très utile dans la vie de tous les jours:

plus + moins = zéro

C’est à dire que le corps humain ne peut pas ressentir deux émotions contraires en même temps. On ne peut pas être très énervé et joyeux en même temps. Bien sûr, on peut avoir des sentiments partagés, mais on ne peut pas ressentir une émotion et son contraire en même temps. C’est physiologiquement impossible.

Ok, me diras-tu, mais comment passer d’un très grand énervement à une très grande joie?…

Et bien voila à la bonne nouvelle du jour, c’est beaucoup plus simple qu’on pourrait le croire.

Comment faire disparaître sa colère?

colère mamanAu moment où tu te sens particulièrement énervée par ton enfant, tu viens de lui répéter 153 fois la même phrase sans aucun espèce d’effet, ou en tout cas absolument pas l’effet escompté, ton (infinie) patience a atteint son point de non retour, tu es sur le point d’exploser (et de le regretter ensuite – cf: ma vieille copine, la culpabilité), mais aucune autre alternative ne s’offre à toi, tu ouvres la bouche pour crier, décharger ta colère parce que tu n’y tiens plus… STOP!….

C’est le bon moment pour employer la méthode magique!

Au lieu de crier, ouvre bien grand la bouche comme tu étais prête à le faire, mais…. au lieu de crier, chante!..
– Mais enfin, je n’ai pas du tout envie de chanter, moi! Je suis super méga-énervée!!!
– Je comprends bien!.. Et c’est justement là que ça devient intéressant, drôle (et mathématique) tu ne pourras pas chanter en étant énervée. Le simple fait te mettre à chanter, va faire complètement disparaître la colère, et dans le même temps (et c’est là que c’est magique) faire obéir ton enfant.

La méthode en action

19h. Fin de journée. Fatigue. Ma fille de 6 ans refuse de se mettre en pyjama. Je lui demande une fois, deux fois, trois fois… Elle continue à jouer comme si de rien n’était. Bref, pas la peine de te faire un dessin, tu vois le tableau…. La colère commence à monter. Pourquoi elle ne m’écoute pas?!… (cf: Connaissez-vous vos enfants?) Pourquoi elle ne fait pas ce que je lui demande?!… Je ne vais pas me laisser faire, j’ai le repas à préparer, et puis… etc….etc…
Stop!… Juste un petit effort pour se lancer et …

…sur l’air de Vive le vent d’hier:
« Met ton pyj,
Met ton le pyj,
met ton pyjamaaaa….
ma chérie,
habille-toi,
allez, habille-toi! »

Regard surpris de ma fille, qui se met à chanter aussi et à mettre son pyjama en rigolant.
 Quand je te disais que c’était magique!

Si tu préfères mettre de la musique et danser, ça marche aussi très bien. On ne peut pas danser et être en colère. Essaie, tu verras, c’est juste impossible.

J’aime bien le chant, parce que ça peut se faire partout et sans préparatif, ça met de la bonne humeur dans la maison et c’est gratuit!… A utiliser sans modération!

Et chez toi, comment tu la gères, la colère?

 

http://www.droledemaman.com/les-3-types-de-phrase-qui-nous-eloignent-definitivement-de-nos-enfants/

http://www.droledemaman.com/une-methode-simple-pour-arreter-de-crier-sur-ses-enfants/

Pourquoi pleure-t-on lorsque l'on est très heureux ?

Lorsqu'arrive un événement très heureux dans notre vie, beaucoup d'entre nous ne peuvent s'empêcher de verser quelques larmes. Et les situations sont très diverses, des parents qui voient leur enfant recevoir leur diplôme, un couple d'amoureux qui se retrouve après une absence prolongée ou encore des sportifs qui gagnent une rencontre. Mais pourquoi pleurons-nous là où nous devrions sourire ou rire ? Les larmes de joie auraient une explication scientifique.

Selon Oriana Aragon, pleurer après une émotion positive très forte permet de restaurer l'équilibre émotionnel. La scientifique et son équipe, issus de l'université de Yale, ont réalisé une expérience dont les résultats seront très prochainement publiés dans la revue Psychological Science.

Afin de vérifier cette hypothèse, l'équipe scientifique a demandé aux participants à l'étude de visionner une série de photos de bébés dont certains avaient des traits plus infantiles que d'autres (un visage plus rond et des yeux plus grands notamment). Leurs réactions ont ensuite été mesurées et mises en parallèle avec le degré d'infantilité des nourrissons.

Alors que les enfants qui paraissaient les plus infantiles ont suscité des réactions d'attention plus importantes, ils ont également provoqué des réactions « d'agression » plus grandes. Les participants ont en effet manifesté un besoin de les protéger et de s'en occuper, et dans le même temps de leur pincer les joues et de les « manger tout cru ».

Pour les chercheurs, ces situations de « dimorphisme d'expression », dans lesquelles un événement positif est accompagné d'une réaction émotionnelle négative permettrait de réguler les émotions positives très fortes et donc de retrouver un équilibre émotionnel plus rapidement. Et en effet, ils ont constaté que les personnes qui présentaient ce type d'expression montraient une diminution plus importante des émotions positives cinq minutes après avoir visionné les images.

A l'inverse, ce type de comportement pourrait également expliquer les situations où l'on « rit jaune », dans lesquelles un rire ou un sourire fait suite à une émotion négative.
Source : Aragón, O. R., Clark, M. S., Dyer, R. L., & Bargh, J. A. (in press) Dimorphous expressions of emotion: Evidence of concept in aggressive displays toward cute stimuli, Psychological Science.

 

http://www.happyneuron.fr/actualite-scientifique/pourquoi-pleure-t-on-lorsque-l-on-est-tres-heureux

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×